La Via Campesina, fondée en 1993, est un mouvement international qui rassemble des millions de paysan·nes, de travailleur·euses sans terre, d’autochtones, d’éleveur·euses, de pêcheur·euses, de travailleur·euses agricoles migrant·es, de petits et moyens agriculteur·rices, de femmes rurales et de jeunes du monde entier. Construite sur un fort sentiment d’unité et de solidarité, LVC défend l’agriculture paysanne au nom de la souveraineté alimentaire.

La souveraineté alimentaire est le droit des peuples à une alimentation saine et culturellement appropriée, produite par des méthodes écologiquement respectueuses et durables, et leur droit à définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles. La Via Campesina insiste sur le fait que des modes de production agroécologiques diversifiés, gérés par les paysan·nes et basés sur des siècles d’expérience et de preuves accumulées, sont essentiels pour garantir une alimentation saine à chacun, tout en restant en harmonie avec la nature. Pour parvenir à la souveraineté alimentaire, La Via Campesina se mobilise et milite pour une réforme agraire dans les territoires paysans et propose des formations sur les méthodes de production agroécologiques.

Cette coalition mondiale est également une plateforme permettant à ses membres du monde entier de communiquer et de mener des actions de solidarité, des mobilisations et des campagnes communes pour défendre la terre, l’eau, les semences et les forêts. Au cours des trois dernières décennies, La Via Campesina a réussi à trouver une place à la table des institutions mondiales de gouvernance telles que l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, la Décennie des Nations Unies pour l’Agriculture Familiale, le Mécanisme de la Société Civile et des peuples autochtones (MSC) du Comité sur la Sécurité Alimentaire mondiale (CSA), etc.

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysan·nes et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, adoptée par l’Assemblée générale en 2018, résulte de 17 ans de négociations patiemment menées par La Via Campesina et ses alliés.

Cette Déclaration fait partie des instruments internationaux essentiels qui défendent les droits des petits producteur·ices alimentaires et constitue un outil crucial pour la mise en œuvre de la souveraineté alimentaire. Actuellement, La Via Campesina regroupe 182 organisations locales et nationales dans 81 pays d’Afrique, d’Asie, d’Europe et des Amériques. Au total, elle représente environ 200 millions de petits producteur·ices alimentaires.


JOURNÉES INTERNATIONALES D’ACTION

GLOBALISONS LA LUTTE, GLOBALISONS L’ESPOIR !

Le mouvement défend l’esprit d’internationalisme et de solidarité et veille à ce que les luttes locales dans nos territoires et les différentes expressions politiques soient rendues visibles grâce à des mobilisations annuelles les jours suivants :

Le 8 mars : Journée Internationale des droits des femmes – La Via Campesina se joint aux mouvements de femmes et aux mouvements sociaux pour exiger l’égalité des droits. Elle milite pour l’élimination de la discrimination basée sur le genre à tous les niveaux de la société. Elle plaide pour la réalisation d’un féminisme paysan populaire dans les communautés rurales.

Le 17 avril : Journée Internationale des luttes paysannes – Une journée pour se souvenir du massacre d’El Dorado dos Carajás où 19 paysan·nes sans terre ont perdu la vie à cause de la brutalité de la police et de la répression organisée par l’Etat. C’est un jour où La Via Campesina met en lumière la criminalisation et l’oppression des mouvements sociaux ruraux dans le monde entier.

Le 10 septembre : Journée Internationale d’action contre l’OMC et les accords de libre échange (ALE) – En mémoire de M. Lee Kyun Hae, un agriculteur sud-coréen qui s’est sacrifié lors d’une manifestation de masse contre l’OMC à Cancun, au Mexique, en 2003, tandis qu’il tenait une banderole sur laquelle on pouvait lire « L’OMC tue les agriculteurs ». La Via Campesina marque cette journée pour souligner les conséquences dévastatrices que les accords de libre échange ont sur les économies nationales et locales, en particulier sur les petits producteur·ices alimentaires.

Le 16 octobre : Journée Internationale d’action pour la souveraineté alimentaire des peuples contre les multinationales – Une journée pour diffuser la revendication pour la souveraineté alimentaire et dénoncer l’expansion agressive et la violation des droits de l’homme de la part des entreprises agroalimentaires transnationales. Cette journée est également l’occasion de faire connaître la voie alternative à emprunter pour faire face aux crises urgentes que représentent le réchauffement climatique, la faim, la malnutrition et l’extrême pauvreté.

Le 25 novembre : Journée Internationale pour l’élimination de la violence faite aux femmes – La Via Campesina se joint aux mouvements de femmes du monde entier pour exiger justice ainsi qu’une vie sans violence dans tous les domaines pour les femmes, les filles et les diversités.

Le 3 décembre : Journée internationale contre les agrotoxiques – Le mouvement est solidaire de la lutte contre les agro-toxiques et les produits chimiques, de plus en plus poussés par l’agrobusiness.

UN FILM SUR LA VIA CAMPESINA

RAPPORTS ANNUELS

Rapport annuel de La Via Campesina | 2022

30 ANS DE LUTTE COLLECTIVE, D’ESPOIR ET DE SOLIDARITÉ L’année…

Rapport annuel : 2021

Le dernier rapport annuel de La Via Campesina est maintenant…

La Via Campesina : rapport annuel 2020

Résumé : Ce rapport annuel met en lumière les luttes…

La Via Campesina : rapport annuel 2019

Résumé : Ce rapport annuel met en lumière les luttes…

Rapport annuel 2018 de la La Via Campesina

Titre : Rapport annuel 2018 de la La Via Campesina.…

Rapport annuel 2017

Titre : Rapport annuel de la Via Campesina 2017 Année…

Cette publication est également disponible en English : liste des langues séparées par une virgule, Español : dernière langue.