La Via Campesina réaffirme son engagement pour la paix en Colombie

Une délégation internationale de La Via Campesina, avec la présence de millions de familles paysannes, des travailleuses et travailleurs ruraux, des peuples autochtones, des pêcheurs, des allié.es du mouvement social et des universitaires, a accompagné le peuple colombien du 7 au 10 août 2022, dans un contexte d’importance vitale en raison de la prise en fonction du nouveau gouvernement progressiste engagé pour la paix en Colombie.

Aux côtés de milliers de Colombiens, nous saluons le nouveau gouvernement, entouré de couleurs, de symboles et de la volonté d’atteindre la paix et la stabilité et de laisser les armes dans l’ombre du passé. Nous partageons le sentiment profond des majorités et nous nous associons au souhait que ce nouveau gouvernement accompagne les changements dont le pays a besoin.

En tant qu’accompagnateurs et accompagnatrices internationales de la mise en œuvre de la Réforme Rurale Globale, comme le stipule le point 6.4.2 de l’Accord de Paix, nous reconnaissons l’importance de cette nouvelle étape dans le processus de consolidation de la paix dans le pays et réaffirmons notre engagement à son égard.

Dans ce même esprit, les délégué.es d’Indonésie, de la France et du Nicaragua de La Via Campesina se sont réuni.es du 7 au 10 août 2022 à Bogota pour rencontrer différents acteurs sociaux et autorités. Profitant de la volonté du nouveau gouvernement de construire la Paix, nous appelons la communauté nationale et internationale à :

  1. La création d’un agenda d’alliances autour de la mise en œuvre de l’Accord de Paix. Il est nécessaire de renforcer la composante d’accompagnement international pour la mise en œuvre du point 1 de l’Accord, composée de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), de l’Union Européenne et de La Via Campesina (LVC)
  2. Soutenir et accompagner les réformes envisagées dans l’Accord de Paix qui permettront de concrétiser la réforme rurale intégrale, l’ouverture démocratique, la fin du conflit, la solution au problème des drogues illicites et la réparation des victimes du conflit armé.
  3. Travailler en partenariat avec des organisations qui soutiennent et promeuvent le respect des Droits humains, la mise en œuvre des Directives Volontaires sur la Gouvernance de la Terre, l’Agriculture Familiale et la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Paysan.nes, au profit des personnes en cours de réincorporation et des familles vivant en milieu rural.
  4. Accompagner et promouvoir le processus de dialogue et de poursuite en justice des différents groupes armés illégaux toujours actifs dans le pays.

Nous luttons pour la Paix, la stabilité sociale, la sécurité des citoyen.nes et la souveraineté alimentaire pour des milliers de familles vivant dans les champs, les forêts et sur les côtes !

Globalisons la lutte, globalisons l’espoir !!!


Cet article est disponible en