Paraguay : “Seule la réforme agraire peut mettre fin aux violences faites aux femmes rurales”

Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes

Dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, l’organisation des femmes de CLOC-Vía Campesina Paraguay a organisé un rassemblement devant le siège de l’Institut national de développement rural et foncier (Indert) pour réclamer leurs droits et rappeler les revendications de leur longue lutte pour la terre.

L’action de protestation a commencé sur la Place Uruguayenne et s’est développée dans le village de l’entité agrairequi représente une violence structurelle contre une grande partie de la population, la paysannerie, et surtout les femmes paysannes.

La mauvaise répartition des terres est un indicateur flagrant et fais du pays l’un des plus inégaux du continent latino-américain. L’une des causes est la tendance suivie par le gouvernement de Mario Abdo Benítez, et qui intensifie les expulsions, tant à la campagne qu’en ville.

A Indert, “notre vie et notre terre sont négociées”, dit Alicia Amarilla, de l’Organisation Conamuri ; c’est l’endroit où les expulsions ont lieu et c’est pourquoi les communautés se désintègrent et les gens finissent dans les villes comme des parias, tandis que les terres qui étaient destinées à la réforme agraire sont offerts aux étrangers. “Ici, ils violent nos droits tous les jours, quand ils nous enlèvent nos terres, ils nous enlèvent d’autres droits fondamentaux, comme la santé, la nourriture, et s’ils ne nous tuent pas avec leurs balles, ils nous tuent avec la faim ou le poison, et de la même manière ils tuent nos enfants”.

“Des centaines de familles sont laissées dans la rue lorsqu’elles emportent leur petit lopin de terre, leurs enfants sont abandonnés, sans nourriture, sans leurs animaux domestiques, parce que la police les vole, à chaque expulsion les cochons et les poulets sont le butin des hommes en uniformes,” dit Rosa Toledo, également de la Conamuri Organization. “C’est pour ces raisons que nous venons nous faire entendre, pour qu’ils sachent que nous sommes vigilantes et fermes dans la lutte pour nos droits.

Marta Figueredo, de l’Organisation pour la lutte pour la terre (OLT), a déclaré qu’il s’agit d’une lutte pour la vie et contre la violence. “S’il y avait des réponses à nos demandes, il n’y aurait plus besoin de continuer à venir, chaque année nous venons et la violence est de plus en plus grande dans les expulsions. Maintenant il y a plusieurs camps et occupations menacés, nous ne savons pas comment nous allons nous réveiller le lendemain, au milieu de tout cela, nous les femmes sommes celles qui souffrent le plus dans cette lutte ; la distribution des terres que Indert annonce est destinée aux entreprises agricoles et aux privilégiés.

Pour sa part, la dirigeante de la Fédération Paysanne Nationale (FNC), Teodolina Villalba, a déclaré que ce qu’ils vivent dans les campagnes est une situation d’injustice généralisée par Indert : ” Cette institution est si importante pour nous, notre vie en dépend car elle est liée à la terre et la production, car si on nous refuse la terre, on nous refuse la vie”. Elle a également dénoncé le fait que lors des expulsions, les femmes sont battues et maltraitées de toutes sortes par les représentants des forces de l’ordre, et évoqué le non respect du protocole d’expulsion pour accélérer la procédure policière. “C’est notre défi actuel pour lutter contre l’injustice et la violence “, a-t-elle dit, et elle a conclu par une phrase : ” La réforme agraire est la fin de la violence contre les femmes dans les campagnes.

Enfin, Norma Bogado, membre de l’Organisation Cultiva, a demandé la fin de l’expulsion des communautés paysannes et indigènes de leurs territoires. “Nous avons des femmes et des enfants sous des tentes qui souffrent trop de misère et de besoins, c’est pourquoi nous sommes venus répudier cette institution et nous avons crié : “Assez, pas un pas en arrière, vive la lutte des paysannes, nous n’allons plus permettre une expulsion.

Dans l’après-midi, les femmes se sont jointes à la marche du #25NPy, qui cette année porte le slogan : “L’injustice nous tue”.

Cet article est disponible en