25Nov22 – La rébellion paysanne est descendue dans les rues pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes

(Bagnolet, 14 décembre 2022) À l’occasion de la Journée internationale contre la violence faite aux femmes. Des centaines d’actions ont été realisées par les organisations membres de La Via Campesina. Dans leur appel à l’unité et a l’action, elles ont déclaré : “Nous défendons la souveraineté alimentaire et nos territoires, contre la violence, les expulsions et l’agrobusiness”. Pour lire l’appel dans son intégralité, cliquez ici.

Le mouvement paysan, avec le mouvement social, est une fois de plus descendu dans les rues, s’est exprimé dans des forums et des formations, et a inondé les réseaux sociaux en exhortant les gouvernements à mettre en œuvre des politiques publiques efficaces pour lutter contre la grave violation des droits des femmes et l’atteinte à leur dignité dans le monde entier.

Consultez notre carte mondiale présentant nos actions :

Hecho con Padlet

Nous partageons ci-dessous un résumé des principales actions et mystiques de cette journée de mobilisation.

La Coordinadora Latinoamericana de Organizaciones del Campo – CLOC LVC a rappelé le parcours historique des paysannes au sein de La Via Campesina, en tant que protagonistes du débat interne autour du féminisme. Cette démarche a renforcé le féminisme paysan et populaire en tant qu’outil politique du mouvement. La CLOC LVC a appelé à la construction d’une société solidaire sans machisme ni racisme, qui soit centrée sur une réforme agraire intégrale garantissant l’accès des femmes à la terre.

République dominicaine : Manifeste pour la marche des papillons 2022

Nous marchons aujourd’hui parce que la République dominicaine est le troisième pays de la région des Caraïbes avec le plus haut taux de féminicides.  Et les différentes branches de l’État dominicain n’ont pas réussi à faire preuve d’un réel engagement envers l’un des problèmes les plus graves auxquels la société dominicaine est confrontée aujourd’hui.

Pour lire la déclaration complète, cliquez ici.

Argentine : Arrêtez la violence patriarcale !
Le MNCI – Somos Tierra a participé à la manifestation du 25 novembre pour défendre la souveraineté alimentaire, les territoires et lutter contre la violence et l’agrobusiness. “Nous ressentons la violence envers la terre dans nos corps, parce que chacune des violations des droits que subissent les femmes autochtones et la diversité paysanne est une véritable violence”, ont-elles déclaré sur leurs réseaux sociaux. Les militant·es du MNCI se sont rassemblé·es dans les rues principales de la ville de Mendoza pour crier haut et fort : “Arrêtez la violence contre les femmes et la diversité paysanne et autochtone !

Salvador : Résistance féministe, cessez les arrestations arbitraires !

“Le Salvador a fait marche arrière dans la défense des droits humains, en particulier des droits des femmes. Les trois pouvoirs de l’État répondent au président de la République, qui promeut également sa réélection pour tenter de perpétuer sa dictature au Salvador. Le pays connaît un contexte violent et intolérant, la grave augmentation des arrestations arbitraires de femmes et de dirigeantes dans les communautés s’élève déjà à plus de 6 000, beaucoup ont laissé leurs enfants orphelins, augmentant les niveaux de vulnérabilité et les exposant à une plus grande pauvreté”, ont déclaré La Via Campesina et d’autres organisations qui font partie de la Résistance Féministe du Salvador dans leur communiqué.

Paraguay : Manifeste #25NPy2022

“Pour nos droits et contre toute violence, nous revenons dans les rues avec la conviction qu’ensemble et organisées, nous serons reconnues comme des personnes ayant des droits. Nous sommes des filles, des adolescentes, des femmes rurales et urbaines. Nous sommes des femmes paysannes, autochtones, afro-descendantes et migrantes ; des syndicalistes, des politiciennes, des travailleuses du sexe, des enseignantes, des artistes, des entrepreneuses, des ingénieures, des pompières, des étudiantes, des femmes autonomes, des journalistes, des communicantes, des psychologues, des trans, des lesbiennes et des bisexuelles”, ont-elles déclaré dans leur manifeste.

Pour sa part, la Cloc Via Campesina Paraguay a également organisé l’événement ” Problématique de la terre ” à Ñemongeta, pour débattre du droit à la terre, de son utilisation et des expulsions comme l’une des plus grandes formes de violence qui les affectent. L’objectif était également de rencontrer des femmes dans des situations similaires, de créer des réseaux de soutien et de rendre compte de ce qui se passe dans les communautés autochtones et paysannes.

Écoutez l’émission spéciale #25N22 produite par les organisations membres de la CLOC, LVC Paraguay.

Brésil : “Construire une réforme agraire populaire signifie affronter la violence”.

Lors de la Journée internationale de lutte contre la violence faites aux femmes, des sans-terre et des femmes de La Via Campesina Brésil ont rejoint les actions de La Via Campesina International.

Avec le slogan “Construire une réforme agraire populaire signifie affronter la violence”, le 25 novembre, Journée internationale de lutte contre la violence faites aux femmes, les femmes sans terre ont rejoint les actions des femmes paysannes du monde entier, regroupées dans La Via Campesina, dans la lutte pour l’élimination de la violence faite aux femmes, pour la souveraineté alimentaire, le droit à la terre, la fin de la criminalisation et de tous les types de violence dans les campagnes et les villes. Elles ont également évoqué la crise alimentaire, politique et économique qui, au Brésil et dans le monde, affecte et viole, en particulier, les femmes, les enfants et les familles en situation de vulnérabilité dans les campagnes et dans les villes. Pour lire l’article complet, cliquez ici.

De même, le groupe sur le genre du MST a tenu son Assemblée nationale des femmes sans terre, où il a virtuellement appelé les femmes des colonies et des camps pour qu’elles partagent leurs luttes et leurs actions dans chaque localité. Le MST a également publié une série de podcasts populaires à ce sujet et a partagé cette VIDÉO MUSICALE en mémoire de la chanteuse populaire Elza Soareas. Une partie du message indique : “Je ne succomberai pas ! Faites-moi savoir quand le sol tremble. Mon amie, c’est tout, prends ma main ! Construire la Réforme Agraire Populaire, c’est affronter la violence !”

Parallèlement, le Mouvement des femmes paysannes (MMC) a organisé le 3e séminaire régional sur le féminisme populaire et paysan, dans le but de discuter du rôle des femmes paysannes dans la défense de la Terre Mère et contre les impacts climatiques. Des paysannes, des étudiantes et des techniciennes en agroécologie ont participé aux discussions, aux séances plénières et aux échanges. L’événement comprenait également un espace pour la garde des enfants. Le MMC a également rendu publique la Charte des mouvements féministes qu’il a remise au nouveau gouvernement de transition du Brésil afin de définir les points clés de la lutte contre les violences faites aux femmes paysannes dans le pays. En outre, le MMC a déclenché une campagne virtuelle rendant visible la voix des femmes activistes sous l’expression “21 jours d’activisme pour l’élimination des violences faites aux femmes”, qui met également l’accent sur la campagne de lutte contre les agrotoxiques.

Parallèlement, le Mouvement des petits agriculteurs (MPA) s’est également joint à l’action mondiale et a réaffirmé son engagement dans la lutte pour des politiques publiques permettant de protéger et de reconnaître les droits fondamentaux des femmes. “Nous sommes conscients que cette lutte doit aller plus loin car une transformation radicale, pour surmonter ce système qui nous viole dans toutes ses structures, ne se fera que par notre auto-organisation politique collective pour la construction du pouvoir populaire”, a-t-elle déclaré.

Honduras : “Les femmes qui luttent pour le droit à la propriété foncière sont expulsées et criminalisées”.

“En tant que mouvement organisé, nous, les femmes, avons fait une série de propositions à prendre en compte par les différentes institutions de l’État du Honduras pour faire avancer les droits des femmes et en termes de Provisions Budgétaires Générales (DGP, pour son acronyme en espagnol) avec une perspective de genre tant au niveau de la conformité que de la DGP 2023 en ce qui concerne l’étiquetage et l’allocation de ressources pour les femmes. Nous reconnaissons les actions entreprises cette année, telles que la transformation de ce qui était l’Institut de la femme en un Secrétariat d’État, la nomination de certaines femmes à des postes de décision, la diffusion de la loi intégrale contre les violences faites aux femmes et l’envoi du protocole facultatif de la CEDAW au Congrès national pour approbation, une promesse que les membres du Congrès n’ont pas encore honorée”, affirme la plateforme #25Nov dans sa déclaration commune.

Tanzanie : Notre organisation MVIWATA a organisé un atelier national avec des représentantes des femmes de tout le pays. Parmi les problèmes auxquels elles sont confrontées, on peut citer l’accès limité aux biens naturels et plus particulièrement le droit à la terre et aux semences. De nombreux cas ont été mentionnés autour de ces deux points, une participation limitée et parfois inexistante aux processus de prise de décision tant au niveau des ménages que des communautés, le droit de commercialiser les produits agricoles, etc.

Afrique du Sud : Le Landless Peoples’ Movement (LPM) est descendu dans les rues de Western Cape pour dire non à la violence contre les femmes et les enfants.

Congo : Les paysans et les paysannes de @copacoprp ont rejoint la campagne pour mettre fin aux violences faites aux femmes. Le COPACO organise des ateliers sur la violence à l’égard des femmes afin de sensibiliser ses membres aux droits fondamentaux des femmes et de lutter contre les abus.

Corée : L’Association des femmes paysannes coréennes (KWPA) s’est ralliée à la journée d’action en exposant son plan de lutte pour les droits des femmes paysannes dans son pays.


Plus d’informations sur nos réseaux sociaux : Facebook | Twitter | Instagram

Cet article est disponible en