Négociation des directives volontaires sur les systèmes alimentaires et la nutrition à Rome : apports de La Via Campesina

Le 29 janvier 2020, au Comité de la Sécurité Alimentaire mondiale (CSA) à Rome, s’est tenue une réunion officielle pour discuter et négocier les Directives volontaires sur les systèmes alimentaires et la nutrition. La réunion a été principalement suivie par les gouvernements, avec la participation des agences des Nations Unies (FAO, FIDA, OMS, HCDH et bien d’autres), ainsi que par les mouvements sociaux et les organisations de la société civile et d’autres acteurs.

Ce processus de négociation de nouvelles directives pour les politiques publiques doit offrir des solutions sur la façon de transformer le système alimentaire actuel qui a créé la faim et toutes les formes de malnutrition, afin de fournir une alimentation nutritive pour tous. Ce sujet intéresse la FAO et le CSA depuis de nombreuses années. Au sein du CSA, le processus d’élaboration des directives a officiellement débuté avec la publication d’un rapport, par le Haut Panel d’experts, en 2017. Il a été suivi par la première réunion ouverte en janvier 2019. Cette année, les sessions de négociation s’accéléreront et se termineront en juillet.

La Via Campesina est activement impliquée dans le processus, à travers le mécanisme de la société civile du MSC et fonde sa contribution sur un processus collectif interne et également avec diverses organisations alliées.

Les principaux arguments de LVC dans ce processus sont les suivants

a) L’accent sur les personnes marginalisées est essentiel et doit inclure les petits exploitants, les paysans, les peuples indigènes, les pêcheurs, les pasteurs, les travailleurs de l’alimentation et de l’agriculture et les sans-terre ; en ce sens, une approche multidimensionnelle ne doit pas enlever aux personnes touchées par la faim et la malnutrition la place centrale qu’elles occupent dans les systèmes alimentaires ;

b) L’approche des droits de l’homme ; la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP) est un instrument crucial qui doit éclairer le débat sur les systèmes alimentaires et la nutrition ; d’une manière générale, le fondement des droits de l’homme et leur relation avec les systèmes alimentaires et la nutrition doivent être réaffirmés et clairement décrits comme un engagement des nouvelles directives ;

c) L’approche systémique, qui explore les interconnexions entre l’écologie, l’alimentation et la santé humaine, est fondamentale ;

d) En ce qui concerne la gouvernance – les gouvernements doivent se voir attribuer un rôle et des responsabilités clairs et forts pour l’utilisation et la mise en œuvre des lignes directrices ;

e) Les nouvelles technologies sont très problématiques et doivent être évitées (comme la fortification – bio/micro, les viandes cultivées en laboratoire, l’édition de gènes) ; elles impliquent souvent des brevets et la propriété de données qui vont à l’encontre des droits des paysans et du droit à l’alimentation ;

f) Les causes profondes de la faim et de la malnutrition doivent être clairement exposées : les pratiques commerciales capitalistes mondiales, la concentration du marché, le dumping, les embargos, la financiarisation du marché alimentaire, les subventions publiques disproportionnées pour la production industrielle et/ou alimentaire et le manque de soutien pour la production alimentaire agroécologique à petite échelle ;

g) Il faut établir une distinction claire entre les modèles de production – le modèle industriel et le modèle paysan agroécologique à petite échelle – car l’un est le problème et l’autre la solution ; dans l’ensemble, les solutions présentées sont axées sur le marché plutôt que sur les droits de l’homme ; l’incapacité à reconnaître le problème qui a généré la malnutrition est reflétée dans le document. L’agroécologie doit être largement reflétée dans le document en tant que modèle pour assurer la nutrition de tous ;

Sur la base de ces considérations, voici les points les plus importants soulevés par La Via Campesina lors du débat du 29 janvier :

“A qui servira le futur système alimentaire ? La réponse à cette question déterminera les priorités mises en évidence dans les lignes directrices.

La gouvernance des systèmes alimentaires devrait être ancrée dans les droits de l’homme, en particulier dans la Déclaration des Nations unies sur le droit des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales, les droits des peuples autochtones et le droit à l’alimentation. Sans ces points d’ancrage, le système alimentaire actuel ne peut être réformé pour mettre fin à la faim et à la malnutrition.

Les systèmes alimentaires ne peuvent pas continuer à être remodelés pour servir les profits privés, ni être remodelés en se concentrant uniquement sur la productivité. Les systèmes alimentaires doivent servir l’intérêt public. Pour ce faire, il est nécessaire de mettre en place des mesures de protection contre les conflits d’intérêts, comme l’ont mentionné les orateurs précédents. Cette section doit clairement énoncer le rôle principal du gouvernement en tant que détenteur de l’obligation de mettre en œuvre les directives.

Nous sommes alarmés par l’engagement pris dans ce document à l’égard du système alimentaire agro-industriel actuel défaillant. Il continue à faire confiance à la technologie et aux marchés pour résoudre la crise actuelle de la faim et de la malnutrition dans le monde. Cela n’est pas acceptable. Le monde doit passer à l’agroécologie – avec un système alimentaire écologiquement diversifié, sain, produit localement et culturellement approprié.

Afin de passer à un système alimentaire durable qui assure la nutrition et met fin à la faim, les directives doivent identifier concrètement les raisons du manque d’accès à des régimes alimentaires durables. Parmi ces raisons figurent les bas salaires, l’accès aux ressources naturelles, l’absence de protection sociale, la financiarisation.

Afin de passer à un système alimentaire durable qui assure la nutrition et met fin à la faim, les lignes directrices doivent identifier concrètement les raisons du manque d’accès à des régimes alimentaires durables. Parmi celles-ci figurent les bas salaires, l’accès aux ressources naturelles, l’absence de protections sociales, la financiarisation de l’agriculture, les pratiques commerciales mondiales et les déséquilibres entre les sexes.

Les connaissances nutritionnelles centrées sur les populations ne peuvent exister que lorsque les communautés ne sont pas les destinataires finaux de l’information, mais les participants au processus en tant que source de connaissances nutritionnelles. Les gens ont le droit de déterminer leur propre système alimentaire, le droit de participer aux processus de prise de décision sur la politique alimentaire et agricole. Ce sont tous des éléments du droit à la souveraineté alimentaire, qui est reconnu par de nombreux pays et instruments internationaux.

Bien que nous soyons généralement satisfaits de l’inclusion des femmes dans le document en tant que section distincte, la perspective transversale des droits des femmes doit encore être développée. Il manque également des éléments tels que les relations de pouvoir et la violence de genre qui sont à l’origine de la malnutrition, ainsi que des mesures visant à transformer les relations de genre, qui sont une nécessité fondamentale.

Le point clé ici est la nécessité d’inclure des garanties qui permettent d’assurer que l’impact de l’aide humanitaire n’affectera pas la population locale et que les petits producteurs de denrées alimentaires – par exemple la fourniture de nourriture et d’eau, ne doit jamais être utilisée pour miner la résilience, la culture et finalement les droits de l’homme des communautés locales, en particulier dans les situations de guerre et d’occupation. Nous tenons également à rappeler qu’au paragraphe 16.1 des Directives sur le droit à l’alimentation, il est convenu que la nourriture ne doit jamais être utilisée comme un moyen de pression politique et économique.

En outre, nous soutenons les nombreuses voix qui demandent d’inclure des références à la Décennie des Nations unies pour l’agriculture familiale.

Nous pensons que les Etats doivent promouvoir des modèles de production durables ayant la capacité de transformer les inégalités, les injustices et les externalités générées dans les systèmes agroalimentaires actuels. Par conséquent, les liens avec l’agroécologie doivent être renforcés.

Dans le cadre de l’approche agroécologique, les producteurs, les paysans et les populations indigènes ont développé des technologies adaptées à leurs territoires, transcendant le niveau de production primaire et générant une série d’innovations. La reconnaissance de la contribution des petits producteurs au système alimentaire, en fournissant des aliments nutritifs, abordables et culturellement adaptés, est essentielle pour être reflétée dans ce document.

Enfin, nous nous faisons l’écho des préoccupations de certains participants concernant la biofortification, car nous continuons à penser qu’elle n’a pas sa place dans ce document. Le principe de précaution et les droits de l’homme doivent prévaloir face à des technologies qui impliquent des brevets et des risques insuffisamment évalués. Si nous construisons un système alimentaire véritablement durable, la biofortification n’est pas nécessaire”.

La délégation de La Via Campesina était composée de Hashim Bin Rashid (Pakistan), Ramona Duminicioiu (Roumanie) et Nettie Wiebe (Canada).

NOTES :

La page officielle du processus de négociation
Le projet 1 en cours de discussion

Cet article est disponible en