Conseil des droits de l’homme : Bonnes pratiques, leçons et défis dans la mise en œuvre de l’UNDROP

Le 30 juin 2022, dans le cadre de la 50e session du Conseil des droits de l’homme, s’est tenu un important évènement parallèle sur les droits des paysan·nes à la villa Moynier, une villa historique au cœur de Genève, devenue aujourd’hui le siège de la Geneva Academy of International Humanitarian Law and Human Rights. évènement parallèle sur les droits des paysan·nes

Les Missions Permanentes de Bolivie, d’Afrique du Sud et du Luxembourg auprès des Nations Unies, le ministère des Affaires étrangères de Suisse et le Haut-commissariat des Nations Unies, ont organisé cet évènement avec La Via Campesina, le CETIM, Fian International, la Geneva Academy ainsi que le South Centre. Un spectre très large et représentatif d’organisations et d’entités, montrant l’importance que cette question clé joue dans le système des droits humains.

La Vía Campesina a souligné la nécessité d’une nouvelle procédure spéciale du Conseil des droits de l’homme sur les droits des paysan·nes, qui porterait sur les droits des paysan·nes, sous la forme d’un Groupe de travail d’expert·es ou d’un Rapporteur spécial, est nécessaire pour mettre en œuvre la Déclaration. Ce nouveau mécanisme servirait de mécanisme de suivi de cet outil et permettrait de surveiller la situation dans différents pays et servant d’espace de discussion et d’échange d’idées sur les bonnes pratiques entre États et entre États et organisations de la société civile (en particulier celles représentant les titulaires de ces droits). En conclusion, elle a appelé tous les pays à soutenir les communautés paysannes et à s’engager dans la création de ce nouveau mécanisme de suivi onusien.

Consultez le rapport sur l’événement parallèle.

Regardez l’enregistrement de l’événement parallèle ici.

Cet article est disponible en