Colombie : “Pour Duque, la paix passe par la militarisation des territoires”

Article paru initialement le 11 juin 2020 sur la version espagnole du site web de La Via Campesina

(Harare, 11 juin 2020) Il est clair que les États doivent respecter, promouvoir et garantir les droits de l’homme ; cependant, il semble nécessaire de rappeler au gouvernement Duque ces obligations internationales.

Depuis 2016, date de la signature de l’accord de paix entre l’État colombien et l’ancienne guérilla des FARC-EP, la violence contre les défenseurs des droits de l’homme, les responsables de la restitution des terres, les leaders sociaux, les personnes en cours de réincorporation et les communautés rurales en général a progressivement augmenté : En 2019, 844 agressions contre des leaders sociaux ont été documentées. C’est l’année où le niveau de violence contre cette population a été le plus élevé de la dernière décennie[1] et, selon cette tendance, entre janvier et mai 2020, 117 leaders sociaux ont été assassinés ainsi que 25 anciens combattants.

Différents secteurs de la société ont demandé à l’État de s’attaquer à ce problème, soulignant que la sécurité dans les territoires ne sera pas efficace si elle se limite à l’accroissement de l’usage de la force. Il est clair que l’une des stratégies les plus efficaces pour promouvoir la sécurité dans les territoires est le développement économique et social, en offrant aux jeunes des opportunités économiques afin qu’ils cessent d’être liés à la guerre.

Cependant, la stratégie du gouvernement d’Iván Duque s’est concentrée sur la militarisation des territoires, qui s’inscrit dans le cadre du mépris persistant de l’État pour les engagements pris à La Havane. Le meilleur exemple en est la stratégie actuelle de lutte contre le trafic de drogue. L’accord final reconnaît que la solution définitive au problème des drogues illicites exige des politiques qui s’attaquent aux causes et aux conséquences de ce phénomène, notamment en présentant des solutions de rechange qui conduisent à l’amélioration des conditions de bien-être et de vie des communautés dans les territoires touchés par les cultures illicites. Dans le même ordre d’idées, il est reconnu qu’un élément indispensable pour la solution définitive du problème des cultures illicites est le caractère volontaire et concerté[2], vision sur laquelle l’accord donne la priorité à la substitution volontaire des cultures dans le cadre du Plan national global de substitution des cultures illicites (PNIS), en permettant, à titre subsidiaire, des activités d’éradication forcée.

Selon les dispositions de l’accord de paix, l’éradication forcée n’est appropriée que dans trois cas : (i) lorsque, dans le cadre de la signature d’accords avec les communautés, certains producteurs n’expriment pas leur décision de substituer les cultures, (ii) lorsque les engagements pris dans le cadre du PNIS ne sont pas respectés, et (iii) lorsqu’il n’y a pas d’accord avec les communautés pour la substitution. Cependant, nous avons assisté à un mépris flagrant de ces dispositions par l’État.

Le gouvernement actuel a non seulement décidé de ne plus conclure d’accords de substitution volontaire avec les communautés, mais il a également donné la priorité aux opérations d’éradication forcée. Ce type d’activité est non seulement contraire aux dispositions de l’accord, mais il engendre également de graves situations de violation des droits de l’homme.

Les opérations se sont intensifiées, en pleine urgence sanitaire causée par la pandémie, dans 8 départements du pays : Caquetá, Chocó, Sur de Córdoba, Catatumbo, Nariño, Putumayo, Meta et Guaviare. Face à cela, les communautés sont venues protester, non seulement pour défendre les cultures qui constituent leur seul moyen de subsistance, mais aussi pour exiger que le gouvernement respecte les engagements qu’il a pris dans les accords de substitution conclus avec les communautés dans le cadre du PNSME.

Imagen que contiene pasto, exterior, uniforme militar, campo

Descripción generada automáticamente

Source : Fondation Pares

Pendant cette période, les mesures répressives adoptées par le gouvernement comme seule réponse aux demandes des paysans ont abouti à l’assassinat d’au moins trois paysans et d’un indigène, en plus de plusieurs blessés. Ces faits sont le résultat d’un usage excessif de la force par l’armée qui, sans aucune commisération ni respect des droits de l’homme, tire des balles et utilise des bombes assourdissantes contre des communautés non armées.

C’est ce qui s’est passé, par exemple, à Catatumbo, où 600 paysans ont protesté pour empêcher les 800 éradicateurs envoyés par le gouvernement d’arracher leurs cultures et de les laisser sans moyens de subsistance. Les paysans, ainsi que les autorités locales telles que le maire, l’Assemblée et le gouverneur du département, ont demandé au gouvernement Duque de suspendre ces opérations, au moins pendant l’urgence sanitaire produite par COVID-19, ainsi que d’installer des tables de dialogue avec les communautés pour construire des issues qui ne violent pas les droits de l’homme. Cependant, comme cela est devenu courant sous le gouvernement Duque, l’invitation au dialogue a été ignorée et la force a été utilisée, ce qui a non seulement privé des centaines de familles de leurs moyens de subsistance, mais a également conduit au meurtre d’Alejandro Carvajal, 22 ans.

Une situation similaire se produit dans la région du fleuve Guayabero, dans les départements du Meta et du Guaviare, où, depuis le 20 mai, environ 2 000 paysans ont installé un campement en guise de protestation, exigeant du gouvernement l’installation de tables de dialogue pour chercher des solutions au problème des cultures. Cependant, la seule réponse à leurs demandes est de tirer. Les agressions des forces publiques ont lieu depuis le 26 mai ; le 3 juin dernier, au moins 6 paysans ont été blessés à cause des actions de la police antidrogue et de l’armée.

Face aux questions des organisations, des parlementaires, des ONG, des universitaires, des autorités locales et du bureau du médiateur, concernant les opérations d’éradication forcée et leur mise en œuvre pendant l’urgence sanitaire, le ministre de la défense a répondu que les opérations sont menées selon le calendrier prévu pour 2020, année où 130 000 hectares doivent être éradiqués. Dans ce contexte, la question se pose : pourquoi y a-t-il un calendrier pour l’éradication forcée, mais pas pour la conclusion d’accords de remplacement volontaire avec les communautés ?

Et, pire encore, pourquoi les ressources sont-elles allouées à des opérations d’éradication forcée, mais pas pour satisfaire les quelque 100 000 familles avec lesquelles l’État a signé des accords de substitution et qui attendent toujours les ressources promises pour pouvoir entreprendre d’autres types de projets productifs ?

Il est à noter que la moitié des familles liées au PNIS se trouvent dans le Putumayo, le Nariño et le Caquetá, trois des six départements où les opérations d’éradication forcée ont augmenté en 2020. Une des revendications communes des protestations dans les départements est le respect des accords signés avec les familles et la mise en relation de milliers d’autres personnes qui n’ont pas pu être liées aux programmes de substitution et qui ont exprimé leur intention de le faire. Face à cela, il convient de rappeler que, 4 mois après avoir pris ses fonctions de président, Duque a décidé de ne plus conclure d’accords de substitution volontaire avec les communautés, ce qui constitue une violation flagrante de l’accord.

Tout cela se déroule en prélude à l’arrivée de 50 militaires américains en Colombie le 1er juin. Ses actions seront centrées sur Tumaco, Catatumbo et Chiribiquete, 3 des 5 ¨Zonas Futuro¨ que Duque a mis en œuvre, qui comprennent un modèle de stabilisation militariste et qui recoupent les zones qui ont été priorisées pour la mise en œuvre des Plans de Développement à Finalité Territoriale – PDET, comme indiqué dans l’Accord de Paix.

Tout cela montre que l’État a cessé de déformer l’accord final, ignorant maintenant cyniquement ce qu’il a signé à La Havane.


[1] Le spectateur (23 mai 2020). “2019, l’année où il y aura le plus d’agressions contre les leaders sociaux en une décennie”. https://www.elespectador.com/colombia2020/pais/2019-el-ano-con-mas-agresiones-lideres-sociales-en-una-decada-articulo-920772

[2] Accord final pour la fin du conflit et la construction d’une paix stable et durable (2016). Page 107.