COP27 : Confronter la militarisation dans la politique du changement climatique : Pas de guerre, pas de réchauffement !

Sharm el Sheikh, Égypte – De tous les grands pollueurs qui contribuent à la crise climatique, les militaires sont peut-être ceux qui sont le plus intentionnellement invisibilisés. Dans le cadre de la COP27, ici en Égypte, les “parties” qui dictent les décisions de la conférence ont passé deux semaines à vanter leurs prétendues solutions “vertes” au réchauffement de la planète et à l’acidification des océans. Alors que beaucoup d’encre a coulé et que des mots creux ont été prononcés sur la réduction de l’empreinte carbone des grandes entreprises, les États ont gardé un silence commode sur les projets militarisés qu’ils privilégient financièrement pour acquérir et maintenir leur pouvoir impérial.

Au sein de La Vía Campesina, nous aimerions voir ce changement en exposant cette situation comme une forme majeure d’injustice sociale et environnementale. Nous ne sommes certainement pas seuls, et nous faisons ce travail pour élever nos voix en tant que partie d’un chœur de mouvements en pleine expansion.

Notre dernier événement officiel de la COP27, la semaine dernière, le 17 novembre, a témoigné de la manière dont nous mettons ces relations au service de visions communes. Il s’agissait d’un forum éducatif sur le climat intitulé “No War, No Warming : Démilitarisation et justice climatique”, auquel ont participé, aux côtés de La Vía Campesina, Grassroots Global Justice Alliance, Desis Rising Up and Moving, Micronesia Climate Change Alliance et la Marche mondiale des femmes. La Vía Campesina était représentée par ses organisations membres de Tunisie, Million Rural Women and the Landless, et de Porto Rico, Organización Boricuá de Agricultura Ecológica de Puerto Rico (Boricuá).

Dans son discours d’ouverture, Torkia Chaibi, de Million Rural Women en Tunisie, a situé les politiques de militarisation et de changement climatique dans la région arabe et en Afrique du Nord. Partir d’une telle base de connaissances est important pour de multiples raisons : Premièrement, l’Égypte, en tant que pays hôte de la COP27, est à cheval sur ces espaces géopolitiques. Deuxièmement, la région fait partie des zones les plus désertifiées du monde et les plus vulnérables au chaos climatique. Troisièmement, les pays arabes et plus largement l’Afrique du Nord sont parmi les plus visés par la militarisation et l’impérialisme de l’étranger. Et enfin, il s’agit d’une frontière régionale clé pour les mouvements internationaux de justice sociale, dont La Vía Campesina.

“L’industrie extractive et la financiarisation de la nature aggravent toujours le changement climatique, car elles sont motivées par une soif de profit et de pouvoir exploitable et impitoyable”, a déclaré Mme Torkia. Elle a détaillé : “Le conte de fées de l’énergie propre sert à détourner l’attention des nombreuses guerres qui nous accablent dans le monde. Des guerres ont lieu en Ukraine et ailleurs, mais c’est dans le monde arabe qu’elles sont les plus concentrées et les plus prolongées, notamment dans des pays comme le Yémen, l’Irak, la Syrie et la Palestine.”

Le Million Rural Women de Tunisie, comme ses homologues marocains et palestiniens de La Via Campesina, cherche à utiliser l’agroécologie non seulement comme un moyen d’atteindre la souveraineté alimentaire, mais aussi comme une voie vers une souveraineté plus large qui pourrait démilitariser et décoloniser les territoires. Dans la région arabe et en Afrique du Nord, cela se résume souvent à des questions liées à l’eau. Une étape clé dans la résolution de ces conflits est la mise en œuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan·nes et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP), qui contient des stipulations claires sur les droits à l’eau et à l’autodétermination.

L’article 21.2, par exemple, stipule que ” [les paysan·nes] ont le droit d’avoir un accès équitable à l’eau et aux systèmes de gestion de l’eau, [et] d’être à l’abri des déconnexions arbitraires ou de la contamination des approvisionnements en eau […] “.

Bien sûr, aussi graves que soient ces menaces dans la région arabe et en Afrique du Nord, elles sont mondiales et ne se limitent en aucun cas à cette région, car l’empire ne connaît pas de frontières. Heureusement, nos mouvements et les cadres politiques que nous utilisons pour défendre nos territoires ne sont pas non plus limités par les frontières.

“Nous ressentons un fort esprit de solidarité internationale et de communauté dans cette salle”, a déclaré Jesús Vasquez en jetant un coup d’œil sur la table des autres intervenants. Jesús a évoqué deux périodes qui ont marqué le début du colonialisme et de la militarisation à Porto Rico, son pays natal, le foyer autochtone du peuple Arawak, appelé “îles Borinquen” en langue taíno. Les Espagnols sont arrivés en 1493, plaçant les îles sous la couronne espagnole, dont le contrôle n’a été arraché par les États-Unis qu’en 1898 sous de faux prétextes de “libération”. Aujourd’hui, Porto Rico reste une colonie moderne de son imposant voisin du nord, et ce statut se ressent dans presque tous les aspects de la vie du petit archipel.

“Ce que nous espérons réaliser grâce à l’agroécologie, c’est un changement complet de paradigme”, propose Jesús. Il a ajouté : “Il ne s’agit pas de se défaire des structures traditionnelles qui nous servent, mais plutôt d’étudier ce qui est nécessaire pour effectuer un travail de base solide qui se produit lorsque nous mobilisons nos communautés de différentes manières. Seulement à ce moment-là, nous pourrons comprendre comment étendre nos luttes par le biais de la solidarité internationale.” Boricuá met cela en action dans la région des Caraïbes sous les bannières entrelacées de La Vía Campesina et de la Coordinadora Latinoamericana de Organizaciones del Campo (CLOC-LVC / Coordination latino-américaine des organisations rurales-LVC). Le mouvement portoricain participe également à des espaces alliés nord-américains tels que la U.S. Food Sovereignty Alliance et la Climate Justice Alliance, qui sont toutes deux engagées et actives dans la lutte contre la militarisation.

La rencontre avec des mouvements sociaux alliés dans des moments de cette nature nous rappelle la puissance de nos solutions lorsque nous les rassemblons à travers les circonscriptions, les régions, les enjeux et les générations. Nous apprenons beaucoup les un·es des autres et redoublons notre engagement commun à maintenir la force de nos messages face aux puissances qui préféreraient que nous les diluions. Et lorsqu’il s’agit de justice climatique, de souveraineté alimentaire et de revendications connexes pour nos membres paysan·nes et travailleur·euses du monde rural, le message qui résonne est clair : “Pas de guerre, pas de réchauffement !”. Nous sommes maintenant sur le chemin du retour pour poursuivre la longue route de ce travail.

Cet article est disponible en