En solidarité avec toutes les communautés affectées par les changements climatiques

Déclaration de solidarité

Harare, le 27 octobre 2017

Le Comité de coordination international (CCI) de La Via Campesina, réuni à Harare, déclare son soutien et sa solidarité avec les victimes de la crise climatique partout dans le monde.

Depuis le mois d’août de cette année, nous avons été les témoins de plusieurs catastrophes naturelles occasionnées par les impacts du changement climatique dû à l’action de l’homme qui sont en augmentation à la fois en intensité et en nombre: ouragans, inondations, tempêtes tropicales, sécheresses, vagues de chaleur. Entre autres. Rien que cette année, la saison des ouragans dans l’Atlantique a connu environ 15 tempêtes tropicales, 10 ouragans dont 6 (Harvey, Irma, Maria, etc.), ont été de grande intensité et entrainé non seulement la perte de vies et la destruction d’habitations mais aussi des dommages ayant eu d’énormes conséquences financières à Cuba, Haïti, Puerto Rico, et aux États-Unis, etc. Par ailleurs, il y a eu d’importantes inondations en Afrique de l’Ouest (notamment au Sierra Leone) sans compter les sécheresses continues en Afrique du Nord et en Afrique sub-saharienne. L’Asie (Inde, Népal, Bangladesh, etc.) a connu des inondations qui ont entrainé des milliers de morts et la destruction des terres cultivables.

En Europe également, les sévères périodes de sécheresse, les températures anormalement élevées et le vent ont rendu difficile le contrôle des incendies de forêts. Récemment, de violentes tempêtes (Xavier, Herwart, Ophelia) se sont abattues sur certains pays (Allemagne, Irlande, Grande-Bretagne, Pologne et la République Tchèque) laissant dans leur sillage des dégâts considérables. Dans la plupart de ces cas, des centaines de milliers de personnes ont été déplacées et des milliers d’autres tuées. Les plus affectés sont nos frères et nos sœurs, les paysans, les pauvres, les travailleurs ruraux, les autochtones et les artisans pêcheurs, dont certains ont été forcés d’émigrer. Le changement climatique continue à aggraver les conditions de vie de nombreux paysans qui subissent déjà la marginalisation et la répression de la part des Etats capitalistes. Aussi bien dans les zones urbaines que rurales, nos sœurs et nos frères disposent de peu de ressources pour reconstruire leurs vies, leurs habitations, leurs terrains et leurs communautés.

La Via Campesina est consternée par le perpétuel déni du lien existant entre ces catastrophes dues au changement climatique et les émissions anthropogéniques ainsi que par le retrait récent du Président des USA, Donald Trump, de l’Accord de Paris.

Nous lançons un appel urgent à nos alliés, amis et aux mouvements sociaux pour unir et amplifier nos luttes pour une modification du système. Nous avons besoin de nous mobiliser en urgence avec la société civile en vue d’obtenir les vraies solutions que nous proposons, fondées sur la souveraineté alimentaire et l’agroécologie paysanne, qui refroidissent la planète et renforcent le contrôle démocratique de la production d’énergie à niveau local.

C’est pourquoi, au cours des négociations onusiennes sur le climat à Bonn, Allemagne, nous serons présents dans les rues afin de faire progresser notre agenda paysan, nos vraies solutions et de démontrer notre solidarité avec toutes les communautés affectées par le changement climatique dans le monde aujourd’hui.

Ce article est également disponible en English et Español.