|

Quelques impacts de la COVID-19 sur la paix

La crise générée par la pandémie de la COVID-19 a eu divers impacts : l’augmentation de la pauvreté, l’approfondissement de l’insécurité alimentaire, la dégradation de la crise de sécurité et les limitations de la mise en oeuvre de l’Accord de Paix.

Selon les informations du DANE[1], à peu près 5,2 millions de personnes qui habitent dans la zone rurale colombienne n’ont pas les moyens nécessaires pour satisfaire leurs besoins fondamentaux. 2,1 millions de personnes n’ont pas les ressources nécessaires pour se procurer les produits de première nécessité. L’entité informe aussi qu’un quart des foyers colombiens sont passés de 3 repas par jour à 2 par en raison de la crise générée par la pandémie[2].

Conséquence de la crise : une augmentation grave des niveaux de pauvreté dans le pays a été constatée. Les estimations des analystes sont préoccupantes : d’après les estimations de Fedesarrollo, la pauvreté pourrait atteindre un niveau entre 47 et 49% et la pauvreté extrême 14%[3]. De son côté, l’économiste Luis Jorge Garay estime que la pauvreté atteindra 60% et la pauvreté extrême 20%.

La crise générée par la pandémie a mis en évidence la faible infrastructure de santé dans les zones rurales avec notamment l’inexistence de lits dans des unités respiratoires spécialisées dans 89% des municipalités rattachées au plan de développement territorial (PDET). Le  taux de dépistage pour chaque 10 000 habitant⋅e⋅s est aussi très faible en comparaison avec la moyenne nationale. De plus, dans les municipalités prioritaires pour les programmes de développement territorial, un pourcentage de létalité plus élevé a été enregistré par rapport au reste du pays (3,6% face à 2,6%)

Dans l’Accord de paix, la création des 16 Plans nationaux pour la réforme rurale intégrale – PNRRI, en espagnol, est établie. Ces plans prétendent œuvrer à la fermeture de ces brèches entre la campagne et la ville. Les PNRRI devaient être approuvés dans leur intégralité dans la phase de mise en œuvre précoce en 2018, pourtant, à , seulement 9 d’entre eux[4] ont été approuvés, mais sans que le Plan National de Santé Rurale y sont inclus.

Pendant la saison de confinement obligatoire pour limiter la propagation de la COVID-19, la sécurité s’est dégradée et les faits de violence se sont aggravés. Les groupes armés illégaux ont augmenté les actions de pression et de contrôle social sur les communautés et les leaders sociaux pour qu’ils se conforment aux restrictions. En fait, dans quelques municipalités du pays, des assassinats contre les habitants ayant violé les mesures imposées par les groupes armés ont été enregistrés.

Il est important de souligner que sous le gouvernement Duque, la présence territoriale des groupes armés illégaux a augmenté de façon considérable, de sorte que, les dissidences des FARC, ELN et les groupes paramilitaires ont presque doublé leur présence armée territoriale ces deux dernières années. Les dissidences des FARC sont passés d’opérer dans 56 municipalités en 2018 à 113 en août 2020. L’ELN est passé d’être présent dans 99 municipalités à plus de 160 en 2020. Le paramilitarisme a pu consolider une majeure présence territoriale : le Clan del Golfo opère dans plus de 200 municipalités actuellement[5].

Pour finir, il faut souligner que la mise en œuvre de l’Accord est mise en défaut sur plusieurs aspects : en premier lieu, les mesures de confinement ont laissé la population très exposée aux actions des groupes armés, cela a affaibli la construction communautaire du tissu social et a limité la participation communautaire dans des processus de politique publique [6].

Photo : El Tiempo


[1]Département Administratif National de Statistiques

[2]DANE (25 mars 2021) Octava ronda de la Encuesta de Pulso Social. Disponible sur : https://www.dane.gov.co/index.php/estadisticas-por-tema/encuesta-pulso-social

[3]La República (19 octubre 2020) ¨La pobreza en Colombia va a alcanzar un nivel de entre 47% y 49% por la pandemia del covid¨ Disponible sur : https://www.larepublica.co/economia/la-pobreza-en-colombia-va-a-alcanzar-un-nivel-de-entre-47-y-49-por-la-pandemia-3075386

[4]Ce sont le Plan national de logement, d’électrification rurale, de voies, de connectivité, de soutien des économies paysannes, d’irrigation et le plan de protection des droits des travailleurs paysans.

[5]PARES (2020) Seguridad en tiempos de pandemia. Legados de guerra y crimen organizado en Colombia. Disponible sur : https://pares.com.co/wp-content/uploads/2020/09/Informe-en-tiempos-de-pandemia.pdf

[6]Secretaría Técnica del Componente Internacional de Verificación CINEP/PPP-CERAC (2021) Octavo Informe de verificación de la implementación del Acuerdo Final de Paz en Colombia. Disponible sur : https://www.cinep.org.co/Home2/component/k2/864-octavo-informe-de-verificacion-de-la-implementacion-del-acuerdo-final-de-paz-en-colombia.html