Plus de 800 organisations á travers le monde signent une lettre exhortant la communauté internationale à soutenir la plainte pour génocide déposée par l’Afrique du Sud contre l’État d’Israël

La toute nouvelle Coalition internationale pour mettre fin au génocide en Palestine (ICSGP) a publié le 3 janvier 2024 une lettre de soutien* qui en moins d’une semaine a été signée par plus de 800 organisations à travers le monde. Outre les organisations initiatrices mentionnées ici, les organisations signataires représentent de vastes mouvements sociaux, notamment la Marche Mondiale des Femmes et l’Assemblée Internationale des Peuples, des mouvements dirigés par des Palestinien·ne·s et des mouvements de solidarité avec la Palestine, tels que la Fédération générale palestinienne des syndicats et le Réseau des ONG palestiniennes, ainsi que des groupes de défense des droits de l’homme et des groupes juridiques, des syndicats et des organisations religieuses de toutes les confessions.

“Il est important pour la Via Campesina de soutenir l’initiative sud-africaine. Ce qui se passe en
Palestine est une atrocité. En particulier, l’utilisation de la famine comme arme de guerre fait partie
d’une stratégie de génocide que nous devons dénoncer. L’expulsion des paysan·ne·s et l’accaparement
des terres à Gaza et en Cisjordanie font également partie d’une stratégie de nettoyage ethnique”, a
déclaré Morgan Ody, de la Confédération paysanne (France) et coordinatrice générale de La Vía
Campesina International. “La Via Campesina appelle les gouvernements du monde, et en particulier
les gouvernements progressistes et ceux du Sud, à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre
fin à l’apartheid et à la colonisation d’Israël. Ces gouvernements ont la responsabilité de coordonner
leurs efforts afin d’assurer un avenir à la Palestine et à tout le peuple palestinien, et de s’assurer que
justice soit rendue face aux crimes contre l’humanité commis par Israël.”


La lettre de la coalition exhorte toutes les organisations signataires à « faire pression sur leurs
gouvernements pour qu’ils déposent immédiatement une déclaration d’intervention en soutien à la
plainte déposée par l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de justice afin de
faire cesser les massacres dans les territoires palestiniens occupés ». Jusqu’à présent, la Malaisie et
la Turquie, ainsi que l’Organisation de la coopération islamique, qui représente 57 pays membres sur
quatre continents, ont soutenu publiquement la plainte de l’Afrique du Sud. La Jordanie signale
qu’elle a l’ìntention de franchir une étape plus importante sur le plan juridique en soumettant une
déclaration d’intervention. Les membres de l’ICGSP travaillent en étroite collaboration avec un
certain nombre d’autres pays qui sont en train de faire de même.


“La plainte déposée par l’Afrique du Sud devant la CIJ marque un tournant décisif qui met à
l’épreuve la volonté mondiale de sauver les lois et les systèmes qui ont été conçus pour sauvegarder
non seulement les droits de l’homme, mais aussi l’humanité elle-même”, souligne Lamis Deek, cofondateur de l’Alliance juridique mondiale pour la Palestine et de la Commission PAL sur les
crimes de guerre. “Le génocide est le crime le plus élevé et aucun n’a été aussi publiquement
documenté que le génocide israélien en Palestine. La sincérité de l’engagement des États à l’égard
des principes des conventions de Genève et du génocide est désormais soumise à un examen
approfondi. Le moins que les États puissent faire est de soumettre des déclarations d’intervention
comme une petite partie de l’accomplissement de leurs obligations en vertu de l’article 1 de la
Convention sur le génocide, afin de garantir à leur population – et à l’humanité – qu’ils n’ont pas
perdu leur sens moral et qu’ils n’ont pas abdiqué leurs obligations en vertu du droit international.

La lettre de signature stipule ce qui suit :

“De nombreux pays ont exprimé à juste titre leur horreur face aux actions génocidaires, aux crimes de guerre et aux crimes contre l’humanité commis par l’État d’Israël à l’encontre des Palestinien·ne·s. Les forces d’occupation israéliennes ont bombardé des hôpitaux, des résidences, des centres de réfugié·e·s des Nations unies, des écoles, des lieux de culte et des voies d’évacuation, tuant et blessant des dizaines de milliers de Palestiniens depuis le 7 octobre 2023. Plus de la moitié des morts sont des femmes et des enfants. Les dirigeants israéliens ont fait des déclarations génocidaires effrontées, déclarant ouvertement leur intention de déplacer définitivement et complètement les Palestinien·ne·s de leur propre terre.”

Malgré les preuves évidentes des actes génocidaires commis quotidiennement par les forces d’occupation israéliennes, l’État d’Israël sollicite activement les pays pour qu’ils nient ses atrocités et
dénoncent la plainte de l’Afrique du Sud. À l’heure actuelle, les États-Unis, l’un des principaux
soutiens de l’État israélien qui a opposé son veto à trois résolutions appelant à un cessez-le-feu au
sein du Conseil de sécurité des Nations unies, sont les seuls à nier qu’Israël commet un génocide.

Edith Ballantyne, ancienne secrétaire générale et présidente internationale de la Ligue internationale
des femmes pour la paix et la liberté, met en garde : “J’écris sur la base de mon expérience personnelle de plus de dix décennies, au cours desquelles j’ai traversé deux guerres mondiales et survécu au fascisme, avec la conviction absolue que la base du conflit doit être résolue de manière légale, politique et non violente comme seul moyen de parvenir à une paix permanente dont les peuples du monde ont désespérément besoin et qui est nécessaire à la survie de notre planète”. Elle ajoute : “La Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté s’est impliquée dans le conflit du Moyen-Orient dès les années 1920, lorsqu’elle a reconnu que ce qui se passait en Palestine était destiné à être catastrophique. La guerre génocidaire que le gouvernement israélien mène dans les territoires palestiniens occupés contre le peuple palestinien doit être arrêtée. J’invite tous les citoyens à demander à leurs gouvernements de respecter les principes de la Charte des Nations unies et du droit international, y compris les droits de l’homme et le droit humanitaire. »

La Cour internationale de justice, également appelée Cour mondiale, entendra l’affaire de l’Afrique du Sud contre l’État israélien les 11 et 12 janvier 2024. L’ICSGP appelle les organisations qui le soutiennent à se joindre à des actions de soutien à La Haye pendant l’audience et à organiser des rassemblements locaux et des veillées, y compris des expressions de gratitude et de solidarité aux ambassades d’Afrique du Sud, cette semaine.


Pour plus de détails sur l’audience et pour savoir où la regarder cliquez ici

Le texte intégral de la lettre et une liste actualisée des signataires sont disponibles ici