La Via Campesina dénonce le coup d’Etat en Bolivie

(Harare, 10 novembre 2019) En tant que mouvement paysan international, nous exprimons notre profonde solidarité avec le peuple bolivien, et rejetons le coup d’État raciste, classiste et misogyne orchestré par l’impérialisme américain et les oligarchies conservatrices locales. Nous appelons à une mobilisation permanente et à une solution démocratique qui garantisse les droits humains des leaders sociaux.

Nous dénonçons le rôle des Forces armées et des médias boliviens qui ont choisi de reproduire la violence, la déstabilisation et la désinformation en alliance flagrante avec les élites locales et internationales.

Au cours des deux dernières semaines, nous avons suivi avec beaucoup d’inquiétude comment la violence a augmenté dans ce pays allié après l’échec de l’opposition lors des élections du 20 octobre dernier. Et malgré des appels répétés au dialogue, et même à la tenue de nouvelles élections, les plans du coup d’Etat ne se sont pas arrêtés, et l’assiègement du président Evo Morales l’a contraint de démissionner afin de préserver paix et la sécurité du peuple bolivien.

En cette période de crise, nous nous adressons aux institutions des Nations Unies et la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) et les appelons à la vigilance et à la seauvegarde de la démocratie et la justice en Bolivie, car ces événements graves mettent en danger non seulement l’exercice de la démocratie mais aussi la paix et la stabilité dans le continent entier. Dans ce contexte, il est essentiel de garantir le respect de l’intégrité d’Evo Morales et des autres leaders sociaux.

Nous appelons nos organisations membres et alliées à travers le monde, à la mobilisation, à organiser des actions de solidarité et faire pression pour cesser la violence, pour que ces événements ne restent pas impunis et qu’une solution juste et démocratique soit trouvée pour le bien de la grande majorité des paysans, peuples indigènes et classe populaire qui CONTINUENT de résister pour maintenir les droits acquis durant cette décennie.

La solidarité est la tendresse des peuples !

Force à nos camarades en Bolivie !

Cet article est disponible en