La campagne contre l’OMC n’est pas finie!

“ L’action contre l’OMC n’est pas finie”. C’est mots étaient écrits en grandes lettres sous la tente montée par les  grévistes de faim devant le terminal du ferry de Tsim Tsa Chui . Quatorze manifestants anti-OMC sont toujours à Hong Kong parce que la police de HK les poursuit en justice. Ils ne sont plus en prison mais ayant été libérés sous conditions, ils doivent rester à HK jusqu’à leur jugement qui aura lieu le 11 janvier. Au lieu d’attendre de manière passive leur jugement, depuis le 5 janvier, ils ont entamé une grève de la faim. Ils en sont donc à leur 4ième jour de grève. Pendant la journée, ils restent sous la tente montée à proximité du terminal des ferry côté Kowloon. Tous les jours, il y a une veillée avec des bougies sous cette tente et des habitants de HK prennent la parole pour soutenir les manifestants et demander au gouvernement de HK qu’ils soient acquités sans conditions. Etant donné l’emplacement de la tente, beaucoup de passants participent aux veillées.

Le 8 janvier, une manifestation s’est rendue au commissariat de Police et au bureau du gouvernement central de HK. Plusieurs groupes de Hong Kong et du mouvement de solidarité international s’y sont joints : familles et amis des inculpés coréens, membres de la confédération des syndicats de HK, membre de l’alliance des peuples de HK, un syndicats de Malaisie et des membres de la Fédération des paysans indonésiens (FSPI), membre de la Via Campesina.

La manifestation s’est d’abord arrêtée devant la porte principale du commissariat. Les manifestants ont pris la parole pour demander la libération sans conditions des 14 inculpés. L’alliance des peuples de HK a également remis une lettre à la police.
Aux alentours de 18 heures (heure de HK), la manifestation a atteint le bâtiment du gouvernement central. Les grévistes de la faim étaient présents devant ce bâtiment tout comme lors de l’arrêt devant le commissariat. Pendant la marche, Ali Fahmi, de la FSPI a déclaré : “ En Indonésie, 10 années d’OMC ont appauvri les paysans. C’est pour cela que les paysans indonésiens ont participé aux manifestations lors de la conférence ministérielle de l’OMC en décembre dernier. Les paysans et les travailleurs partout dans le monde sont victimes de l’OMC. Ils sont venus à HK pour détruire l’OMC et non pas s’opposer à la police ou au gouvernement de HK. Maintenant 14 personnes ne peuvent plus partir de HK. La question que nous posons au gouvernement et à la police est la suivante : de l’OMC ou des hommes  qui protégez-vous? Nous demandons expressément au gouvernement et à la police de laisser partir les manifestants du 17 décembre sans aucune condition. »
 
Les manifestants ont repris les slogans des mobilisations de décembre dernier : "Down down WTO" et "Release now".

En prenant la parole pour clôturer l’action, Elizabeth Tang de la Confédération des Syndicats de Hong Kong a déclaré que les trois jours précédents le jugement du 11 décembre seraient décisifs. C’est pourquoi, il est nécessaire qu’à HK et partout dans le monde des actions continuent et que des grèves de la faim de solidarité soient menées. Nous devons pousser le gouvernement de HK à relâcher sans aucune charge les manifestants anti-OMC.

 Tejo Pramono, Hong Kong – 9 janvier 2006
 Tejo Pramono fait partie du personnel du secrétariat international de  La Via Campesina à Jakarta.
 

Cet article est disponible en