|

L’OMC n’est pas adaptée à son objectif dans une ère de multiples crises ; il est temps d’une alternative : la société civile asiatique

Les membres de La Via Campesina en Asie se sont joints à un certain nombre d’autres organisations de la société civile et mouvements sociaux pour dénoncer l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui se réunit à Abu Dhabi du 26 au 29 février 2024. « Le chemin à suivre pour le Sud est une voie en dehors de l’OMC. Un cadre commercial mondial alternatif basé sur les principes de souveraineté alimentaire, de justice sociale, de solidarité et d’internationalisme est maintenant plus urgent que jamais », ont-ils souligné.


Le 28 février 2024 : L’Organisation mondiale du commerce (OMC) se réunit à Abu Dhabi du 26 au 29 février 2024 pour sa 13e Conférence ministérielle (CM13) alors que des troubles paysans sont signalés dans le monde entier. Depuis janvier 2023, les agriculteur·rice·s manifestent dans au moins 65 pays, dont l’Afrique, l’Europe et l’Amérique latine. En Asie, plus de 10 pays ont été témoins de mobilisations de paysan.nes à l’approche de la conférence de quatre jours qui réunira des délégué·e.s et des ministres de 164 pays pour discuter des questions liées à la pêche, à l’agriculture et au commerce numérique.

En Corée du Sud, le gouvernement est vivement critiqué par les groupes paysan·ne·s pour sa politique de réductions tarifaires qui a entraîné un influx massif de produits agricoles bon marché. Il.el.s plaident pour des réformes institutionnelles plus globales, notamment l’isolement des marchés nationaux des importations bon marché, le renforcement de l’autosuffisance alimentaire par la stabilisation de la gestion du riz et des politiques d’ajustement de la production. Le Sri Lanka continue de subir une crise économique et de la dette multifacette, mais le gouvernement continue d’importer des aliments de faible valeur nutritive. Les groupes d’agriculteur·rice·s au Sri Lanka poursuivent leurs luttes et leurs demandes de prix garantis, et intensifient les conseils de commercialisation et de stockage du riz négligés.

En Inde, des dizaines de milliers d’agriculteur·rice·s sont de nouveau en marche vers New Delhi, la capitale nationale, tenant le gouvernement responsable de ses promesses non tenues et de son incapacité, malgré ses tentatives, à sécuriser les intérêts de l’agriculture indienne à l’OMC. Alors que la crise agraire en Inde s’aggrave, les rapports indiquent qu’il y avait un stupéfiant suicide d’agriculteurs chaque heure en 2022. La Samyukth Kisan Morcha (Front uni des paysan·ne·s), qui dirige les protestations, exige des prix rémunérateurs comme solution permanente à l’OMC pour la capacité de l’Inde à maintenir son programme public de constitution de stocks alimentaires.

L’Indonésie a vu un excès d’importations de riz au début de 2024, juste avant la saison des récoltes qui commence en mars. Le Syndicat des paysan·ne·s indonésien·ne·s est dans les rues pour exiger l’arrêt de cette politique déconcertante qui réduira certainement les prix à la ferme et conduira davantage à la faillite des agriculteur·rice·s. Les agriculteur·rice·s au Népal protestent parce qu’il·el·s ne peuvent pas rivaliser avec les importations de légumes indiens. Aux Philippines, en Thaïlande et au Japon, les agriculteur·rice·s demandent à leurs gouvernements respectifs de promulguer des politiques qui amélioreraient leur qualité de vie.

Outre les manifestations agraires, les pêcheur·euse·s et les pêcheur·se·s artisan·e·s manifestent dans toute la région contre la perte de moyens de subsistance, la diminution des ressources halieutiques, les importations et la privatisation des zones côtières à travers des projets sous le label de l’Économie Bleue, des projets massifs de récupération de terres et l’extraction en mer. En réponse à la capture corporative des océans, la communauté de la pêche a récemment organisé un tribunal populaire en 2022 où ils ont mis en lumière des problèmes tels que l’accaparement des océans, les dangers des industries extractives et la déréglementation de l’investissement étranger pour faciliter les flottes de pêche lointaines et les usines de farine de poisson.

Les gouvernements du Sud sont incapables de répondre à ces crises et manifestations généralisées en raison de leur adoption erronée de politiques de libre-échange et d’investissement. Ils seront une fois de plus sur la défensive lors de la CM13 de l’OMC. Depuis sa création il y a près de 30 ans en 1995, les pays en développement sont restés sur la défensive dans tous les aspects des négociations de l’OMC, quelques victoires pyrrhiques à Seattle (1999) et Cancún (2003) mises à part.

À Abu Dhabi, une fois de plus, un scénario familier se déroule alors que l’OMC en crise tente de pousser son agenda défectueux et obsolète de libéralisation du commerce dans des domaines tels que les subventions à la pêche, l’agriculture et les services (en particulier dans le domaine du commerce numérique).

Dans les premières années, l’Accord sur l’agriculture (AoA) de l’OMC a été contesté de l’intérieur par des coalitions de pays en développement telles que le G20 et le G33. La coalition G20 établie en 2003 et dirigée par le Brésil et l’Inde a tenté de se concentrer sur l’accès au marché pour les pays en développement et a également attaqué les subventions intérieures prévalentes et les subventions à l’exportation dans les pays développés. Mais ces deux agendas se sont révélés être un mirage. L’expérience des trois dernières décennies a montré que les pays développés continuent d’augmenter les subventions pour leurs intérêts agro-industriels, tandis que les tentatives des pays en développement de sécuriser l’accès au marché ont divisé le Sud, comme le montre l’effondrement de la coalition G20 après 2004. La coalition G33, avec un leadership fourni par l’Indonésie et l’Inde, a mobilisé un soutien pour des mécanismes spéciaux de sauvegarde et des produits spéciaux pour garantir la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance ruraux dans les pays du Sud. De plus, depuis 2013, ils ont poussé pour une solution permanente pour arrêter l’attaque contre les programmes publics de constitution de stocks dans les pays en développement. Malgré ces questions gagnant du terrain parmi les pays clés d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, l’opposition implacable des grands pays exportateurs de produits agricoles risquera très probablement de nouveau de faire dérailler les efforts pour parvenir à cela à Abu Dhabi.

Sur les questions de la pêche, malgré le fait que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) soit l’espace bien établi pour discuter des questions de durabilité, de nouvelles négociations sur les subventions ont été imposées aux pays en développement lors de la Conférence ministérielle de Doha de 2001. Ici encore, de nombreux pays en développement ont présenté des propositions pendant 20 ans pour garantir que les grandes flottes industrielles dans le Nord soient réduites, qu’il y ait un traitement spécial et différencié pour les pêcheur·euse·s à petite échelle dans le Sud, et qu’un espace politique adéquat soit maintenu pour protéger les moyens de subsistance des pêcheur·euse·s traditionnel·les. Au lieu de cela, nous avons maintenant un Accord de l’OMC sur les subventions à la pêche inégal en 2022 qui protège les subventions à la pêche d’entreprise et prévoit un traitement spécial et différencié inversé pour le Nord.

Pendant trois décennies, au lieu de mettre en lumière les problèmes fondamentaux auxquels sont confrontées les communautés agricoles et de pêche, les négociateurs du Sud ont été piégés dans la logique de l’accès au marché et des tentatives infructueuses de discipliner les subventions par le biais d’accords de l’OMC. Cette mascarade doit cesser car le libre-échange et les accords de l’OMC n’ont jusqu’à présent servi qu’à détruire les moyens de subsistance de centaines de millions de paysan·ne·s, de pêcheur·euse·s et de travailleur·euse·s dans le Sud global.

La voie à suivre pour le Sud est une voie en dehors de l’OMC. Les pays en développement ne devraient pas poursuivre de nouvelles négociations et renforcer plutôt les forums et mécanismes démocratiques à l’ONU, tels que la CNUCED, pour promouvoir des accords multilatéraux qui favorisent le développement économique authentique, la coopération, le développement durable et le bien-être de leurs populations. Une alternative cadre commercial mondial basée sur les principes de souveraineté alimentaire, de justice sociale, de solidarité et d’internationalisme est maintenant plus urgente que jamais.


Soutenu par :

Alyansa Tigil Mina — ATM (Philippines)
All Nepal Peasants Federation — ANPFa, La Via Campesina (Nepal)
Aniban ng mga Manggagawa sa Agrikultura — AMA (Philippines)
Assembly of the Poor, La Via Campesina (Thailand)
Bangladesh Agricultural Farm Labour Federation — BAFLF, La Via Campesina (Bangladesh)
Bhartiya Kisan Union — BKU, La Via Campesina (India)
Bukluran ng Manggagawang Pilipinas — BMP (Philippines)
Cholistan Development Council (Pakistan)
Crofter Foundation (Pakistan)
Dakila — Philippine Collective for Modern Heroism (Philippines)
Ekologi Maritim Indonesia (Indonesia)
FIAN (Indonesia)
Focus on the Global South (Thailand, Philippines, Cambodia and India)
Food Sovereignty Alliance (India)
Franciscan Sisters of the Immaculate Conception (Philippines)
Harri Jadojehad Committee (Pakistan)
Hints/Sahita Institute (Indonesia)
In Defense of Human Rights and Dignity Movement — iDEFEND (Philippines)
Indian Coordination Committee of Farmers Movements — ICCFM, La Via Campesina (India)
Indian Social Action Forum — INSAF (India)
Indonesia Traditional Fisherfolk Union — KNTI (Indonesia)
Integrated Rural Development Foundation — IRDF (Philippines)
Ka Tribu ug ang Lasang (Philippines)
Karnataka Rajya Raitha Sangha and Hasiru Sene — KRRS, La Via Campesina (India)
Kilusan para sa Repormang Agraryo at Katarungang Panlipunan — KATARUNGAN (Philippines)
Kissan Karkeela Organisation (Pakistan)
Korean Peasants League, La Via Campesina (South Korea)
Korean Peasant Women Association, La Via Campesina (South Korea)
Labour Education Foundation (Pakistan)
Lilak, Purple Action for Indigenous Women’s Rights — LILAK (Philippines)
Movement for Land and Agricultural Reform — MONLAR, La Via Campesina (Sri Lanka)
Nagkakaisang Magsasaka ng Gitnang Luzon — NMGL (Philippines)
Oriang (Philippines)
Pambansang Katipunan ng mga Samahan sa Kanayunan — PKSK (Philippines)
Pambansang Koalisyon ng Kababaihan sa Kanayunan — PKKK (Philippines)
PARAGOS Pilipinas, La Via Campesina (Philippines)
Partido Lakas ng Masa — PLM (Philippines)
Partido Manggagawa — PM (Philippines)
Pakistan Kissan Rabita Committee, La Via Campesina (Pakistan)
People’s Democracy Movement of Thailand — PDMT (Thailand)
People’s Development Institute — PDI (Philippines)
Philippine Alliance of Human Rights Advocates — PAHRA (Philippines)
National Fisheries Solidarity Movement — NAFSO (Sri Lanka)
Pagkakaisa ng mga Samahan ng Mangingisda PANGISDA-Pilipinas (Philippines)
SANLAKAS (Philippines)
Sentro ng Nagkakaisa at Progresibong Manggagawa — SENTRO ( Philippines)
Serikat Petani Indonesia, La Via Campesina (Indonesia)
Southern Peasants’ Federation of Thailand — SPFT (Thailand)
Tambuyog Development Center (Philippines)
Tameer e Nou Women Workers Organisation (Pakistan)
Thamizhaga Vivasayigal Sangam — TVS, La Via Campesina (India)
Transnational Institute — TNI (International)
Trade Justice Pilipinas (Philippines )
United Broiler Raiser’s Association — UBRA (Philippines)
Vivasayigal Thozhilalargal Munnetra Sangam — VTMS (India)
WomanHealth (Philippines)

Cette publication est également disponible en %s.