Campagne internationale pour l’acquittement des manifestants anti-OMC

Le 9 et le 10 janvier, divers groupes de la société civiles ont mené des actions partout dans le monde pour demander l’acquittement sans conditions des 14 manifestants contre l’OMC retenus à Hong Kong. Des actions ont eu lieu devant les embassades et consulats chinois en Corée du Sud, Indonésie, Sri Lanka, Népal, Inde, Japon, Philippines, Bangladesh, Espagne, Allemagne, Belgique, Autriche, Australie et aux Etats-Unis. Une action a également eu lieu devant le siège de l’OMC à Genève. Des paysans, des syndicats et des ONG demandent la libération des opposants à L’OMC en grève de la faim à Hong Kong

Communiqué de presse – 10 Janvier 2006

Genève – Des représentants d’organisations paysannes, de syndicats et de groupes de la société civile se sont réunis devant l’OMC aujourd’hui pour demander la libération des opposants à l’OMC. 14 militants anti-OMC sont encore sous inculpation à Hong Kong pour des évènements qui ont eu lieu le 17 décembre pendant la Conférence interministérielle de l’OMC. 12 des 14 inculpés sont en grève de la faim pour souligner l’injustice de leur situation et pour protester contre l’OMC.

José Bové, un militant paysan français a déclaré "La conférence de l’OMC a refusé d’entendre la voix de millions de paysans du monde entier, entraînant l’adoption d’un accord qui met en péril leur survie." Il demande la libération immédiate des 14 opposants. "Les 14 prisonniers sont le symbole de notre lutte dans le monde entier contre l’accord adopté à l’OMC." José
Bové a présenté à l’OMC une lettre signée par plus de 100 organisations du monde entier qui demande la libération immédiate des opposants. José Bové a également remis un message d’opposition à l’OMC transmis par les 12 militants en grève de la faim.

José Reynes, un réalisateur de film français qui a été emprisonné à Hong Kong pendant la conférence de l’OMC a déclaré, "Je manifestais avec des milliers de paysans du monde entier de manière pacifique devant le lieu de réunion de l’OMC contre le libre-échange. Mais les autorités de Hong Kong nous ont arrêtés, brutalisés et traités comme des criminels."

Valentina Hemmeler, du Syndicat Paysan Suisse Uniterre, a déclaré "Il est temps que les autorités chinoises libèrent les opposants et que l’OMC prenne en compte la voix et les droits des peuples du monde."

Le procès des 14 opposants aura lieu à Hong Kong mercredi 11 janvier.

Contacts: Rudi Berli, Uniterre, à Genève, 41-78-707-7883,
rudi.berli@wanadoo.fr <mailto:rudi.berli@wanadoo.fr>

Florence Proton, ATTAC-Suisse, 41-78-273-0577, floprot@gmail.com
<mailto:floprot@gmail.com>

José Bové, Confédération Paysanne, en France, 33-685-679733

Cet article est disponible en