Intensification des attaques sur les paysan·ne·s de Gaza

La bande de Gaza, où 2 millions de palestiniens vivent sous blocus terrestre, maritime et aérien depuis 2007, compte en grande partie sur l’agriculture vivrière et la pêche pour subvenir aux besoins des habitants. L’importation des aliments est soumise à des restrictions sévères et seulement une nomenclature d’aliments peut entrer dans le territoire, en petites quantités emballées ou surgelées. Les paysan·ne·s et les pêcheurs locaux sont donc les garants de la vie dans la bande de Gaza. Or, ils subissent des attaques permanentes qui se sont intensifiées en fin de 2019 et en janvier 2020.

L’union des comités d’action agricole, organisation paysanne palestinienne et membre de La Via Campesina, documente les agressions israéliennes à l’encontre des paysan·ne·s et publie périodiquement des rapports sur les violations des droits des paysans. L’organisation a documenté plusieurs cas de meurtres, de destruction de terres et de récoltes durant les deux derniers mois :érien depuis 2007, compte en grande partie sur l’agriculture vivrière et la pêche pour subvenir aux besoL’union des comités d’action agricole, organisation paysanne palestinienne et membre de La Via Campesina, documente les agressions israéliennes à l’encontre des paysan·ne·s et publie périodiquement des rapports sur les violations des droits des paysans. L’organisation a documenté plusieurs cas de meurtres, de destruction de terres et de récoltes durant les deux derniers mois :érien depuis 2007, compte en grande partie sur l’agriculture vivrière et la pêche pour subvenir aux besoL’union des comités d’action agricole, organisation paysanne palestinienne et membre de La Via Campesina, documente les agressions israéliennes à l’encontre des paysan·ne·s et publie périodiquement des rapports sur les violations des droits des paysans. L’organisation a documenté plusieurs cas de meurtres, de destruction de terres et de récoltes durant les deux derniers mois :érien depuis 2007, compte en grande partie sur l’agriculture vivrière et la pêche pour subvenir aux besoL’union des comités d’action agricole, organisation paysanne palestinienne et membre de La Via Campesina, documente les agressions israéliennes à l’encontre des paysan·ne·s et publie périodiquement des rapports sur les violations des droits des paysans. L’organisation a documenté plusieurs cas de meurtres, de destruction de terres et de récoltes durant les deux derniers mois :

Carte des agressions sur les paysan·ne·s de Gaza en décembre 2019 et janvier 2020

Les paysan·ne·s de Gaza dans le viseur des soldats israéliens

L’UCAA a documenté plusieurs agressions à l’arme à feu et les explosions de mines visant les paysans. L’ouverture de feu durant les deux derniers mois a été enregistrée à Choujaia, Chaaf, Rafah, Beit Hanoun, Farahin, Absan, et Qarara (toutes des zones de Gaza). Un paysan a été directement touché par un tir et a été gravement blessé.

Deux cas d’explosions de mines dans des terres agricoles ont été enregistrés en janvier 2020, à Karam Abou Salem, provoquant le décès du paysan palestinien Mahdi Aid le 18 janvier alors qu’il travaillait son champs, et la blessure grave d’un autre paysan le même jour.

Destruction de terres agricoles

L’UAA a enregistré 5 cas de destruction de terres agricoles par l’inondation en janvier 2010. L’armée israélienne a provoqué les inondations par l’ouverture de passages d’eau à Choujaia et à Jabalia, ce qui a détruit des centaines de dunam (1 dunam = 1000 m2) de récoltes.

Les 15 et 16 janvier 2020, des avions israéliens ont aspergé des champs agricoles de Gaza de matières toxiques, provoquant l’intoxication des terres et la destruction des récoltes à Choujaia, Bareij, Wadi Salqa, Qarara, Absan, Khouzaa et Khan Younes.

Lire aussi :

Cet article est disponible en