Déclaration de La Via Campesina sur la décision historique de la CIJ concernant le génocide à Gaza

(Bagnolet : 26 janvier 2024)

La Cour internationale de justice (CIJ) a rendu aujourd’hui un arrêt historique en réponse à une requête du gouvernement sud-africain, marquant ainsi une étape importante dans la quête de justice et de responsabilité. L’arrêt enquête sur les allégations de génocide commis par l’occupation israélienne contre les Palestinien·ne·s de la bande de Gaza pendant la guerre en cours, qui a tragiquement fait plus de 26000 victimes palestiniennes, dont plus de 64 000 blessé·e·s et des milliers de disparu·e·s, en majorité des femmes et des enfants.

La Via Campesina se félicite de cette décision cruciale de la CIJ, qu’elle considère comme une victoire historique pour les droits du peuple palestinien et comme un premier pas crucial vers la responsabilisation de l’occupation israélienne pour ses crimes persistants et son évitement de la punition. Les ordres contraignants de la CIJ demandent à l’occupation israélienne de garantir l’accès de la population palestinienne à l’aide humanitaire, de prévenir les actes relevant du génocide, de prévenir et de punir l’incitation directe et publique à commettre un génocide, de prendre des mesures efficaces pour empêcher la destruction des preuves liées aux allégations de génocide, et de rendre compte des mesures prises pour mettre en œuvre les ordres de la Cour dans un délai d’un mois.

Bien que nous ayons espéré, à La Via Campesina, que la Cour rende une décision de cessez-le-feu immédiat comme mesure minimale pour sauver la vie de milliers de Palestinien·ne·s qui continuent d’être victimes de cette guerre, comme cela a été le cas lors de la guerre russo-ukrainienne, nous reconnaissons l’importance du rôle joué par la Cour dans la mise en œuvre de cette décision. Cette décision, qui soumet pour la première fois l’occupation israélienne à une responsabilité juridique, est une étape essentielle pour isoler l’État occupant en tant qu’État accusé d’avoir commis un génocide. Il est nécessaire que les États qui soutiennent l’occupation israélienne, en particulier ceux qui lui fournissent des armes, cessent de la soutenir, car elle contrevient à la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide.

Nous continuons de croire que cette décision de la CIJ est une première étape dans la responsabilisation de l’occupation pour ses crimes odieux et l’utilisation sans précédent de la famine comme arme dans sa guerre contre les civil·e·s à Gaza. Plus de deux millions de Palestinien·ne·s souffrent de la faim en raison de l’utilisation par l’occupation de tactiques d’affamation. La Via Campesina reste ferme dans son engagement à soutenir le peuple palestinien dans sa lutte pour la justice et son droit à vivre dans la dignité.
Cette décision nous donne de l’espoir, car elle montre que la justice peut triompher de l’oppression.
La Via Campesina est unie et continue à lutter pour une liberté durable et le respect de la Palestine et de son peuple.
La Via Campesina est résolument solidaire et se fait l’écho de l’appel à la liberté et à la dignité durables pour la Palestine et son peuple.

Mondialisons la lutte, mondialisons l’espoir