Gaza célèbre le premier anniversaire de la Déclaration des droits paysans

Des centaines d’agriculteurs et de pêcheurs de Gaza célèbrent le premier anniversaire de la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales.

Le 19 décembre 2019 à Gaza, des centaines de paysans et de pêcheurs ont scandé des slogans contre l’occupation israélienne qui est responsable de nombreuses violations commises à leur encontre. Ils ont également scandé des slogans appelant la communauté internationale à faire pression sur l’occupation israélienne pour mettre fin à ces violations, et ils ont hissé les drapeaux de la Palestine et de la Via Campesina, y compris des banderoles appelant la communauté internationale à activer et à mettre en œuvre la Déclaration universelle des droits des paysans et autres travailleurs en milieu rural.

Les paysans et les pêcheurs ont organisé un sit-in aujourd’hui devant le siège du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme à Gaza, organisé par l’Union des Comités d’Action Agricole et La Via Campesina en Palestine pour célébrer le premier anniversaire de l’adoption par l’Assemblée Générale des Nations Unies de la Déclaration Universelle des Droits des Paysans et des Autres Travailleurs en Milieu Rural. Au cours de la conférence de presse, le Directeur du Département du Plaidoyer de l’Union des Comités de Travail Agricole, M. Saadeddin Ziada, a déclaré : ” Aujourd’hui, nous célébrons avec le reste des paysans du monde entier la grande victoire remportée par le mouvement de La Via Campesina. La lutte pour la reconnaissance a duré près de 17 ans jusqu’à ce que les Nations Unies adoptent la Déclaration sur les droits des paysans et autres travailleurs en milieu rural, que nous souhaitons voir mise en œuvre afin de protéger les paysans et de garantir leurs droits “.

Au nom des institutions des droits de l’homme, M. Hussein Hammad, chercheur au Centre Al-Mezan pour les droits de l’homme, a souligné que l’occupation israélienne continuait de violer les droits des agriculteurs et des pêcheurs dans les zones d’accès restreint, tant sur terre que sur mer, et qu’elle maintenait en outre le blocus en cours, qui constituait des violations manifestes des droits des agriculteurs et des pêcheurs, faisant fi de tous les pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme, en particulier la Déclaration des droits des paysans. Nous, en tant qu’organisations des droits de l’homme, demandons l’activation de tous les accords sur les droits de l’homme ainsi que l’activation de la Déclaration Universelle des Droits des Paysans, qui donne la priorité à l’importance des paysans dans les sociétés en général. Nous appelons également la communauté internationale à faire pression sur l’occupation israélienne pour qu’elle respecte les dispositions des pactes et conventions internationaux relatifs aux droits de l’homme.

Wissam de Zaanain, représentant La Via Campesina en Palestine, a déclaré dans son discours que les paysan·ne·s de Palestine en ce jour ajoutent leur voix à celle de centaines de millions de paysan·ne·s dans tous les coins du monde pour exiger la protection des paysan·ne·s et garantir leurs droits. Cela permettrait aux agriculteurs de jouer leur rôle dans la chaîne de production alimentaire, y compris l’alimentation communautaire, et de contribuer ainsi à mettre fin à la faim, à la pauvreté, à l’insécurité alimentaire et à garantir la dignité humaine pour toutes et tous.

A la fin du sit-in, une délégation conjointe représentant les agriculteurs et les pêcheurs, l’Union des Comités d’Action Agricole, La Via Campesina en Palestine, le Syndicat des travailleurs agricoles et le Centre Al-Mezan a remis au Directeur du Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l’homme à Gaza un message qui comprenait un rapport détaillé sur la réalité des violations commises à l’encontre des agriculteurs et des pêcheurs dans les zones d’accès restreint sur terre et sur mer et exposait également les revendications de ces agriculteurs et pêcheurs à l’égard de la communauté internationale et des institutions mondiales.

Lire aussi :

Cet article est disponible en