Suisse : approvisionnement laitier, Il faut que cela change

Communiqué de presse d’Uniterre, NBKS, SAM, IG Bäuerliche Familienbetriebe

Nous avons besoin d’un avenir pour un approvisionnement laitier issu d’une production durable et paysanne !

(Lausanne, le 27.05.2016) Ce 27 mai 2016, les organisations de la base paysannes Uniterre, NBKS, SAM, IG Bäuerliche Familienbetriebe posent des revendications unanimes et communes pour stopper la déroute complète du marché laitier suisse et notamment le marché du lait industriel. Ils souhaitent pouvoir vendre équitablement du lait d’excellente qualité et durable pour tous les consommateurs du pays. Or actuellement les prix n’ont jamais été aussi bas, ce qui remet en cause, à très court terme la viabilité de nombreuses fermes. Il y a urgence! Elles profitent du forum réunissant ce jour l’Union suisse des paysans (USP), la Fédération des producteurs suisses de lait (FPSL) et l’Interprofession du lait (IP-Lait) pour les faire connaître. 

Ces revendications sont les suivantes :

1. Un système de régulation efficace  Depuis la libéralisation du marché en 2009, les producteurs ont complètement perdu la possibilité d’adapter leurs quantités aux demandes du marché. Les industries et les grands distributeurs se sont emparés de la filière et ne communiquent jamais leurs besoins. Pire, en cas de surproduction, les surplus sont exportés grâce à une taxe prélevée à tous les producteurs, via l’entreprise Lactofama. Afin que cela change, un système de régulation souple, basé sur le prix, doit être mise en place avec les acteurs de la filière et géré par la Fédération des producteurs suisses de lait (FPSL).

2. La FPSL doit devenir une organisation de marché en main des paysannes et des paysans, qui négocie les quantités et le prix avec les différents acheteurs. L’organisation représente encore actuellement l’ensemble des producteurs.trices de lait de ce pays. A ce titre, elle doit jouer un rôle central dans le marché laitier et devenir l’organe incontournable pour toute entreprise qui souhaite acheter du lait. Elle doit également appliquer le système de régulation du marché.

3. Plus de démocratie à la Fédération des producteurs suisses de lait  Afin de renforcer la position des familles paysannes au sein de leur propre organisation, il semble primordial que ces dernières soient consultées individuellement pour les décisions d’importance stratégique. Nous demandons à ce que des réformes soient apportées dans ce sens. Il est important que l’organisation soit plus transparente, afin que puisse s’instaurer un véritable dialogue avec ses membres et un renforcement de ses positions.

4. Droit de ne pas produire la surproduction  Actuellement les paysannes et les paysans sont obligés de produire l’ensemble de leurs quantités, même celles qui participent à la surproduction (quota B et C). Or ces quantités coûtent très cher à produire et surtout à exporter (subvention à l’exportation). Afin que les paysannes et les paysans puissent obtenir un prix équitable pour le lait qu’elles produisent, ces quantités ne devraient plus être produites. Une base légale modifiée, des contrats transparents (avec une quantité A fixée) et un prix, accompagnée d’un système de régulation devrait le permettre.

 Contacts

(f) Claude Demierre, commission lait Uniterre, 0763479060, c.demierre@uniterre.ch

(d/f) Rudi Berli, secrétaire Uniterre, 0787077883, r.berli@uniterre.ch

(d) Kobi Alt, Vice-président Uniterre, 0783218018, fam.alt@bluewin.ch

(d) Jürg Rechsteiner, NBKS/SAM, 0765390366, reche52@bluewin.ch

(d) Markus Müller-Birrer, 0792164030, muellertrutigen@bluewin.ch

Cet article est disponible en