Portugal : La CNA dénonce les procédures discriminatoires pour l’accès des paysan·nes aux avances de la PAC

La Confederação Nacional da Agricultura – CNA, membre portugais de La Via Campesina, déplore les complications et les discriminations du ministère de l’Agriculture à l’égard des paysan·nes dans le paiement anticipé des aides de la Politique agricole commune (PAC). Voici leur communiqué de presse.

Coimbra, 17 mai 2022 – Le ministère de l’Agriculture a annoncé que les bénéficiaires de la politique agricole commune (PAC) pourront faire une demande, à partir du mardi 17 mai, pour recevoir une avance d’une partie de l’aide à laquelle ils ont droit.

Mais, une fois de plus, le ministère de l’Agriculture a compliqué la vie des agriculteurs.
Un processus qui pourrait – et devrait – être simple et automatique est rendu plus difficile par l’obligation que tous les agriculteurs doivent faire une nouvelle demande (après l’avoir déjà soumise). pour la demande unique d’aide 2022).

En plus d’être difficile, la procédure est également discriminatoire dans la mesure où elle exclut les demandes dématérialisées (en ligne), des agriculteurs qui n’ont pas d’enregistrement individuel sur le portail de l’Institut de financement de l’agriculture et de la pêche (IFAP), même s’ils sont bénéficiaires de la PAC.

Ce processus exclut un grand nombre de bénéficiaires, notamment les petits et moyens agriculteurs, qui ne sont pas formés à l’utilisation des outils numériques.
La CNA dénonce également le fait que, bien qu’elle puisse apporter un certain renforcement temporaire de fonds aux exploitations agricoles, cette aide annoncée comme “Soutien exceptionnel à la crise” n’a rien d’exceptionnel. Il s’agit de verser plus tôt une partie de l’argent que les agriculteurs recevront plus tard. En d’autres termes, le gouvernement semble vouloir faire un grand spectacle avec de l’argent qui appartient déjà de droit aux agriculteurs (et qui a même été anticipé les années précédentes).

En outre, il s’applique à ceux qui sont inscrits au système, il ne s’applique pas à environ 40 % des agriculteurs portugais qui ne reçoivent pas d’aide de la PAC. Les agriculteurs sont toujours dans l’attente d’un soutien vraiment exceptionnel pour minimiser une situation tout aussi exceptionnelle de grandes difficultés.
La CNA exige une nouvelle fois la mise en œuvre de la disposition relative à l’électricité verte, approuvée il y a près d’un an par le Parlement et qui aurait dû entrer en vigueur il y a près de six mois, ainsi que d’autres aides extraordinaires, telles que la mesure PDR2020 pour faire face à l’augmentation des coûts de production, annoncée depuis janvier, et l’aide de la soi-disant réserve de crise, qui est toujours sur la glace.

Il ne suffit pas que le ministère de l’Agriculture et le gouvernement apparaissent dans les médias pour discuter de la question avec des discours propagandistes annonçant sans cesse les mêmes millions pour l’agriculture. Ce qui compte, c’est qu’un soutien concret soit rapidement envoyé aux exploitations et aux agriculteurs qui veulent continuer à produire pour nourrir le pays.


Contact : cna@cna.pt


Cet article est disponible en