| |

Philippines : Les membres d’Asie du Sud-Est et de l’Est de La Via Campesina réitèrent leur soutien à la lutte pour la terre à Sumalo

Les membres de La Via Campesina en Asie du Sud-Est et de l’Est ont réitéré le soutien et la solidarité du mouvement paysan mondial avec les luttes pour la terre des paysan·nes de Sumalo aux Philippines, qui durent depuis plus de deux décennies.

Les habitant·es de Sumalo, dans l’État de Bataan, risquent à nouveau d’être expulsés après que leur gouvernement municipal ait cherché à placer une parcelle de 200 hectares sous le régime du Programme global de réforme agraire (CARP). Et ce, en dépit d’un arrêt de la Cour suprême (SC) selon lequel la propriété est inadaptée à un usage agricole. Depuis plus de deux décennies, des intérêts particuliers ont demandé au gouvernement l’autorisation de développer cette propriété de 200 hectares et de l’exploiter à des fins industrielles, ce que les habitant·es de Sumalo ont vivement contesté.

Des membres de l’Articulation des femmes d’Asie du Sud-Est et de l’Est de La Via Campesina, qui a récemment tenu sa réunion régionale à Manille, aux Philippines, ont rencontré les communautés paysannes de Sumalo. Les membres présents ont émis une lettre de soutien signée à l’organisation locale SANAMABASU (organisation du peuple uni de Baangay Sumalo), qui mène cette lutte. PARAGOS, l’organisation membre de LVC dans le pays, a également exprimé sa solidarité avec le peuple de Sumalo.

Voici la déclaration complète publiée par les délégué·es de LVC :

Les paysan·nes ont le droit de vivre dans la dignité. Les paysan·nes nourrissent le monde, et les femmes paysannes jouent tout particulièrement un rôle important dans la survie de leurs familles respectives et dans la garantie de la souveraineté alimentaire. Par conséquent, les femmes paysannes et leurs familles doivent avoir un accès et un contrôle total sur les terres qu’elles cultivent, utiliser et gérer la terre et les ressources naturelles, et être libres de toute forme de discrimination et de violence. Ces droits sont tous affirmés par la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan·nes et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP). Les Philippines sont l’un des 121 États qui ont voté pour l’adoption de l’UNDROP.

Nous, à l’ARTICULATION DES FEMMES DE LA VIA CAMPESINA EN ASIE DU SUD-EST ET DE L’EST, croyons fermement que tous les paysan·nes, y compris les paysan·nes philippins, devraient jouir de ces droits et que le gouvernement des Philippines devrait reconnaître, respecter et réaliser leurs droits.

Les paysan·nes membres de SAMAHAN NG NAGKAKAISANG MAMAYAN NG BARANGAY SUMALO (SANAMABASU) luttent depuis longtemps pour leur terre et leur souveraineté alimentaire et ont gagné leur procès agraire mais restent privés de ces droits.

Par conséquent, nous soutenons entièrement SANAMABASU dans sa lutte et nous demandons à tous les détenteur·trices de droits paysans d’appliquer immédiatement les lois locales de la réforme agraire, d’assurer la sécurité et la sûreté des habitant·es de Sumalo et de procéder à la distribution des terres de toute urgence.

Nous demandons également aux responsables de s’attaquer aux multiples problèmes que les paysan·nes de Barangay Sumalo rencontrent quotidiennement.

Signé à Manille, Philippines, le 20 septembre 2022.