Morgan Ody : « La voie de l’avenir est une société avec la souveraineté alimentaire »

La Coordinatrice générale de La Via Campesina parle des luttes contre l’OMC et du chemin vers la souveraineté alimentaire

Par Capire

Pour La Via Campesina, le 10 septembre est une date de lutte contre le libre-échange. Les importations alimentaires et l’introduction de l’agriculture dans les accords de libre-échange ont un impact direct sur la vie des paysans et des paysannes, détruisant les conditions qui soutiennent la production et les moyens de subsistance paysanne, tout en bénéficiant les grandes sociétés transnationales du secteur.

Pour marquer cette date, nous avons parlé avec Morgan Ody, membre de la Coordination européenne de La Via Campesina qui, en 2021, est devenue coordinatrice générale de La Via Campesina (LVC) lorsque le siège du Secrétariat opérationnel international de l’organisation a été transféré en France. Dans l’interview, Morgan a parlé des progrès réalisés par LVC en 30 ans d’existence, de la lutte contre l’Organisation mondiale du commerce et des dommages causés par l’OMC à la souveraineté des pays, ainsi que des stratégies pour construire la souveraineté alimentaire dans le monde entier.*

Morgan, peux-tu nous raconter sur comment tu t’es impliquée dans LVC et sur le travail que tu as fait jusqu’à présent ?

Je suis agricultrice et je cultive des légumes. Je travaille dans la Confédération paysanne ici en France depuis plus de dix ans, principalement dans la lutte liée à la question de l’accès à la terre. Mon père était aussi un petit agriculteur et membre de la CP, donc je m’y suis impliquée depuis l’enfance. Depuis plus de deux ans, je participe au Comité Européen de Coordination de La Via Campesina [CELVC], et cela fait un an que je fais partie de la Coordination Générale de LVC. C’est une énorme responsabilité, mais ce n’est pas une responsabilité que je porte seule. Quelqu’un doit occuper ce poste, mais la responsabilité politique de LVC incombe au Comité de coordination internationale. Nous sommes 22 personnes de partout dans le monde, et c’est dans cet espace que nous prenons des décisions. La Coordination générale est également collective dans le sens où maintenant la région européenne a cette responsabilité, il y a donc de nombreux échanges, à la fois avec des dirigeantes d’autres régions et avec d’autres personnes des organisations.

La question est de faire de notre mieux, et je suis convaincue que la seule voie pour l’avenir réside dans la construction d’une société avec souveraineté alimentaire, avec une répartition équitable des terres. Une transformation profonde dans la façon dont nous produisons et partageons ce que nous produisons, afin que les gens puissent avoir une vie digne. Face à d’immenses défis, tels que la biodiversité, l’alimentation, la crise climatique, les guerres et les conflits, je crois fermement que ce pour quoi nous nous battons représente une petite lumière.

Cette année a marqué la célébration des 30 ans de LVC, une organisation axée sur la défense des droits et des modes de vie des paysans et des paysannes du monde entier. Que signifie cette réalisation et quelles contributions LVC a-t-elle apportées à la transformation sociale depuis sa création ?

C’est à la création de LVC que les mouvements paysans ont pu pour la première fois se rencontrer au niveau international. Sa simple existence était donc déjà une immense réussite. Les paysannes et les paysans travaillent depuis 12 mille ans, mais la construction d’un tel mouvement demande beaucoup de travail, car, dans l’ensemble, nous sommes des gens très humbles. Dans de nombreux pays, les gens ne sont même pas reconnus comme des paysans.

“Pour nous, être paysan ou paysanne n’est pas un travail, mais une façon de vivre et d’assurer un gagne-pain pour nous-mêmes et nos communautés.”

Historiquement, les mouvements sociaux modernes se sont construits avec les travailleurs de l’industrie. Au 19ème siècle, l’internationalisme s’est construit avec le prolétariat, mais pas avec la paysannerie. De la classe bourgeoise à la gauche, l’espoir d’un bel avenir était dans la classe ouvrière, mais la paysannerie était largement exclue. Actuellement et depuis au moins 40 ans, nous vivons une crise de cette idée de modernité, notamment à cause de la crise environnementale. L’idée que l’industrialisation pourrait toujours produire et consommer plus et nous libérer du travail ne fonctionne plus. Nous avons rompu notre relation avec la nature, et c’est là que LVC entre en jeu. Elle rassemble des personnes des communautés autochtones et des organisations de petites agricultrices et de petits agriculteurs. Elle rassemble une gauche très traditionnelle avec des mouvements autochtones, ruraux, de femmes, et essaie de construire quelque chose de nouveau avec la justice sociale. C’est révolutionnaire en soi, mais aussi pour faire comprendre ce que devrait être notre relation avec la nature. C’est différent de l’idéologie de la modernité qui a été construite au début du 20ème siècle.

Naturellement, ce n’est pas que quelqu’un ait pensé une seule fois à l’idéologie de LVC et c’est tout. De la façon dont nous le faisons – de manière paysanne et féministe –, nous définissons ce que nous sommes en action. Nous pouvons nous adapter et nous changeons petit à petit. Nous essayons d’accepter ce qui se passe autour de nous, ce n’est pas une chose rigide. Elle est très ouverte, non seulement d’un point de vue intellectuel, mais aussi émotionnel, avec nos sentiments.

Et au sein de l’organisation, comment LVC organise-t-elle les luttes pour la paysannerie ? Comment gérez-vous les différences entre le Nord et le Sud et l’exploitation en Europe ?

Il y a 31 organisations qui composent ECLVC. C’est une région extrêmement diversifiée en termes de langues – je pense qu’au sein de ces organisations, les gens parlent plus de 15 langues –, nous avons donc besoin d’un énorme effort de traduction et d’interprétation. Mais il y a aussi une diversité de situations. Peut-être que de l’extérieur, l’Europe n’est que l’Europe occidentale, mais elle est plus que cela. Il y a aussi des pays assez pauvres, en particulier dans l’Est et le sud de la région.

L’autre spécificité est l’Union européenne. Parmi nos organisations, seule la moitié comprend des pays membres de l’UE. Parmi nos membres, nous avons des organisations de Turquie, de Géorgie, de Suisse, du Royaume-Uni et ces pays ne sont pas membres de l’UE. Pourtant, l’UE a un rôle très important dans la formulation des politiques agricoles en Europe, ce qui signifie que ces politiques ne sont pas décidées au niveau national de ces pays, mais au niveau européen. Nous avons donc besoin d’une articulation très forte au niveau européen pour surveiller et essayer de faire entendre la voix des paysans et paysannes et des petits agriculteurs et petites agricultrices dans les espaces où les décisions sont prises.

Quant à la relation avec le Sud, c’est une question complexe dans le sens où LVC a été construite sur quelque chose qui n’était pas basé sur les relations Nord-Sud. Elle a été construite sur la base que, où qu’elles se trouvent, les personnes paysannes sont confrontées aux mêmes problèmes : le pouvoir des entreprises, le vol de terres, le fait que les prix payés aux paysans et paysannes ne couvrent pas les coûts de la production agricole, le manque de revenus décents pour les petits agriculteurs et les petites agricultrices et les travailleurs et travailleuses agricoles, tout cela est très lié à la mondialisation… Il est donc devenu très évident, dès la première réunion de LVC en 1992 à Managua, que les intérêts des personnes paysannes d’Amérique latine, d’Asie, d’Afrique et du Nord étaient les mêmes. L’agro-industrie veut nous diviser. Elle veut exporter et s’approprier les ressources du Sud. Mais ce n’est pas ce que nous sommes et nous n’avons aucune solidarité avec elle.

Il est important de dire que les organisations paysannes d’Europe ne sont pas dans LVC en solidarité avec le Sud. Elles sont dans ce mouvement parce qu’elles partagent les mêmes intérêts et pour défendre, ensemble, les intérêts des personnes paysannes, des petits agriculteurs et petites agricultrices et des travailleurs et travailleuses agricoles. Il s’agit de se mettre en relation avec des personnes confrontées aux mêmes problèmes. Cela dit, nous devons reconnaître que l’économie et la politique mondiales sont organisées sur la base de la domination, de l’impérialisme et du néocolonialisme. Pour cette raison, les travailleurs et travailleuses et les petits agriculteurs et petites agricultrices du Nord sont, pour la plupart, dans de meilleures conditions que ceux et celles du Sud, pour des questions liées à la monnaie, par exemple. Une heure de travail dans les pays du Nord peut payer pour dix heures de travail dans les pays du Sud. Nous considérons cette réalité.

Le 10 septembre marque le jour des luttes de LVC contre les accords de libre-échange. LVC dénonce les actions de l’OMC et sa stratégie actuelle consistant à conclure de nouveaux accords au profit des intérêts des entreprises, alors que le monde entier traverse une crise économique avec une augmentation de la faim dans les pays du Sud. Quelle est la responsabilité du pouvoir des entreprises sur la montée de la faim ? Et quelle est la stratégie de La Via Campesina pour faire face au libre-échange dans les territoires ?

Les entreprises utilisent l’OMC et ses alliés, qui sont souvent dans les pays européens ainsi qu’aux États-Unis, au Canada et en Australie, mais aussi de grands exportateurs comme le Brésil, pour tenter d’accroître leur pouvoir dans le système alimentaire. Par exemple, en général, 85 % des céréales sont consommées dans le même pays où elles sont produites. Seulement 15 % sont vendus à l’international. Ces échanges mondiaux sont presque entièrement contrôlés par les grandes entreprises, mais ils ne contrôlent pas ce qui reste au niveau national. Les communautés, les gens, ont un bien meilleur contrôle de ce qui est produit et vendu localement. La stratégie de ces sociétés est d’augmenter le pourcentage d’aliments commercialisés à l’international. Pour ce faire, ils obligent les pays à avoir ce qu’ils appellent un « accès au marché » pour leurs produits. Cela signifie que les pays participants doivent importer une partie des principaux produits de base.

Par exemple, les Japonais ont des exigences très spécifiques en ce qui concerne le riz. Ils veulent leur riz, qui est différent de celui produit dans d’autres pays. Ils ne mangent pas de riz de l’extérieur, mais le pays doit tout de même importer 10 % de son riz. Cela n’a aucun sens, mais c’est obligatoire. Cela nuit à l’économie de l’agriculture à petite échelle, car elle doit concurrencer les grandes entreprises qui importent des aliments beaucoup moins chers qu’ils ne peuvent être produits à petite échelle.

“Ce que nous avons créé chez LVC, c’est le concept de souveraineté alimentaire, ce qui signifie que dans chaque pays les gens devraient avoir la capacité de décider de leurs politiques agricoles et de savoir s’ils veulent ou non importer.”

Nous comprenons que l’alimentation est politique, nous voulons donc être en mesure de discuter de ces questions et de prendre des décisions à leur sujet. Cela ne signifie pas que nous sommes contre tout commerce international. Nous sommes heureuses de pouvoir manger des choses qui viennent de l’extérieur, mais cela doit être organisé de manière à ne pas nuire aux pays et à la production à petite échelle. Donc, ce que nous voulons, c’est que l’OMC sorte de l’agriculture et de la production alimentaire, et nous voulons un autre cadre basé sur la souveraineté alimentaire.

LVC exige le démantèlement de l’OMC. Qu’est-ce que l’organisation veut mettre à sa place ? Comment réorganiser l’économie, en mettant la vie et la souveraineté alimentaire au centre ?

Premièrement, nous voulons démanteler l’OMC afin que nous puissions avoir des politiques nationales fortes pour protéger et soutenir l’agriculture paysanne et la production paysanne. Dans de nombreux pays, le gouvernement a complètement démantelé ses politiques agricoles. Nous avons besoin de politiques nationales fortes pour contrôler le marché et faire en sorte que les prix payés aux paysans et paysannes pour leurs produits agricoles couvrent le coût de production, pour assurer un revenu décent. En Inde, par exemple, il existe un modèle très inspirant de réglementation du marché, avec des inventaires publics dans chaque municipalité, en plus d’un système de tarification tel qu’un soutien minimum et la distribution de nourriture aux personnes marginalisées. C’est le genre de politique dont nous avons besoin dans chaque pays.

Ce n’est pas ce qui se passe aujourd’hui. Nous recevons beaucoup moins, et le prix de la nourriture pour les personnes qui vont la consommer dépend entièrement de la spéculation. Le prix n’est plus en aucun cas lié au coût de production. Dans le système libéral, si vous avez, d’une part, des tensions avec ce qui entre sur le marché et, d’autre part, aucune réglementation, c’est un terrain fertile pour la spéculation. Nous voulons que les prix soient liés au coût de production. Nous voulons des politiques qui soutiennent les personnes les plus pauvres de la société et leur permettent d’accéder à la bonne nourriture saine que nous produisons. La plupart de ces politiques sont interdites par l’OMC. Lorsqu’il y a des subventions agricoles, elles ne sont destinées qu’aux gros producteurs.

D’autre part, nous avons également besoin de règles pour organiser le commerce et les échanges internationaux dans les domaines de l’alimentation et de l’agriculture. Pour cela, nous avons besoin d’une institution mondiale, mais ce ne peut pas être l’OMC, car elle est mise en place pour les pays riches et les grandes entreprises. Nous devons réfléchir à l’endroit où cette nouvelle étape pourrait être franchie. Cela pourrait être à la FAO [l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture] ou à la CNUCED [la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement]. Et nous devons nous attarder sur les règles qui peuvent fonctionner pour tout le monde. La plupart des pays veulent et ont besoin d’un commerce international. Par exemple, Cuba souffre du blocus qui exclut le pays du commerce international. Cette exclusion rend très difficile l’achat de machines et de fournitures médicales, pour commencer. Et les pays en ont besoin. Nous avons beaucoup de travail à faire pour construire un système commercial vraiment équitable basé sur la souveraineté alimentaire.

Avec la situation de l’immense crise que nous connaissons aujourd’hui, le commerce international est très tumultueux et de nombreux pays et gouvernements le voient et doivent assurer des conditions stables pour la production alimentaire, juste pour stabiliser la situation. Nous devons travailler avec les gouvernements de Cuba, j’espère avec le nouveau gouvernement du Brésil, avec l’Indonésie, avec certains pays de l’UE qui ne sont pas des exportateurs agricoles. Nous devons trouver avec quels pays nous pouvons créer une alliance pour ce nouveau jalon et travailler avec les mouvements sociaux.

Interview réalisée par Bianca Pessoa

Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves

Cet article est disponible en