Impacts de la pandémie de COVID-19, des conflits et des crises sur le droit à l’alimentation et la souveraineté alimentaire

Préambule

Nous, réseaux de paysans africains, de pêcheurs, d’éleveurs, de travailleurs agricoles, de de populations urbaines en situation d’insécurité alimentaire, de consommateurs, de peuples autochtones, de femmes, de jeunes et de la société civile engagés dans la consultation populaire lancée en avril 2022 par le Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (MSCPA) du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) de l’ONU, nous sommes réunis pour échanger et discuter de la situation et des préoccupations liées à l’alimentation que nous vivons actuellement dans nos territoires, nos pays et nos différentes régions d’Afrique. Nous appelons fortement nos gouvernements, nos communautés, nos organisations et tous les autres groupes d’acteurs aux différents niveaux de nos systèmes alimentaires à se mobiliser et à s’engager ensemble pour véritablement prendre en charge la souveraineté alimentaire de notre continent.

La pandémie de COVID 19 et la guerre en Ukraine ont ajouté de nouvelles contraintes importantes aux fragiles chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales, qui avaient déjà révélé leurs limites en termes sociaux, environnementaux et économiques.

L’Afrique est la principale victime des inégalités mondiales existantes : une puissance économique subordonnée sur la scène mondiale, avec une voix limitée dans la prise de décision politique affectant directement le continent et ses nations et une répartition extrêmement inégale des coûts et des avantages découlant de l’exploitation de ses ressources naturelles. Affectés par des inégalités structurelles introduites dès la colonisation et renforcées par les politiques néolibérales, les pays africains souffrent aujourd’hui d’une dépendance aux importations alimentaires et de niveaux d’endettement insoutenables qui, liés aux conditionnalités complexes des accords de dette, affectent gravement la capacité des gouvernements à mettre en place des mesures de protection et de développement centrées sur les personnes.

L’extractivisme et l’accaparement des ressources par les entreprises se développent. De multiples conflits armés sont stimulés par l’accélération des marchés mondiaux de l’armement. Ces conditions justifient amplement la frustration et le désespoir de la jeunesse, dans de nombreux pays et régions, terreau de leur engagement dans des voies de survie dangereuses et illicites. Les femmes sont particulièrement touchées et leur fardeau est alourdi par la violence sexiste et les inégalités.

Cette situation a en outre révélé le besoin urgent d’un changement profond vers des formes plus résilientes, durables, localisées et équitables d’approvisionnement en aliments sains et nutritifs, fondées sur les principes de justice, le droit à l’alimentation et la souveraineté alimentaire, qui renforcent le savoir-faire local et ressources dans les territoires et les différents pays.

Mais de puissants acteurs géopolitiques et économiques se mobilisent et promeuvent de plus en plus des récits et des initiatives qui visent à renforcer et à approfondir la portée et la domination du système alimentaire industriel mondial. Ces initiatives cherchent à contourner le seul forum mondial inclusif et participatif de gouvernance et de responsabilité dans le domaine de l’alimentation et de l’agriculture dans lequel les mouvements sociaux peuvent faire entendre leur voix et les gouvernements peuvent délibérer conjointement et être tenus responsables – le Comité des Nations Unies de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) – en faveur d’un modèle de gouvernance « multipartite ».

Face aux multiples crises alimentaires actuelles, les gouvernements africains appellent de plus en plus à rompre la dépendance vis-à-vis des importations alimentaires. Cependant, la plupart d’entre eux mettent en œuvre, en même temps, un programme de “modernisation” de l’agriculture africaine en concentrant les investissements dans les produits spécialisés orientés vers l’exportation, basés sur des semences et des technologies d’entreprises qui détruisent les capacités et les possibilités de notre continent à limiter efficacement la dépendance alimentaire. L’incohérence verticale et horizontale des politiques sectorielles, notamment dans les domaines de l’agriculture et du commerce (national, régional, et international) constitue également de sérieux blocages pour protéger et favoriser l’approvisionnement local en produits alimentaires et agricoles pour couvrir durablement la plupart des besoins alimentaires et nutritives de notre population et de notre industrie. Même là où des cadres politiques favorisant l’agriculture familiale agroécologique et les systèmes alimentaires territoriaux ont été adoptés, avec la participation des organisations de producteurs, ils ne sont toujours pas mis en œuvre.

Au lieu de cela, pour nous, petits producteurs alimentaires africains et autres groupes sociaux, c’est le moment de changer de manière décisive le paradigme et les orientations stratégiques des politiques alimentaires et agricoles du continent afin de parvenir à la souveraineté alimentaire de l’Afrique, basée sur les riches ressources naturelles du continent. , ses peuples, ses savoirs, ses pratiques, la diversité de ses cultures et de ses traditions sociales. Produire ce que nous mangeons et manger ce que nous produisons. Une cohérence est nécessaire entre les réponses à court terme aux besoins immédiats et les actions de transformation à plus long terme dans un contexte de transition globale et changement climatique.

Atteindre cette perspective dans les politiques publiques nécessite l’engagement des décideurs politiques, des consommateurs et de nos mouvements sociaux.

Nous appelons vivement les autorités politiques africaines à :

  • Reconnaître et soutenir la valeur des connaissances, des plantes et des peuples indigènes.
  • Respecter l’engagement de Maputo de consacrer au moins 10% du budget national au secteur agricole, et de privilégier les investissements au profit des petits producteurs et le développement de systèmes alimentaires territoriaux durables pour construire la souveraineté alimentaire.
  • À tous les niveaux, développer de manière inclusive des stratégies alimentaires intersectorielles cohérentes et politiques, reliant les zones urbaines et rurales, avec des infrastructures pertinentes et adéquates, permettant aux producteurs africains de continuer à approvisionner les marchés territoriaux et de couvrir la plupart des besoins des populations urbaines et de l’industrie locale avec une alimentation saine et nutritive.
  • Réglementer les marchés et bloquer les importations qui concurrencent et sapent les produits locaux, rejetant les accords de libre-échange qui ne sont pas dans l’intérêt des Africains.
  • Promouvoir des politiques et des mesures qui soutiennent le contrôle des ressources naturelles et de la biodiversité (terre, eau, semences…) par les Africains eux-mêmes et refuser les investissements qui engendrent l’accaparement de ressources.
  • Promouvoir et soutenir l’expansion des systèmes de production durables générés par les communautés et les petits producteurs, en particulier l’agroécologie, qui s’est avérée être une stratégie efficace pour faire face au changement climatique et à la perte de biodiversité.
  • Défendre tous les droits humains interdépendants et maintenir la paix et la sécurité, base de toute vie sociale.
  • Élever l’Afrique dans des espaces internationaux comme le CSA, ne permettant pas que des décisions soient prises par une poignée de pays exportateurs de matières premières disposant de ressources suffisantes, en particulier sur des questions telles que le commerce international et la dette qui conditionnent gravement l’espace politique des pays africains.

Nous, réseaux de petits producteurs, consommateurs, mouvements sociaux et organisations de la société civile africains, nous engageons et nous commettons à :

  • Développer des pratiques de consommation responsable en tant que citoyens, basées sur les produits agricoles et alimentaires fournis par les exploitations familiales et les unités agroalimentaires locales, contribuant à la réduction de la pauvreté des petits producteurs, au développement économique de nos territoires et à la réduction de leur dépendance alimentaire.
  • Intensifions notre mobilisation, coordonnons davantage et renforçons notre communication et collaboration entre nous, unis vers un même objectif – la Souveraineté Alimentaire, la Paix et la Justice pour tous.
  • Renforcer le dialogue avec nos représentants gouvernementaux pour suivre la mise en œuvre de leurs engagements et contribuer à la mise en œuvre de politiques sectorielles pertinentes et cohérentes avec des investissements publics orientés vers un soutien prioritaire à l’agroécologie et des systèmes alimentaires territoriaux durables pour la souveraineté alimentaire.
  • Unir nos efforts pour développer une campagne continentale pour promouvoir et protéger les agriculteurs familiaux, les pêcheurs, les éleveurs, les populations urbaines en situation d’insécurité alimentaire et d’autres groupes.

Nous appelons les gouvernements africains et la société civile, en s’engageant ensemble, à défendre le CSA de l’ONU et faire pression pour qu’il agisse comme un espace multilatéral inclusif pour développer des orientations politiques sur les crises alimentaires présentes et futures, avec une voix prioritaire pour les pays et les circonscriptions les plus touchés.

Les OSC sont priées de cliquer ici pour signer cette lettre : https://forms.gle/Qmws5X3XnaJXVhgj8

Cet article est disponible en