Massacre de l’Eldorado do Carajás il y a 24 ans : “Un jour à ne pas oublier”

C’était mercredi, vers 16 heures, le 17 avril 1996. Environ quinze cents personnes se trouvaient au campement “curva do S”, dans l’Eldorado do Carajás, région sud-est de l’État de Pará, au nord du Brésil, dans le cadre d’une manifestation. Leur but était de marcher vers la capitale de l’État, Belém, pour obtenir les papiers nécessaires à l’installation de la ferme Macaxeira, alors occupée par 3 500 familles sans terre.

La marche qui a débuté le 10 avril a été arrêtée dans le sang, versé à cause d’une attaque de la police militaire. L’incident a été connu dans le monde entier sous le nom de “Massacre d’Eldorado do Carajás”. Au total, 155 officiers ont participé à l’opération qui a tué 21 travailleurs ruraux, 19 sur place et deux qui sont morts plus tard à l’hôpital.

Pour de nombreuses familles dont la vie a été bouleversée par ces tueries, la lutte ne s’est pas terminée avec le massacre. Polliane Soares fait partie de la direction du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST) dans l’État du Pará. En ce jour fatidique, elle avait 11 ans et marchait sur l’autoroute avec sa famille vers Belém, pour lutter pour leurs droits fonciers.

“Je me souviens que le jour du massacre, j’étais en ville avec ma mère, qui travaillait comme enseignante à Eldorado. À un moment donné de la nuit, vers 20 heures, je crois, l’électricité s’est coupée. Lorsque la panne s’est produite, la nouvelle s’est répandue que les meurtres avaient eu lieu, que les sans-terre avaient été tués et que ma mère – puisque son frère était là – était désespérée”.

À la tombée de la nuit, le crime avait déjà été commis. Sans électricité dans la ville, dans l’obscurité totale et incapable de communiquer avec qui que ce soit, la mère et la fille ne pouvaient pas dormir. Le jour suivant, de bonne heure elles se rendirent à “curva do S”.

“Quand nous sommes arrivés, je me souviens qu’il y avait beaucoup, beaucoup de sang sur l’autoroute. C’était une puissante scène de destruction. Les signes de ce qui s’est passé étaient partout, beaucoup de choses ont été laissées derrière nous”, dit-elle.

Mitraillettes contre rochers

Le 5 mars 1996, dans le mois précédant le massacre, les familles avaient occupé la ferme de Macaxeira – à Curionópolis, un comté voisin d’Eldorado – cherchant à négocier avec l’Institut national pour la colonisation et la réforme agraire (Incra), et à entamer le processus de réinstallation des terres improductives. Ignorés et n’ayant reçu que des promesses non tenues, les paysans ont décidé de protester dans la capitale de l’État.

La marche est partie de Curionópolis et devait passer par l’Eldorado do Carajás et Marabá, avant d’arriver à Belém. Celles et Ceux qui ont vécu ce jour-là, ou qui ont vu les images à la télévision, ont été témoins de la violence qui a frappé les familles sans terre à Eldorado. Les enregistrements montrent des gens ensanglantés courant dans la boue, des coups de feu, du sang et du désespoir. L’agression a duré environ deux heures.

Les fermiers étaient encerclés. D’un côté par les policiers de la caserne des Parauapebas, de l’autre par le bataillon Marabá. Sur les dix-neuf personnes assassinées, huit ont été tuées avec leurs propres outils de travail : haches et machettes, onze autres ont reçu 37 balles, soit une moyenne de quatre coups par personne. Soixante-dix-neuf autres personnes ont été blessées. Deux d’entre eux sont morts plus tard à l’hôpital.

La police a tué les paysan·ne·s avec des balles dans le cou et sur le front – un signe évident d’exécution. L’un d’entre eux a eu la tête écrasée.

Un acte de lâcheté

Pour le professeur et chef local du MST Pará, Batista Nascimento Silva, qui vit dans la colonie de Lourival Santana, il n’y a pas d’autre définition de ce qui s’est passé que la lâcheté. Lorsque les travailleurs ruraux ont été encerclés par la police, Batista se trouvait sur l’autoroute.

“Quand les policiers sont arrivés et ont débarqué du côté de Marabá, ils ont commencé à lancer des bombes assourdissantes et à tirer. La police du côté opposé de l’Eldorado a commencé à faire de même contre nous alors qu’elle s’approchait. Les manifestants, en constatant qu’un des leurs était tombé après avoir été abattu, ont chargé les militaires en lançant des bâtons et des pierres, pour tenter de repousser les officiers, mais ceux-ci se sont encore plus refermés et ont continué à tirer”, raconte-t-il.

Pour se protéger, Batista a traversé l’autoroute pour chercher refuge. “Je n’ai pas pu aller loin, il y avait trop de broussailles. J’ai fait demi-tour, j’ai traversé en esquivant, il y avait beaucoup de gens à terre et j’ai pu atteindre une maison de l’autre côté. Je suis resté là quelques instants et j’ai vu beaucoup de camarades qui avaient été abattus. Il y avait un enclos sur la propriété, alors j’ai poussé la porte parce que je voulais me cacher à l’intérieur et là, il y avait beaucoup de gens par terre, des femmes, des enfants, des vieux et des jeunes”.

Après s’être caché pendant quelques heures, la nuit, Batista a retrouvé sa mère et ses trois frères, sa petite sœur n’a été retrouvée que le lendemain. Son père était en ville ce soir-là et n’a pas été autorisé à revenir. “Après l’incident, nous sommes restés à cet endroit pendant deux jours, nous n’avions nulle part où aller, et nous ne sommes partis qu’une fois les corps libérés pour l’enterrement”.

Impunité

Sur les 55 policiers présents sur les lieux ce jour-là, seuls les commandants de l’opération ont été inculpés et purgent des peines, dont une d’assignation à résidence. Les 153 autres ont été innocentés, bien que de nombreux officiers présents avaient des armes qui ont été retirées des commissariats sans enregistrement, ce qui est interdit.

Après le massacre, le 17 avril est devenu la Journée internationale de la lutte des paysans ou Jour de la Terre. La ferme de Macaxeira, dont le propriétaire était l’une des personnes à l’origine du crime, a été appropriée et est devenue la colonie du 17 avril.

Le lieu où le massacre est arrivé est aujourd’hui considéré comme sacré par le mouvement MST. Le “monument des anacardiers brûlés” est composé d’arbres morts, un pour chaque vie qui a été prise. Au centre, il y a un autel avec les noms des morts, “en leur honneur”.

Cet article a été écrit à l’origine par Catarina Barbosa et est paru pour la première fois dans Brasil De Fato le 17 avril 2020.

Cet article est disponible en