La violence contre les femmes est au centre de la campagne dans les régions d’Afrique australe et orientale

Dans le cadre des activités liées à la « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes », huit organisations LVC d’Afrique australe et orientale ont promu des activités pour réfléchir sur le sujet, du point de vue des paysannes.

Le 25 novembre est célébrée la « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ». Partout dans le monde, les organisations membres de La Via Campesina ont dénoncé les formes de violence subies par les femmes partout dans le monde, dans le cadre des luttes contre le capitalisme, le patriarcat, le racisme, le colonialisme et l’avancée du fascisme. Sur le chemin de ce mouvement mondial, les régions d’Afrique australe et orientale ont également pu compter sur les actions menées par huit organisations affiliées à Via Campesina. Les impacts du coût de la vie élevé, de l’accumulation de travail à l’intérieur et à l’extérieur du foyer, de la discrimination et des différents types de violence qui affectent la vie quotidienne des paysannes de ces territoires ont été discutés. Les événements comprenaient des marches, des cercles de conversation, des ateliers, des foires et bien plus encore..

Au Kenya, la Kenyan Peasants League (KPL) a organisé une réunion publique dans le but de sensibiliser la communauté agricole à l’utilisation de pesticides chimiques interdits dans le pays. Le centre de secours Migori y a également été ouvert, où les femmes confrontées à des violences peuvent désormais rester pendant qu’elles demandent justice, avec le soutien du KPL.

Les organisations sud-africaines ont également encouragé des activités visant à lutter contre la violence à l’égard des femmes. Parmi elles, les actions du Mouvement des Peuples Sans Terre (LPM) ont souligné l’importance pour les hommes de rechercher une aide professionnelle plutôt que d’assassiner les femmes lorsqu’elles sont confrontées à des difficultés dans leur famille. Dans le même thème de sensibilisation masculine, lors d’un événement virtuel le 13 décembre 2023 promu par le LVC Southern Eastern Africa (SEAf) le même ton, Susan Mboniswa, de la Réforme Agraire pour South African Food Sovereignty Campaign (FSC), a déclaré : « nous sommes des épouses, mais pas des esclaves ».

La session virtuelle a conclu la campagne 2023 du LVC SEAf pour éliminer la violence à l’égard des femmes. Au cours du dialogue, des évaluations ont été faites sur le cycle d’actions entreprises par les membres du LVC dans la région entre fin novembre et début décembre 2023. La conversation comprenait également un bref retour sur la participation de certains représentants de ces institutions, au cours du 6ème Assemblée Internationale des Femmes, tenue à Bogota, le 2 décembre. Le groupe a célébré avec enthousiasme l’élection du continent africain pour accueillir la prochaine Conférence Internationale de la Via Campesina, qui aura lieu dans les quatre prochaines années.

Les autres organisations faisant partie du territoire couvert par LVC Seaf, qui constituaient la réunion virtuelle, étaient les suivantes : União Nacional de Camponeses (UNAC) – Mozambique; Mtandao wa Vikundi vya Wakulima Tanzania (MVIWATA) – Tanzanie; Zimbabwe Smallholder Organic Farmers Forum (ZIMSOFF) – Zimbabwe; Confédération Paysanne du Congo (COPACO) – Congo; et Eastern and Southern Africa Small-scale Farmers’ Forum (ESAFF) – Ouganda). Cette dernière a même lancé un podcast spécialement pour sensibiliser aux dangers et aux effets des violences faites aux femmes et aux filles.

Pour en savoir plus sur les activités menées par LVC en Afrique orientale et australe, suivez nos pages Instagram et Twitter (X).

#FéminismePaysanPopulaire #FinViolenceContreFemmes #LesFemmesPaysannesSontDesFemmes