La Banque Mondiale expulse les paysans de leurs terres

Communiqué de presse

Deux activistes de La Via Campesina ont été arrêtés par les autorités de Singapour la nuit dernière à l’aéroport international de Changi et ont été déportés à Jakarta. Ils ont été interrogés durant 14 heures sans interruption. Ils n’avaient commis aucun crime et étaient allés à Singapour sans la moindre intention d’incommoder les habitants de Singapour. Mais les officiers insistèrent qu’ils ne faisaient qu’obéir aux ordres. Ima Yanni et Achmad Ya’kub, tous deux travailleurs de la Fédération des Syndicats des Paysans (FSPI)/Via Campesina, étaient entrés à Singapour pour préparer une conférence de presse pour via Campesina. D’autres représentants étaient supposés les suivre pour s’adresser aux média afin que le monde puisse entendre la voix des paysans. Ceux-ci sont les premières victimes des politiques de la Banque Mondiale et du FMI. Mais on les a fait taire.

Cet incident montre clairement le caractère criminel de la Banque Mondiale et du FMI. Ces deux institutions ont expulsé des millions de paysans de leurs terres par leurs programmes de Réforme Agraire Orientée sur le Marché (MARL) ainsi que par d’autres projets. Et, au lieu d’avoir été entendus, les paysans ont été déportés : la Banque Mondiale et le FMI sont incapables de créer les conditions pour l’écoute de ceux qui contestent leurs politiques.

Les Agriculteurs Manifestent devant les Bureaux de la Banque Mondiale à Jakarta.

De retour à Jakarta, les deux activistes se sont joints à une action contre la Banque Mondiale et le FMI qui a commencé à 10h du matin. Environ 1000 manifestants, dirigés par des membres de la FSPI, d’autres groupes de travailleurs, d’organisations de jeunes, d’organisations de défense de l’environnement, ainsi que d’autres mouvements sociaux, se sont joints à la la manifestation vers les bureaux du Ministre des Finances. La Réunion du FMI à Singapour vient de décerner au ministre des Finances indonésien, Sri Muluyani, le titre du “Meilleur Ministre des Finances”.

Ceci montre bien que le gouvernement Indonésien est “l’enfant chéri du FMI”. Cependant, les statistiques récentes montrent que la pauvreté augmente en Indonésie. Il est ironique qu’un ministre dont les politiques génèrent davantage de pauvreté reçoive ce prix

La démonstration s’est dirigée ensuite vers le palais présidentiel, demandant que l’Indonésie mette fin à sa collaboration avec la Baque Mondiale et le FMI, pour s’achever devant les bureaux de la Banque Mondiale, les plus grands du Sud-est Asiatique. Les manifestants criaient: «Rejetez le FMI, Expulsez la Banque Mondiale !»

Plusieurs dirigeants internationaux des paysans membres de La Via Campesina ont participer à la manifestation pour exprimer leur solidarité avec les paysans indonésiens : Ils venaient du MST – Brésil, Paragos – des Philippines, UNORKA – KRRS-  de l’Inde et de Monlar – Sri Lanka.
 
 
(Jakarta, le 18 septembre 2006)

Cet article est disponible en