Indonésie : Répression policière contre les paysans mécontents de l’accaparement des terres par une filiale de Michelin

Les paysans du district de Tebo, dans la province indonésienne de Jambi, qui résistent depuis longtemps aux tentatives d’accaparement des terres par les grandes entreprises de plantation de la région, ont été choqués lorsque la police a arrêté Junawal, un leader et organisateur paysan local, le 26 mai 2020.

Junawal

M. Junawal est le président de l’unité Tebo du Serikat Petani Indonesia (SPI – Union des Paysans Indonésiens) et dirigeait la résistance locale contre le PT Lestari Asri Jaya (PT LAJ) – une filiale de Royal Lestari Utama (RLU).

RLU est une entreprise commune entre PT Barito Pasifik et la géante multinationale française de la fabrication de pneus Michelin. Par l’intermédiaire de ses filiales, RLU gère plus de 88 000 hectares de terres de plantation à Jambi et à Kalimantan Est.

Depuis sa création, PT- LAJ a été sous les feux de la rampe pour toutes les mauvaises raisons. Les paysans affirment qu’au nom des “plantations de caoutchouc naturel”, ce qui se passe en fait est un accaparement de terres par des entreprises à grande échelle, avec le soutien d’institutions internationales. Par exemple, ce conflit dans le district de Tebo trouve son origine dans le Tropical Landscapes Finance Facility (TLFF), un partenariat entre l’ONU Environnement, le Centre mondial d’agroforesterie, ADM Capital et BNP Paribas. Dans le cadre d’une obligation de durabilité de 95 millions de dollars, ce partenariat finance une plantation durable de caoutchouc naturel sur des terres fortement dégradées dans deux provinces d’Indonésie, dont l’une dans la province de Jambi.

La Via Campesina dénonce depuis longtemps ces tentatives de “green-washing”, qui sapent toujours l’agriculture paysanne et les véritables solutions au changement climatique. Ces tentatives permettent en effet de faire de bonnes affaires pour les entreprises du secteur du carbone, les ONG internationales de conservation, les consultants et les pays industrialisés.

Le 10 juin, des milliers de paysans du SPI ont organisé une manifestation pacifique devant le quartier général de la police de Tebo pour demander la libération immédiate de M. Junawal.

“Cette zone couvre des villages entretenus par des familles paysannes organisées sous l’étendard du SPI, et nous avions fait des pas importants vers la souveraineté alimentaire de la région. Junawal essayait seulement de protéger son village et leur mode de vie, et il n’y a aucune raison qu’il soit en prison pour cela”, a déclaré M. Sarwadi, qui coordonne l’unité régionale Jambi du SPI.

Le programme de réforme agraire – une initiative de politique publique du gouvernement Jokowi (le président de la République d’Indonésie) qui a fait couler beaucoup d’encre – garantit aux familles paysannes le droit et la propriété de leurs terres et leur donne le contrôle total du système de production alimentaire local. Il est né après des années de lutte menée par des syndicats de paysans comme le SPI. Ce programme aborde diverses questions agraires, notamment la distribution de certificats fonciers et de parcelles de terres forestières.

À Tebo, cependant, les habitants racontent une histoire différente. De grandes entreprises de plantation ont assiégé la région pour y établir des plantations de bois, et les familles paysannes accusent ces entreprises d’expulsions forcées permettant le défrichement à grande échelle.

“Tout en soutenant pleinement le programme de réforme agraire du gouvernement, les paysans organisés dans le cadre du SPI ont travaillé dur pour assurer la souveraineté alimentaire de notre pays. Ce faisant, nous avons construit des écoles, des marchés locaux, des coopératives dirigées par des paysans, des centres culturels et religieux dans tout le pays, y compris ici dans le district de Tebo. Pourtant, pour faire plaisir à quelques grandes entreprises de plantation, notre peuple est criminalisé ? Sur quelle base ?”, a demandé furieusement un paysan qui fait partie de la direction centrale de l’Union.

La répression a galvanisé les membres du SPI dans tout le pays.

“Notre frère Junawal est accusé d’avoir brûlé cinq unités d’équipement lourd appartenant au PT LAJ le 14 mai 2019. Le fait est que Junawal s’est levé contre l’accaparement de terres, l’expulsion des paysans de leurs jardins et leurs villages de réforme agraire dirigés par M. Jokowi, tous ces actes ayant été perpétrés impunément par le PT LAJ”, a déclaré Sarwadi.

Junawal et les paysans du SPI de Tebo Regency défendent leurs droits fonciers garantis par la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP). Défendre nos droits est devenu un crime”, a ajouté un Sarwadi.

Pour plus d’informations sur ce conflit, veuillez consulter le site spi.or.id, disponible uniquement en Bahasa Indonesia.

Article connexe :
https://spi.or.id/spi-jambi-hentikan-penggusuran-dan-kriminalisasi-petani-spi-tebo-oleh-pt-laj/

Cet article est disponible en