France : la Confédération Paysanne dénonce la commercialisation frauduleuse de semences OGM

Communiqué de la Confédération Paysanne

La Confédération paysanne s’est mobilisée au SIVAL (salon des productions végétales) ce mardi 14 Janvier pour dénoncer la commercialisation frauduleuse de semences d’endives OGM. Un défilé festif de plus d’une centaine de paysan.ne.s et de citoyen.ne.s mené par une endive géante a souhaité alerter l’opinion publique, mettre les entreprises et l’interprofession semencière devant leurs contradictions et exiger de la puissance publique une réglementation qui protège les paysan.ne.s et les consommateur.trice.s de la tromperie. Depuis vingt ans les semenciers vendent des OGM sans le dire, sous prétexte qu’ils ne sont pas issus de transgénèse. Aujourd’hui ils essayent de changer la règlementation pour légaliser leur fraude.

La mobilisation paysanne et citoyenne a permis que les OGM soient règlementés voire interdits dans de nombreux pays. Mais les industriels semenciers ont toujours essayé de tricher en tentant de restreindre la définition des OGM afin de commercialiser des variétés génétiquement manipulées. C’est le cas des endives issues de fusion cellulaire avec un tournesol[1], qui représentent l’essentiel de l’offre française.

Les semenciers trompent les paysans et les citoyens en vendant des endives qui devraient être évaluées et étiquetées comme des OGM ! Nous demandons donc que le gouvernement applique immédiatement la réglementation OGM. Pour cela, il est indispensable d’adopter une réglementation qui obligera les semenciers d’indiquer les techniques utilisées pour développer leurs variétés. Ce n’est qu’à cette condition qu’on assurera la nécessaire transparence indispensable pour une alimentation de qualité sans OGM, et le respect du travail des paysannes et paysans, gardien.ne.s de la biodiversité.

[1]Cette technique doit être réglementée dès lors qu’elle concerne des espèces non compatibles.

Cet article est disponible en