Décennie des Nations Unies pour l’agriculture familiale, un point de vue paysan

Depuis des millénaires, l’humanité a su adapter et domestiquer les semences qui ont donné naissance à l’art d’être paysan. Des villages entiers se sont spécialisés dans cet art pour nourrir leurs habitants et, au fil du temps, ont étendu les semences et les connaissances pour les rendre plus productives. Et parallèlement à ce noble travail, les animaux ont également été domestiqués pour travailler la terre ; ainsi les techniques agricoles ont été développées, améliorées et adaptées à chaque lieu. Tout cela a été fait en harmonie avec la nature, en tenant compte de l’orientation avec le soleil et la lune pour l’ensemencement, et aussi en complémentarité avec les êtres vivants, comme les abeilles, un être qui était et restera essentiel pour la pollinisation. Ainsi, différents peuples ont célébré l’amour de la vie en remerciant les dieux et les déesses pour leurs bonnes récoltes.

Aujourd’hui le rapport à la vie se transforme, il n’y a plus de mysticisme, maintenant tout est économique.

Au cours des 30 dernières années, le progrès technologique a représenté un certain avantage pour l’humanité, car il s’agit d’améliorer et de faciliter la production agricole, mais les nouvelles technologies sont entre les mains de grandes sociétés transnationales qui ont accumulé et concentré la chaîne de production et de distribution alimentaire dans le monde : une monopolisation qui se défend sous le prétexte du combat de la faim dans le monde. Un gros mensonge, même si les médias ne le montrent pas, la faim a augmenté.

Les entreprises agro-industrielles, au nom du productivisme, ont détruit des milliers d’hectares de forêts, et de montagnes; elles ont déplacé des familles paysannes indigènes entières, elles ont détourné des rivières, afin d’imposer leurs monocultures d’organismes génétiquement modifiés (OGM) à base d’agro-toxines.

Les abeilles, les humains, les animaux, les plantes sont empoisonnés avec des produits agrochimiques qui irriguent les arbres, le soja, le maïs, les plantations de bananes, etc.

Ces entreprises, avec leur pouvoir économique, ont non seulement propagé leurs fausses solutions, mais elles ont aussi dominé les espaces nationaux et internationaux pour influencer les décisions des organisations multilatérales en leur faveur, méprisant et rendant invisibles les formes de l’agriculture familiale, paysanne et indigène.

Ce fut une grande bataille et une victoire pour nos organisations paysannes d’avoir une voix dans les sphères internationales où se prennent les décisions qui affectent notre vie quotidienne et nos territoires de production.

La Coordination Latino-américaine des Organisations Rurales – Via Campesina CLOC – LVC), est un mouvement continental de coordination et de lutte des femmes et des hommes ruraux, pour la défense des droits humains, économiques, culturels, sociaux et politiques des peuples pour la défense de la production et de la vie paysanne et la propriété sociale et communautaire des terres et biens naturels ; nous privilégions la défense de l’agriculture paysanne et le caractère stratégique de la lutte pour la souveraineté alimentaire, la réforme agraire intégrale, l’égalité des sexes, le soin de la terre mère, la défense des biens naturels, les semences comme patrimoine des peuples, l’agroécologie et la biodiversité, où l’agriculture est l’affaire des paysans et paysannes dans la campagne. En gardant ces principes à l’esprit, nous travaillons de concert avec d’autres organisations alliées pour mener une autre campagne, la nôtre, à l’échelle internationale, par exemple devant l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, UNAA, ou mieux connue comme la FAO, une institution spécialisée des Nations Unies qui dirige des activités internationales visant à éliminer la faim.

La décennie commence

Après l’Année internationale de l’agriculture familiale, paysanne indigène, en 2014, qui a cherché à rendre visible le rôle socio-économique, environnemental et culturel important dans la lutte contre la faim et la pauvreté, la FAO annonce de nouvelles actions.

Le 20 décembre 2017, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté un projet par lequel elle a proclamé 2019-2028 Décennie des Nations Unies pour l’agriculture familiale et a demandé à la FAO et au Fonds international de développement agricole (FIDA) de diriger la mise en œuvre de cette initiative. L’année 2019 marque le début de la Décennie de l’agriculture familiale, qui vise à attirer davantage l’attention sur les personnes qui produisent plus de 80 pour cent de l’alimentation mondiale, mais qui, paradoxalement, sont souvent elles-mêmes les plus vulnérables à la faim.

En tant que CLOC – Via Campesina, nous considérons que la décennie de l’agriculture familiale constitue une occasion précieuse de discuter des politiques pour les paysan.ne.s au niveau international, ainsi que de la Déclaration des Droits Paysans. Nous avons deux outils au niveau international qui ont le potentiel de renforcer les paysan.ne.s.

Le document de la Décennie des Nations Unies pour l’agriculture familiale a été élaboré en collaboration avec d’autres organisations internationales, la FAO, le FIDA et les gouvernements qui soutiennent cette initiative, et nous estimons que la paysannerie a plusieurs points importants à ajouter.

Parmi ces points importants figure la valorisation de la production paysanne et familiale, sachant qu’elle produit 80 pour cent de la nourriture mondiale. Il est clair que les systèmes alimentaires des multinationales agroalimentaires ont laissé un certain nombre de problèmes à bien des égards : contamination par les agrotoxines, perte de biodiversité, désertification, dégradation, accaparement des terres, et tout cela a conduit à une augmentation significative de la faim et de la malnutrition au niveau international et au changement climatique.

C’est pourquoi l’agriculture familiale est reconnue internationalement pour sa grande capacité à inverser cette tendance, à produire des aliments sains, agroécologiquement et avec biodiversité. Citant le Directeur général de la FAO : “L’agriculture familiale est fondamentale pour le développement durable à bien des égards, y compris l’éradication de la pauvreté, de la faim et de toutes les formes de malnutrition, ainsi que la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité”, a déclaré Graziano da Silva à la réunion ministérielle de la Communauté des pays lusophones (CPLP) sur l’agriculture familiale.

Les points essentiels des politiques publiques “différenciées, efficaces et intersectorielles”, a déclaré Graziano da Silva, comprennent l’accès des agriculteurs familiaux aux ressources naturelles et aux moyens de production, en particulier la terre et l’eau, et la promotion de marchés plus inclusifs grâce à des instruments de marchés publics pour les produits agricoles familiaux. Il a en outre souligné que les pays devraient renforcer les instruments de protection sociale et fournir des incitations publiques aux initiatives d’adaptation au changement climatique, telles que les pratiques agroécologiques. Il a également souligné l’importance de promouvoir l’indépendance économique des femmes rurales et l’inclusion des jeunes. Il a noté aussi qu’il est essentiel de travailler à la construction de cadres législatifs et institutionnels pour consolider la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Le plan d’action de la Décennie de l’agriculture familiale contient des points d’une grande importance pour la paysannerie. Les piliers transversaux de ce document sont les suivants : soutenir les jeunes et assurer la durabilité générationnelle de l’agriculture familiale (premier pilier transversal) ; promouvoir l’équité entre les sexes dans l’agriculture familiale et le rôle dirigeant des femmes rurales (deuxième pilier transversal).

Nouvelles relations sociales de production et d’alimentation

Nous sommes à une époque du monde où nous jouons entre les grandes entreprises agricoles, les grandes économies agricoles qui veulent exclusivement influencer les politiques internationales, continuer à bénéficier économiquement et commercialiser la nourriture, monopoliser les terres et les biens naturels ; et, d’autre part, les organisations paysannes, la pêche artisanale, les peuples autochtones, les bergers, qui croient en la souveraineté alimentaire des peuples, qui produisent une nourriture saine et nutritive, qui produisent le plus de travail sur le terrain et respectent les cycles de la terre mère dans notre production.

Dans ce contexte, et étant entendu que la décennie discutera également avec le secteur privé, les producteurs agro-industriels et les gouvernements, c’est notre défi en tant que CLOC – LVC de créer les meilleures conditions pour que les discussions aient lieu et de mettre l’accent sur les politiques de souveraineté alimentaire, d’agroécologie et de réforme agraire populaire.

Depuis la CLOC – LVC, nous avons pu construire beaucoup de choses au cours de ces 25 années d’organisation continentale. Non seulement nous avons développé et promu la lutte contre les sociétés transnationales et le modèle d’agriculture hydro-agro-exportatrice qui menace les droits et la vie des paysans, mais nous avons également construit et formulé des alternatives concrètes dans les territoires pour renforcer notre modèle de production paysanne autochtone.

Les universités paysannes, les instituts et écoles d’agroécologie, les chaires et autres organismes populaires qui ont renforcé l’éducation politique doivent continuer à se multiplier et à se développer dans les campagnes et dans les villes.

La décennie est l’occasion de continuer à approfondir notre travail collectif, d’influencer la construction de nouvelles relations sociales de production et d’alimentation du point de vue des paysans indigènes, et de nouvelles relations sociales entre hommes et femmes des campagnes et de la ville. Parce qu’il est nécessaire de dépasser ce modèle économique, politique, social et culturel – qui a ses antécédents historiques dans le colonialisme en Amérique latine, entrelacé avec le patriarcat, le racisme et la discrimination -, pour construire une nouvelle société.

Deolinda Carrizo et Rodolfo Greco, de la Coordination nationale du Mouvement national des paysans autochtones (MNCI-Argentine).

Cet article est disponible en