| |

#8M2022 CLOC – LVC Caraïbes : “Nous promouvons le féminisme paysan et populaire comme un outil politique contre les oppressions et la violence”.

Depuis la région des Caraïbes, semant la souveraineté alimentaire, la solidarité, nous récoltons des droits et une vie digne.

Dans le cadre de la commémoration du 8 mars, Journée internationale de lutte pour la revendication des droits des femmes paysannes et travailleuses, des femmes des Caraïbes, articulées dans un grand mouvement féministe, de militantes de gauche et autonomes, et dans des espaces de luttes pour nos droits, nous nous prononçons contre la montée du néolibéralisme, et du capitalisme sauvage, sexiste et patriarcal, poussés par les grands Etats du monde.

La coalition du système néolibéral tente de gérer le mouvement féministe, lui imposant ses propres agendas par le biais d’agences de coopération internationale, mettant en scène et réaffirmant ses agressions criminelles du capitalisme cruel qui se manifeste dans le monde sous différentes facettes.

La discrimination à l’égard des femmes, qui comprend la criminalisation par la coutume, la culture, l’ethnie, le statut social et économique, s’exprime dans les pays appauvris et dépendants, augmentant la violence sexiste, comme la dette et la reconstruction comme le proposent les camarades d’Haïti.

Nous rejoignons la proposition de l’Articulation des Femmes du CLOC-Via Campesina, qui promeut l’analyse de l’impact des politiques néolibérales sur les femmes rurales, renforce l’échange d’expériences, articule les actions stratégiques de travail et leur structuration dans chaque pays.

C’est pour cette raison que depuis CLOC-Via Campesina dans la région des Caraïbes, nous, les femmes, continuons à promouvoir le féminisme paysan et populaire comme un outil politique contre l’oppression et la violence structurelle, dans ce cadre nous identifions les défis et les enjeux politiques du moment historique que nous vivons.

Nous avons adopté une position collective qui a permis l’analyse et la réflexion interne des organisations :

  • La construction d’un mouvement pluriel qui respecte la diversité.
  • L’unification des voix locales et mondiales contre le capitalisme patriarcal, raciste et néocolonial.
  • Continuer à promouvoir les alliances stratégiques dans les territoires.
  • La reconnaissance des femmes rurales et paysannes comme sujets de droits comme garantie pour continuer à vivre dans nos territoires.
  • Unité des femmes paysannes pour la continuité du processus où nous sommes toutes incluses dans la construction collective.
  • La continuité de la lutte sociale pour les droits et une vie digne, la mémoire collective et la résistance.
  • Condamnant la destruction de l’environnement, l’extractivisme et l’ingérence, nous exigeons la reconstruction et la réparation MAINTENANT !
  • Développement de politiques publiques avec une justice de genre et investissement dans des programmes de prévention et d’éducation.

Sur le positionnement de la région, nous soulignons la différence avec la question de Cuba, où les femmes célèbrent l’hommage et la reconnaissance des femmes et nous espérons que partout dans le monde, cette journée est historique comme elle l’est, mais que nous célébrons les réalisations et les lumières comme les cubaines et nous reprenons la réflexion de Fidel Castro pour donner de la force à cette déclaration :

“Je suis absolument convaincu que la société gagnera davantage dans la mesure où elle sera capable de développer et de tirer parti des qualités, des capacités morales, humaines et intellectuelles des femmes. Je suis absolument convaincu. Et c’est précisément ce qui fait la différence entre une société socialiste et une société capitaliste”.

Ce jour n’est pas un jour de fête, c’est un jour de lutte et de résistance !

Le système capitaliste patriarcal va tomber !

Avec le féminisme, nous construisons le socialisme !

08 mars 2022

Ce article est également disponible en Español.