Célébrons la souveraineté alimentaire | Points forts des actions de solidarité en octobre

En octobre de cette année 2021, La Via Campesina, et le reste du mouvement pour la souveraineté alimentaire, a célébré 25 ans d’efforts et de campagnes menées par les paysan·nes pour faire de la souveraineté alimentaire une réalité. Ce fut un moment pour réfléchir et élaborer des stratégies pour continuer à résister à un modèle de production guidé par l’avidité et le profit à tout prix. Le concept a été formellement introduit dans les cercles politiques en 1996 lors du Sommet mondial de l’alimentation à Rome, puis élargi collectivement en 2007 et structuré en six piliers-clés pour refléter les intérêts de nombreux groupes vulnérables et souvent négligés.

Les réflexions ont commencé dès le début de l’année 2021, pour s’intensifier le 16 octobre, Journée Internationale d’action pour la souveraineté alimentaire et contre les sociétés transnationales (STN). Ce jour-là, un webinaire international intitulé « Souveraineté alimentaire : 25 ans à construire l’avenir » a été organisé.

Elizabeth Mpofu, la coordinatrice générale sortante de La Via Campesina, a encouragé les participant·es à continuer à enrichir le concept et à construire des sociétés meilleures à un moment où le monde est à la croisée des chemins sur de nombreuses questions politiques, parmi lesquelles celle d’un système alimentaire idéal pour mettre un terme à la faim et à la pauvreté.

L’introduction de la souveraineté alimentaire en tant que droit collectif a changé la façon dont le monde comprend la pauvreté et la faim, qui jusqu’à récemment était façonnée par l’idée étroite de « sécurité alimentaire » dominant les cercles de gouvernance et d’élaboration de politiques fondées sur l’idéologie du marché. Elizabeth Mpofu a déclaré : « Ce qui est clair pour tout le monde, c’est que les politiques néolibérales et le capitalisme ont échoué ! Il est à présent temps de transformer ! Nous avons la Déclaration des droits des paysan·nes pour soutenir cette transformation… Nous avons un grand défi à relever : convaincre nos gouvernements non seulement d’accepter la souveraineté alimentaire, mais aussi d’élaborer et de mettre en œuvre des politiques en faveur de la souveraineté alimentaire. »

Comment avons-nous commencé à mobiliser ?

La Via Campesina a lancé en septembre un appel à l’humanité à agir et à s’unir pour la souveraineté alimentaire contre la mainmise des entreprises sur les systèmes de gouvernance alimentaire, avec le slogan « La souveraineté alimentaire ; c’est la terre, l’eau, les semences, le pain et la solidarité ». Dans cet appel, les artistes et les écrivain·es étaient également invité·es à écrire et à dessiner pour la souveraineté alimentaire. L’appel soulignait le contexte dans lequel se déroulaient la célébration et les réflexions du 25ème anniversaire, une époque où la planète et l’humanité sont confrontées à une succession de crises sans précédent et où le néolibéralisme en est la cause.

Début octobre, La Via Campesina a publié une déclaration dans laquelle la souveraineté alimentaire est présentée comme un « Manifeste pour l’avenir de notre planète », qui développe une idée qui unit l’humanité et prend soin de la Terre Mère, nourricière pour tous les êtres vivants.

Actions de solidarité : Points forts

Aujourd’hui, le mouvement pour la souveraineté alimentaire a pris de l’ampleur et est très diversifié. En témoignent les nombreuses actions et activités qui ont été organisées aux quatre coins du monde pour célébrer les 25 ans de cette construction collective. De nombreuses autres actions sont encore prévues, notamment l’organisation du processus mondial Nyéléni, qui vise à élargir et à ouvrir les discussions entre les mouvements pour la souveraineté alimentaire dans le monde et qui culminera en 2023 avec un Forum Nyéléni mondial. Les universitaires pour la souveraineté alimentaire prévoient également des réunions pour mener une réflexion critique sur le concept et proposer des perspectives d’avenir.

Palestine : La lutte pour la souveraineté alimentaire sous l’occupation

L’occupation israélienne prive les Palestinien·nes de leur droit à l’alimentation, de leur droit à la vie et de leur droit au développement. 32,7 % de l’ensemble des Palestinien·nes sont en situation d’insécurité alimentaire. Pour la bande de Gaza, ce chiffre s’élève à 68,5%. L’occupation israélienne empêche toujours l’entrée de marchandises et de matières premières, ainsi que l’exportation de nombreux produits industriels et agricoles. Dans ce webinaire, écoutez des paysan·nes et des pêcheur·euses aux premières lignes, à Gaza et en Cisjordanie, ainsi que des experts et des militant·es internationaux.

Agroécologie et jeunesse : 25 ans à semer la souveraineté alimentaire.

L’articulation internationale des jeunes et le collectif international sur l’agroécologie, les semences et la biodiversité de La Via Campesina ont partagé leurs expériences sur la formation à l’agroécologie locale à partir d’une variété de territoires d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Europe dans un forum virtuel emplis d’un fort esprit de construction d’alternatives et de poursuite de la lutte. Revisionner le webinaire.

Souveraineté alimentaire et numérisation des systèmes alimentaires

Cet atelier, organisé par nos alliés ETC Group et GRAIN, décortique le concept de « numérisation » et examine comment les multinationales poursuivent des formes d’agriculture numérique dans différentes parties du monde, qui sapent l’agroécologie et la souveraineté alimentaire menées par les paysan·nes. Il démystifiera également des concepts tels que la datafication, les registres fonciers numériques, l’intelligence artificielle et la fintech.

Pas notre menu : Fausses solutions à la faim et à la malnutrition

Ce séminaire en ligne, organisé par FIAN et qui s’est tenu le 13 octobre 2021, a exposés les fausses solutions à la faim proposées par les multinationales, et le rôle des États et des organisations intergouvernementales dans la tolérance et même la promotion de ces solutions.

La réforme agraire et la défense de la terre et des territoires

Organisé par Focus on the Global South, FIAN et La Via Campesina, ce webinaire a discuté de la centralité de la mise en œuvre d’une réforme agraire populaire pour atteindre la souveraineté alimentaire. Plus tôt dans le mois, Focus on the Global South a également organisé un dialogue régional en Asie, qui a rassemblé certaines initiatives réussies dans la région pour faire avancer la souveraineté alimentaire.

Les Amis de la Terre International, ains qu’Urgenci, étaient parmi les autres alliés ayant participé à d’autres webinaires sur la question de la justice climatique par rapport à la souveraineté alimentaire. Ils ont également organisé des ateliers qui ont démystifié le mythe des « solutions fondées sur la nature ».

L’articulation des jeunes de La Via Campesina a profité de la table ronde des jeunes agriculteurs et agricultrices organisée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et les organisations de l’agriculture paysanne travaillant à la mise en œuvre de la Décennie des Nations Unies pour l’agriculture familiale (UNDFF 2019-2028) pour appeler à une réforme agraire globale, et à la souveraineté alimentaire. « Si les villages ne sèment pas, la ville ne peut pas manger », a déclaré Micheline Aduel, une jeune leader paysanne d’Haïti et membre du CCI de La Via Campesina.

Les articulations régionales de La Via Campesina ont également organisé plusieurs événements et webinaires au cours du mois. Les organisations membres de La Via Campesina, et de nombreuses autres organisations, ont également organisé diverses actions de solidarité, échangé des graines, planté des arbres, organisé des manifestations de rue lorsque les conditions le permettaient, etc.

Une série de cartes postales basées sur la déclaration sur la souveraineté alimentaire de 1996 ont été développées et sont partagées afin de sensibiliser plus largement à ce concept politique.


La lutte continue !

Cette année est un moment qui nous donne l’occasion de mettre en lumière les solutions de base que nous avons construites au cours des deux dernières décennies pour réaliser la souveraineté alimentaire dans nos territoires. Au mois de novembre, LVC continuera de partager son matériel de communication, des vidéos d’animation, des cartes postales et des affiches pour célébrer nos luttes collectives et construire sur cette solidarité globale.

Suivez tous nos articles ici : https://viacampesina.org/fr/tag/25-ans-pour-la-souverainete-alimentaire/

Pour les derniers supports de communication, suivez-nous sur Facebook (@viacampesinaOfficial), Twitter (@via_campesinaFR) et Instagram (la_via_campesina_official).