Belgique: Action Cancun – “Dénonçons les impacts du modèle d’agriculture industrielle, d’agro-exportation et de surconsommation !”

Bruxelles, le 7 décembre 2010

Communique de presse

Dénonçons les impacts du modèle d’agriculture industrielle, d’agro-exportation et de surconsommation !

En écho au sommet de Cancun, des activistes dénoncent les fausses solutions proposées et le greenwashing pratiqué à la conférence de la COP 16 : action festive, bruyante et colorée prévue mardi 7 décembre à 18h. Cette action se déroulera dans un supermarché de la grande distribution à Bruxelles, et sera suivie par une distribution de soupe faite à partir de légumes locaux issus de l’agriculture paysanne et biologique.

Aujourd’hui plus que jamais, nous dénonçons les impacts de l’agriculture industrialisée et du modèle alimentaire actuel sur le réchauffement climatique et le sort de millions de personnes et de paysans à travers le monde.

En réponse à l’appel de la « Via Campesina » à organiser ce mardi 7 décembre « 1000 Cancun » partout dans le monde pendant la conférence internationale sur le climat COP 16, se déroulant du 26 novembre au 10 décembre, nous avons décidé de dénoncer les impacts de notre modèle d’agriculture industrielle, d’agro-exportation et de surconsommation. Parce que 20% de la population mondiale utilise 80% des ressources de la planète, il est temps de changer nos habitudes de consommation.

Ainsi, nous organisons dans un supermarché de Bruxelles une élection des produits les plus absurdes en termes d’impacts locaux et globaux environnementaux, économiques et sociaux. Cette action sera suivie par une distribution gratuite de soupe préparée à partir de légumes locaux issus de l’agriculture paysanne et biologique, qui nous permettra de lancer le débat sur les alternatives existantes avec les consommateurs et passants. Nous nous focaliserons tout particulièrement sur les impacts de l’élevage industriel et de la surconsommation de viande dans les pays développés. Quelques faits à prendre en compte :

Selon la FAO (Livestock’s Long Shadow), 18% des émissions de gaz à effets de serre mondiales sont liées directement ou indirectement à l’élevage, et 70% des terres arables mondiales lui sont consacrées. Cela est possible uniquement parce que l’élevage industriel externalise ses coûts, et ne prend pas en compte :

  • La destruction des économies, des solidarités rurales, locales et de la biodiversité ;

  • Les coûts incalculables en termes environnementaux : la déforestation, la nourriture transgénique des animaux, la pollution des nappes phréatiques, l’origine et le transport des produits, l’appauvrissement des sols et l’épuisement des ressources en eau, l’impact écologique en terme de déchets…;

  • Les subventions de la PAC qui vont aux agriculteurs les plus industriels, au détriment de l’agriculture paysanne et familiale qui respecte l’être humain, les animaux et l’environnement ;

  • La dépendance de ce modèle aux énergies fossiles qui se raréfient ;

  • Les coûts en termes de santé humaine : surconsommation de viande mauvaise pour la santé, développement des diabètes, présence d’additifs chimiques alimentaires de toutes sortes dans notre alimentation, intrants chimiques dans les modes de production et de conservation, résistance aux antibiotiques, augmentation des cancers…la quantité au détriment de la qualité ;

  • Les questions en termes de bien-être animal ;

Pourtant, des solutions alternatives au système agro-industriel existent, et en nombre ! Elles ont pour nom Souveraineté Alimentaire, relocalisation de la production, mouvements de l’agriculture biologique (agro-écologie, biodynamie, permaculture…), développement des circuits courts, soutien au Nord comme au Sud à l’agriculture paysanne et familiale, à l’agriculture urbaine, à la mise en place de filières de produits locaux et de saison.

Contre les profits du système capitaliste, de l’agro-industrie, des multinationales et la complicité silencieuse de la grande distribution. Pour le soutien aux alternatives et au droit des paysans et petits producteurs à vivre sur leurs terres partout dans le monde ! System Change, Not Climate Change !

Contacts presse : 0486432755 et 0477546986

Cet article est disponible en