Attaque d’un groupe armé de la Syngenta: un mort e plusieurs bléssés

Note de presse de la Via Campesina

Lors d'une attaque d'un groupe armé d'env. 40 bandits contre le campement de la Via Campesina sur les champs de recherche d'OGM de la multinationale Syngenta Seeds, à Santa Tereza do Oeste (Paraná), à 13h30 heures du 21 octobre, le membre de la Via Campesina Valmir Motta de 42 ans, père de trois enfants, a été exécuté de près par deux balles dans la poitrine.

Les blessés Gentil Couto Viera, Jonas Gomes de Queiroz, Domingos Barretos, Izabel Nascimento de Souza et Hudson Cardin ont été ammenés à l'hôpital de la région. Isabel (une femme) est en coma et risque de mort. Les champs de recherche d'OGM de la Syngenta ont été occupés le matin du 21 octobre par env. 150 agriculteurs de la Via Campesina. Les champs étaient occupés auparavant par des familles paysannes em mars 2006, afin de dénoncer la réproduction illégale de sémences génétiquement modifiées de soja et maïs sur les champs par la Syngenta auprès des autorités et de la société civile. L'occupation a rendu publique les crimes de la Syngenta au monde entier. Après 16 mois de résistence, les 70 familles ont quitté les champs le 18 juillet de cette année, pour monter le campement provisoire "Olga Benario", situé aussi dans la commune de Santa Tereza do Oeste.

Aujourd'hui, pendant la réoccupation des champs, les paysans ont brulé des feux d'artifice, et les agents de sécurité qui étaient sur les champs de l'entreprise étaient partis. Vers 13h30 heures, un petit bus s'est arrêté devant l'entrée principale de la propriété et un groupe d'env. 40 bandits fortement armés sortait, tout en tirant sur les paysans. Les bandits ont cassé le portail de l'entrée, ont exécuté sans outre Valmir Motta avec deux balles dans la poitrine; ils ont tiré sur autres cinq paysans et ont tabassé Isabel do Nascimento de Souza, qui se trouve actuellement gravement blessée à l'hôpital.

Syngenta avait engagé des services de sécurité qui agissent irrégulièrement dans cette région, organisés par la Société Rurale de la Région Oueste (Sociedade Rural da Região Oueste, SRO) et le Mouvement des Producteurs Rurales (Movimento dos Produtores Rurais, MPR). Au début de ce mois, un des directeurs de cette entreprise de sécurité, nommée "NF", était arrêté et le propriétaire s'est enfuit pendant une opération de la police fédérale, qui a trouvé de la munition et des armes illegales à leur siège.

Il y a des indices que cette entreprise est sous un contract de fassade, engageant illégalement d'autres agents de sécurité pour ses opérations, pour en former un groupe armé qui mène des évictions violentes, ainsi que des attaques contre des campements de paysans sans terre dans la région. Jeudi passé (18.10) une dénonciation contre les actions des groupes armés em relation avec le SRO/MPR et la Syngenta dans la région de l'Ouest a été renforcée pendant une audition publique, coordonnée par la Commission des Droits de l'Homme et des Minorités de la Chambre Fédérale des Députés, organisée à Curitiba.

La Via Campesina exige une enquête de la Justice sur cette attaque contre les paysans du campement, qui, ensemble avec les familles du campement Olga Benário, luttent pour transforner les champs de recherche dans un Centre d'agriculture organique et de multiplication de sémences créoles pour l'agriculture familiale et la réforme agraire.

Les résidents du village rural Olga Benário, à coté des champs de recherche de la Syngenta, sont aussi contre les recherches d'OGM dans cette région, puisqu'elles contaminent leur production de sémences créoles et causent des dégats à leur alimentation, à leur santé et à l'environnement.

Via Campesina
Informations pour la presse: 55-41-3324-7000 et 55-41-8411-9794 (parler avec Solange) comunicacaopr@mst.org.br

Ce article est également disponible en %s.