Appel à l’unité et l’action lors de la prochaine Journée Stop APE

du 27 septembre 2007
Le 27 septembre prochain marque le cinquième anniversaire du lancement des négociations des Accords de Partenariat Economique (APE) entre l’UE et les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) Nous appelons toute organisation et tout réseau, dans les pays de l’UE et ACP ainsi qu’en dehors de ces régions à s’unir pour cette journée d’action mondiale de protestation contre les APE tels qu’ils sont proposés.

Nous croyons que la coopération UE-ACP doit être fondée sur une approche qui
•    soutienne le développement durable des pays ACP et la réalisation de droits humains économiques, sociaux, environnementaux, culturaux et civils.
•    soit basée sur le principe de non-réciprocité et celui d’un traitement spécial et différencié pour les pays les moins avancés
•    reconnaisse aux producteurs ACP le droit à protéger commercialement leurs propres marchés, locaux et régionaux, comme eux-mêmes et leurs gouvernements l’estiment nécessaires
•    reconnaisse et soutienne la souveraineté alimentaire des pays ACP
•    assure et protège le droit des pays ACP à disposer de l’espace politique nécessaire leur permettant de formuler et poursuivre leurs propres stratégies de développement.

Tout en présentant les APE comme des “instruments de développement”, l’UE pousse pour qu’ils deviennent des accords de libre échange amples et approfondis. Les propositions de l’UE auraient comme effet non seulement d’éliminer presque tous les droits de douane sur les biens et les marchandises, mais ils comprendraient aussi la libéralisation des services, des investissements et des marchés publics et imposeraient des règles sur la politique de concurrence, la propriété intellectuelle, la protection des données, la facilitation du commerce, etc

De tels APE ouvriraient les marchés ACP à la concurrence inégale des exportations européennes ; ils mineraient les efforts d’intégration régionale, et détruiraient les industries naissantes, l’agriculture familiale, les emplois et les conditions de vie. Ils réduiraient fortement l’espace politique dont disposent les ACP pour réguler et dessiner leurs propres politiques qui répondent à leurs besoins et objectifs de développement. Les APE amèneraient à une augmentation des inégalités sociales et de la pauvreté.

Face à la date butoir formelle du 31 décembre 2007, l’UE met une pression énorme sur les ACP pour qu’ils signent des APE avant la fin de l’année en agitant la menace de diminuer l’aide au développement et d’augmenter les droits de douanes sur les importations.

Nous condamnons le recours à de telles tactiques d’intimidation contre des pays parmi les plus pauvres du monde ainsi que l’exigence de relations commerciales réciproques entre des pays de capacités économiques si inégales.
Nous – mouvements sociaux, organisations paysannes, syndicats et ONG d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de l’Union européenne – encourageons les pays ACP à résister aux pressions de l’UE. Nous demandons à l’Union européenne de :

•    ne pas imposer aux ACP des mesures de libéralisation et ou d’autres mesures liées au commerce
•    s’abstenir de faire  pression pour obtenir la signature des APE cette année
•    offrir des alternatives non réciproques et assurer que les exportations des ACP qui ne signeraient pas un APE pourront se poursuivre vers l’Europe

Cet article est disponible en