Notes de la VII Conférence : Contexte politique et luttes en Asie

(Dério, 22 juillet 2017) Le premier après-midi de la VIIème Conférence Internationale de La Via Campesina a été consacré au contexte politique international. Celui-ci est caractérisé par la crise insoluble du capitalisme et les pressions de plus en plus fortes qu’il exerce sur les populations, les états et l’environnement, et par la dangereuse mercantilisation de toutes les ressources naturelles. Le lendemain, ce sont les luttes et les résistances qui ont été évoquées. Partout, la souveraineté alimentaire est considérée par les membres de La Via Campesina comme la seule alternative possible au modèle imposé, et l’agroécologie le moyen d’y parvenir et de nourrir les peuples. Dans ces deux espaces, les spécificités régionales ont été analysées.

Contexte politique

D’Asie, il a surtout été rapporté la toute puissance de l’OMC et les innombrables traités de libre-échange qui rendent les populations de plus en plus dépendantes. Elles sont par ailleurs particulièrement touchées par les changements climatiques et la paysannerie est pressurisée par l’agriculture « intelligente » promue par les multinationales. Les pêcheurs aussi sont touchés. Au niveau géopolitique, les tensions belliqueuses entre les Etats-Unis et une Chine de plus en plus puissante se font ressentir ici plus que nulle part ailleurs. Elles s’illustrent en particulier sur la péninsule coréenne où les Etats-Unis veulent mettre en place un bouclier anti-missiles, dans une démonstration de force face à la Russie et à la Chine. Les Etats Unis cherchent par ailleurs à militariser l’Europe de l’est, pour avoir l’Asie en ligne de mire. En Inde, les paysannes et paysans continuent à se suicider quotidiennement.

Luttes et résistances

La résistance contre le capitalisme et la pauvreté endémique s’organise de plus en plus et on trouve quelques beaux exemples de luttes victorieuses en Asie. Le Népal a ajouté la souveraineté alimentaire à sa constitution. En Indonésie, où le travail pour une Déclaration des droits paysans a débuté, SPI, le Syndicat Paysan Indonésien, a convaincu le gouvernement d’implémenter plusieurs politiques publiques en faveur de l’agroécologie paysanne. Les membres asiatiques de La Via Campesina participent aux mobilisations internationales, ils seront présents à la COP23 et se rendront à Buenos Aires en décembre, pour protester contre la conférence ministérielle de l’OMC. L’agroécologie permet aussi la convergence des luttes, elle est liée à la justice climatique et participe au renforcement du mouvement. L’éducation à son sujet s’organise, entre les formations de paysan à paysan et les écoles régionales. En Inde, le mouvement de « l’agroécologie à budget zéro» prend de l’ampleur.

Cet article est disponible en