Action urgente sollicitée : MST est menacé d’expulsion de son centre de formation

Le 5 septembre dernier, nos camarade de Mouvement des Sans-Terre au Brésil ont reçu un ordre d’éviction du centre de formation en agroécologie Paulo Freire, situé dans la ville de Caruaru. La date fixée pour l’expulsion est le 19 septembre.

Le Centre de formation Paulo Freire accueille des étudiant-e-s, provenant de zones rurales et paysannes du Brésil et du monde entier, en offrant des cours d’agroécologie et, en collaboration avec diverses universités, des cours de géographie, de formation vétérinaire, d’éducation, de santé et de sécurité environnementale, d’éducation sanitaire et de nombreux autres cours. Le centre est incontestablement une ressource précieuse pour toute la région et sa fermeture serait une perte terrible pour tous ceux qui valorisent l’éducation et le développement des populations rurales.

le MST lance un appel à tous et toutes pour que vous envoyiez la lettre ci-dessous, à l’ensemble des destinataires suivants, pour exiger que l’ordre d’expulsion soit stoppé immédiatement. La lettre doit être envoyée avant le 19 septembre.

au bureau régional de l’Incra (Institut national de la réforme agraire) à Recife:

marcos.campos@rce.incra.gov.br
evaluoria@rce.incra.gov.br
tyronilson.santos@rce.incra.gov.br
isaias.leite@rce.incra.gov.br
charles.emery@rce.incra.gov.br

au Gouvernement de l’État de Pernambuco – Bureau du Gouverneur Paulo Câmara:
governo@governadoria.pe.gov.br

au Juge Tiago Antunes de Aguiar du Tribunal Fédéral de Caruaru
comunica@jfpe.jus.br

En copie: srimst@mst.org.br

Lettre à envoyer : (à titre d’indication, ci-dessous la traduction française de la lettre)

Para: Juez Tiago Antunes de Aguiar del 24 ° Tribunal Federal de Caruaru
Sr. Marcos Campos – Superintendente Regional de INCRA
Sr. Paulo Câmara – Gobernador del Estado de Pernambuco

Nos ha llamado la atención la notificación de acción de reintegración de pose para el Centro de Formación Paulo Freire, en el asentamiento Normandia, en la ciudad de Carauru, PE.

Dada la historia y la importancia del Centro, esto es motivo de gran preocupación incluso a nivel internacional. Por esta razón, nos estamos comunicando con usted para exigir una reconsideración de esta decisión.

El Centro de Formación Paulo Freire fue establecido en 1998 bajo los auspicios del INCRA y durante todos estos años ha seguido las pautas establecidas por el INCRA. Bajo el consejo de INCRA, el terreno del formación fue donada por el Asentamiento Normandía para ser utilizada colectivamente con capacitación de los residentes de Pernambuco y se ha utilizado desde entonces para estos fines.

Se han invertido importantes fondos y mano de obra para el desarrollo del centro de formación, incluida la construcción de un auditorio, dormitorios, clases, centro de telecomunicaciones, centro juvenil, centro deportivo, guarderías, cocina y cafetería.

El Centro de Formación Paulo Freire ahora sirve no solo a Pernambuco, sino a todo el noreste de Brasil, brindando cursos en agroecología y, en conjunto con diferentes universidades, formación en geografía, capacitación de veterinarios, educación, salud y seguridad ambiental, educación para la salud y muchos otros cursos. El centro es, sin duda, un espacio valioso para toda la región y su cierre sería una pérdida terrible para todos los que valoran la educación y el desarrollo de las personas del campo.

Varias delegaciones internacionales de diferentes países, han visitado el Centro y participado de cursos de capacitación impartidos por el Centro.
Consideramos que la acción propuesta con respecto al Centro de Formación Paulo Freire es una injusticia y una afronta a todos aquellos que han trabajado para construir una vida mejor para el pueblo del noreste. No hay base en un sistema de justicia que permita que ocurra este desalojo.

Por lo tanto, exigimos respetuosamente que la orden de desalojo sea revertida de inmediato.

signature : indiquez votre nom, le nom de votre organisation (optionnel), le pays et la date


Traduction de la lettre :

A l’attention de :

Juge Tiago Antunes de Aguiar de la 24e Cour fédérale de Caruaru
M. Marcos Campos – Surintendant régional de l’INCRA
M. Paulo Câmara – Gouverneur de l’Etat de Pernambouc

Nous avons eu connaissance de l’avis de reprise de possession du centre de formation Paulo Freire dans le village de Normandia, dans la ville de Carauru, PE.

Compte tenu de l’histoire et de l’importance du Centre, cette question est très préoccupante, même à l’échelle internationale. Pour cette raison, nous vous contactons pour demander un réexamen de cette décision.

Le Centre de formation Paulo Freire a été créé en 1998 sous les auspices de l’INCRA et a suivi pendant toutes ces années les directives établies par l’INCRA. Sur les conseils de l’INCRA, le terrain destiné au centre de formation a été donné par la colonie normande pour être utilisé collectivement pour la formation des habitants de Pernambuco et a été utilisé depuis lors à ces fins.

Des fonds et une main-d’œuvre considérables ont été investis dans le développement du centre de formation, y compris la construction d’un auditorium, de dortoirs, de salles de classe, d’un centre de télécommunications, d’une maison des jeunes, d’un centre sportif, de garderies, d’une cuisine et d’une cafétéria.

Le Centre de formation Paulo Freire dessert maintenant non seulement le Pernambouc, mais tout le nord-est du Brésil en offrant des cours d’agroécologie et, en collaboration avec diverses universités, des cours de géographie, de formation vétérinaire, d’éducation, de santé et de sécurité environnementale, d’éducation sanitaire et de nombreux autres cours. Le centre est incontestablement une ressource précieuse pour toute la région et sa fermeture serait une perte terrible pour tous ceux qui valorisent l’éducation et le développement des populations rurales.

Plusieurs délégations internationales ont visité le Centre, et des personnes de différents pays ont participé aux cours de formation dispensés par le Centre.

Nous considérons l’action proposée en ce qui concerne le Centre de formation Paulo Freire comme une injustice et un affront à tous ceux qui ont travaillé pour construire une vie meilleure pour les gens du Nord-Est. Il n’y a aucun fondement dans un système de justice qui permettrait une telle expulsion.

Nous exigeons donc respectueusement que l’ordre d’expulsion soit annulé immédiatement.

Cet article est disponible en