16 Octobre – Journée internationale d’action pour la souveraineté alimentaire des peuples et contre les entreprises multinationales

Appel à l’action.

(Harare, 12 Octobre 2015) Alors que le monde marquera la Journée mondiale de l’alimentation, nous demandons de véritables solutions au changement climatique, pour la souveraineté alimentaire et la fin du contrôle des entreprises multinationales sur notre alimentation et nos vies. Voir ici la bande annonce de la vidéo qui sera lancée ce 16 octobre : « Ensemble nous pouvons refroidir la planète! »

La Via Campesina demande à tous ses membres et alliés, aux organisations de la société civile de se mobiliser et d’organiser des actions le 16 octobre, Journée internationale pour la souveraineté alimentaire des peuples et contre les entreprises transnationales. Les crises actuelles du climat, de la faim, des migrants et des réfugiés qui affectent des millions de paysans, d’agriculteurs familiaux, de familles, spécialement les femmes et les jeunes, démontrent bien que les solutions proposées par les entreprises multinationales sont fausses et qu’elles n’accordent aucune dignité humaine.

Les entreprises transnationales déplacent des millions de paysans, d’agriculteurs familiaux, d’hommes et de femmes, et les dépossèdent de leurs terres, forêts, eau et territoire pour installer des entreprises destructives, guidées par le profit. Dans le monde entier, plus d’1,2 milliard de paysans et leurs familles garantissent la souveraineté alimentaire et le droit à l’alimentation en produisant jusqu’à 80% de l’alimentation consommée localement et, en même temps, refroidissent la planète et préserve la biodiversité et les semences. Le 16 octobre, élevons nos voix pour résister à l’accaparement des terres, à l’agriculture intelligente face au climat et son cortège d’intrants toxiques et de semences génétiquement modifiées. Demandons une transformation radicale pour un système alimentaire décent et juste pour tous et toutes. Nous continuons à proposer une adoption générale de l’agroécologie et la construction d’une souveraineté alimentaire des peuples.

Le pouvoir et l’impunité dont jouissent les entreprises transnationales par des “corruptions de la démocratie” étouffent les voix des peupes dans les processus législatifs et politiques à tous les niveaux. La démocratie est amoindrie quand les classes dirigeantes conspirent avec les entreprises transnationales pour obtenir plus de profits privés. Ils utilisent les accords de libre-échange (TTIP, AECG,PTP, APE, ETC.) pour dominer, discriminer et monopoliser afin de survivre à la crise du capitalisme. Ils ne respectent ni la nature ni l’humanité qui sont détruites et exploitées pour régénérer les entreprises multinationales et créer de nouveaux marchés et encore plus de profits. Des millions de personnes affectées quittent leur territoire pour émigrer vers les pays industriels développés. La récente vague de migrants venant d’Afrique du nord, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Amérique latine témoignent bien des conflits géopolitiques et des intérêts économiques néo-libéraux qui causent guerres et déplacement de population. Nous réprouvons et dénonçons les politiques actuelles de migration et leur cruauté, ainsi que toutes les mesures mises en place pour empêcher ou compliquer un libre accès à l’Europe, aux États Unis et aux autres pays développés. Nous dénonçons l’incohérence du système néolibéral qui revendique le libre accès des marchandises mais crée des frontières pour les être humains. Nous préconisons un changement de système qui reconnaisse les besoins des peuples, qui accorde dignité et respect à la nature et place les peuples avant les profits!

Pour globaliser la lutte et l’espérance, faites nous part de vos actions, en nous envoyant à (lvcweb@viacampesina.org) des photographies et des vidéos de vos manifestations, forums, témoignages et autres actions, que nous placerons sur notre site (viacampesina.org/en/), TV (tv.viacampesina.org/) et média sociaux.

Cet article est disponible en