Suisse : Ouverture de la ligne blanche : quand la réalité agricole est ignorée

Communiqué de presse de Big-M et Uniterre

(Lausanne / Bonstetten ZH le 14 mai 2014) Le Conseil Fédéral souhaite ouvrir les frontières pour tous les produits laitiers, c’est un fait avéré lorsque l’on prend connaissance des grandes lignes du rapport de l’OFAG. Même si le Parlement doit encore se prononcer, l’OFAG, par l’intermédiaire de son Directeur, donne le ton. Big-M et Uniterre condamnent cette orientation prise par l’administration, mais ne sont pas étonnés. La technique est connue. Présenter plusieurs scénarios économiques, du pire au moins bon, sans pour autant parler des alternatives ni des conséquences sur le terrain. Le tout résumé dans de beaux graphiques bien démonstratifs, mais tellement loin des réalités des familles paysannes et des attentes agricoles et alimentaires des citoyens de ce pays.

Pas le premier coup d’essai

Il y a de cela quelques années, le directeur actuel de l’OFAG, le professeur Lehmann, avait prédit, dans une étude précédant la sortie du contingentement laitier, que la quantité de lait produit en Suisse augmenterait de 20% et que les prix du lait baisseraient à 65 centimes. La réalité a corrigé ces prédictions: alors que la quantité est montée de 8,5% le prix a chuté à 55 centimes ! Et aujourd’hui, dans son rapport sur l’ouverture de la « ligne blanche », il nous présente de nouveaux calculs et de nouvelles conclusions. Selon lui, le prix baisserait à 47 centimes et en conséquence la quantité baisserait de 6%. Il est évident que Monsieur Lehmann se trompe à nouveau ! En réalité, ces 6% correspondraient au minimum au taux annuel du nombre de ferme qui arrêterait la production de lait (3.6% entre 2012 et 2013).

L’Europe, de la poudre – de lait – aux yeux

L’étude compare le prix suisse avec le prix européen. C’est de la poudre aux yeux. L’Union européenne est en négociation pour un traité de libre-échange avec les Etats-Unis. Cela signifierait que le prix de l’UE se retrouverait au niveau du prix mondial! Et ce n’est pas une réduction de 20% des coûts de production suisse qui permettra d’y arriver. D’ailleurs l’étude ne dit pas comment réduire ces coûts alors que tous les scénarios présentés sont basés sur cette probabilité! Le rapport argue aussi que l’économie laitière suisse n’a guère de potentiel de croissance sans accès aux marchés internationaux. L’exemple d’Emmi et de son Cafè Latte prouve le contraire. Et d’ailleurs qui soutient qu’il serait sensé de produire encore plus de lait en Suisse pour d’éventuels nouveaux marchés ? Pas grand monde actuellement. Par contre, les producteurs, en Suisse, en Europe ont besoin d’instruments de régulation du marché performants pour adapter leur production et obtenir des prix qui couvrent leurs frais de production.

Sans effets environnementaux, vraiment ?

La conclusion sur les effets écologiques est un sommet d’absurdité : Le rapport dit que « l’ouverture du marché laitier n’implique pas de changement significatif sur le plan écologique, ». Or, tout le monde sait qu’une baisse de prix implique une concentration de la production laitière, des machines plus puissantes, plus de commerce de fourrage, plus de camion sur les routes et plus de problèmes de gestion du lisier. Tout cela n’aurait pas d’impact écologique ?

Le leurre de la baisse des prix aux consommateurs

« L’alimentation va devenir meilleur marché ! » Par trois fois déjà le Conseil fédéral a promis la même chose aux citoyens : lors de la libéralisation du fromage, lors l’introduction du principe de Cassis de Dijon et même lors la suppression du contingentement laitier. Aucune des mesures n’a eu d’effet sur les prix aux consommateurs. Et ça continue! Big-M et Uniterre rejettent donc fermement cette injonction maintes fois répétée.

STOP au dogme de l’industrialisation de l’agriculture

La production laitière suisse est un terrain d’exercice totalement inadapté pour tenter des expérimentations risquées basées sur des évaluations inutilisables. Nous rejetons donc les conclusions de ce rapport. Nous refusons un accord de libre-échange promu par celles et ceux qui portent en dogme l’industrialisation de l’agriculture comme un bienfait.  La grande majorité de la société n’en veut pas, les familles paysannes en sont persuadées.

————————————————–

Werner Locher, secrétaire Big-M, tél. +41 79 737 11 64 (allemand)

Nicolas Bezençon, secrétaire à Uniterre, tél. +41 79 574 54 12 (français)

Ce article est également disponible en %s.