P2P Agroécologie – Échanges agroécologiques de paysan à paysan en Europe

Brussels, 18 févr. 2021

Réédition d’un article d’octobre 2019

Le rapport complet est disponible ici en PDF

Le projet Erasmus + d’échange d’agroécologie de paysan à paysan en Europe (P2P), financé par Erasmus, vise à contribuer au développement de l’agroécologie paysanne telle qu’elle a été définie par la déclaration d’Evenstad, adoptée par consensus par des paysans de toute l’Europe. L’objectif principal de ce projet est donc de concevoir un référentiel de formation commun grâce à la mise en place d’un réseau européen d’échange de connaissances et de formation entre paysans, combinant à la fois les niveaux local et européen. Le projet Grundtvig  » Comprendre l’agroécologie  » (2013-15) a déjà permis à une partie de ces partenaires de travailler en étroite collaboration. Ses conclusions ont souligné la nécessité de mettre en place des initiatives communes pour créer un réseau européen d’échange de bonnes pratiques en agroécologie paysanne.

Six membres d’ECVC sont partenaires de ce projet : Confédération Paysanne (France), Ehne Bizkaia (Pays Basque, Etat d’Espagne), ARI (Italie), Le MAP (Belgique), NBS (Norvège), Eco Ruralis (Roumanie)

Ce projet vise à développer l’agroécologie paysanne en Europe par la formation et l’échange des meilleures pratiques de paysan à paysan. Le projet vise une approche systématique et globale de l’agroécologie paysanne ainsi qu’une compréhension des questions politiques qui influencent son développement. Le projet s’intéresse également à des questions spécifiques à l’agroécologie paysanne telles que la transmission des exploitations, la gestion proactive de la biodiversité cultivée, l’indépendance technologique et l’autonomie alimentaire dans l’élevage des animaux. Au cours du projet, un document de référence pour l’agroécologie paysanne, adaptable aux différents pays européens, sera rédigé. Il sera rendu public et partagé entre les organisations paysannes européennes pour faciliter et encourager la mise en place de formations en agroécologie paysanne.

Chaque activité de formation comprend une analyse des politiques agricoles en rapport avec le thème traité, une formation théorique et une mise en œuvre pratique. Un temps important est automatiquement alloué pour écouter les expériences des paysans participant au projet et pour échanger les meilleures pratiques. Les participants sont les paysans des organisations partenaires qui ont participé à l’échange.

Le projet est structuré autour de cinq activités ou séminaires d’apprentissage et d’enseignement, et de plusieurs réunions transnationales pour la coordination. Les séminaires thématiques sont prévus sur la base des pratiques agroécologiques, choisies en fonction de l’expertise du pays d’accueil. La première réunion a été organisée par Ehne-Bizkaïa en Espagne. La réunion avait pour but de proposer une méthode de diagnostic à l’échelle de l’exploitation, avec une mise en situation réelle et une application concrète. Cette méthode est en partie basée sur l’outil conçu et amélioré par la FADEAR il y a près de 30 ans. C’était aussi une façon de présenter les différentes méthodes d’agroécologie paysanne qui seront développées dans les activités suivantes. La deuxième formation, « Transmission en agroécologie paysanne », s’est tenue du 28 au 30 octobre à Tilff, en Belgique, et a été organisée par le MAP, organisation membre d’ECVC en Wallonie en Belgique.  Vous pouvez trouver le rapport de la réunion ici.

La liste complète des formations se trouve ci-dessous :

1. introduction à l’identification de l’agroécologie paysanne dans les exploitations agricoles (Confédération Paysanne)

2. La transmission en agroécologie paysanne (Le MAP)

3. Autonomie technologique (ARI) – retardée en raison de la pandémie de COVID-19

4. Gestion proactive de la biodiversité cultivée (Eco Ruralis) – retardée en raison de la pandémie de COVID-19

5. Développement local (Confédération paysanne) – retardé en raison de la pandémie de COVID-19

Lisez le rapport ici

Cet article est disponible en