Rome: NON AU TTIP, CETA et autres politiques commerciales destructives

(Rome, le 11 octobre) La délégation de La Vía Campesina, réunie à Rome pour la réunion du Comité de Sécurité alimentaire mondial renouvelle son rejet des négociations actuelles sur divers accords de libre échange tels le TTIP[1], TPP[2] et le CETA[3] Dans le cadre de la journée mondiale d’action contre le TTIP et en solidarité avec le 16 octobre, journée d’action mondiale pour la Souveraineté alimentaire. La délégation participe à la 41ème session du CSA, où est célébré le dixième anniversaire des Directives du Droit à l’Alimentation. ´Les paysannes et les paysans, producteurs  à petite échelle, ne voient aucune raison de le célébrer puisque lesdites directives n’ont pas été appliquées du tout. D’autre part, les négociations commerciales, menées à l’encontre du droit à l’alimentation, progressent à un rythme préoccupant.

La promotion de la concurrence par le biais de la suppression des droits de douane et des normes, permet le renforcement d’un Système agricole et alimentaire chaque fois plus sous le contrôle des multinationales. Le paradigme du commerce néolibéral ignore complètement les normes des droits sociaux, environnementaux et humains et ne fait que garantir les profits et le contrôle d’un petit nombre de transnationales. L’augmentation de la marchandisation des aliments ne respecte ni ne garantit le droit à l’alimentation.
La nature antidémocratique et secrète des négociations confirme que ces accords ne profitent aucunement aux personnes.

Ils détruisent les capacités des paysannes et des paysans à produire pour leurs communautés et les capacités des citoyennes et citoyens à décider du type d’aliments qu’ils souhaitent consommer. Ils n’encouragent pas le changement urgent dont nous avons besoin pour mettre fin au changement climatique.

La délégation de LVC à Rome s’est engagée à défendre des politiques publiques de soutien à une agriculture paysanne et autochtone. Il s’agit de l’unique modèle agricole capable d’éradiquer la faim dans le monde. Nous demandons donc instamment au CSA d’évaluer, de contrôler et de subordonner les décisions politiques adoptées par d’autres organismes internationaux. Nous devons en toute urgence changer les règles du commerce pour aller vers un modèle en accord avec la souveraineté alimentaire en promouvant l’agroécologie et la réforme agraire.

Contacts presse LVC à Rome:

Annelies Schorpion (EN, ES, FR, NL): annelies.schorpion@viacampesina.org, +39 3511556740
Ivan Mammana (EN, ES, FR, IT): cooperazione@aiab.it, +39 3341667401



[1]          Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement négocié entre l’UE et les USA

[2]    Accord de partenatiat transpacifique

[3]    Accord économqiue et commecial global entre l’UE et le Canada

 

Cet article est disponible en