Lettre de solidarité de la Via Campesina aux paysans et paysannes de Taiwan

3 février 2013

Stop à l’accaparement des terres et de l’eau et à libéralisation du commerce à Taïwan!

La Via Campesina de la Région Asie du Sud-est et de l’Est exprime sa solidarité et son soutien aux paysans et petits agriculteurs qui luttent depuis ces dernières décennies contre l’accaparement des terres et la libéralisation du marché de l’agriculture et se battent pour le droit à cultiver la terre et à vivre dans les zones rurales.

Autrefois désigné comme l’un des Quatre petits Dragons, Taïwan endure maintenant le fruit amer de son développement capitaliste néolibéral. Au nom de la science et de projets industriels complexes, on a systématiquement exercé et abusé de ce pouvoir dans un domaine éminent. A ce jour, 6378,15 ha de terres à Taïwan sont menacées d’expropriation forcée, ce qui a déclenché une résistance forte et longue sous la forme d’un mouvement contre l’accaparement des terres et de l’eau dans l’ensemble du pays.

L’expropriation des terres est une mesure prise par l’Etat très sérieuse car elle entraîne des conséquences morales, politiques et matérielles graves. On ne devrait donc pas en abuser. A Taïwan, l’accaparement des terres prote atteinte aux droits fondamentaux et aux moyens d’existence des populations. Nous estimons que le mode de développement actuel constitue une régression car il dépouille les gens de leurs droits de propriété, de subsistance et d’un environnement sain. La terre, l’eau et les autres ressources naturelles ne sont pas simplement des ressources de production mais également essentielles pour le commun des mortels. La survie des personnes sur leur propre terre devrait être protégée contre les moyens de développement.

Les cas de nombreux pays tels que l’Indonésie, la Thaïlande et les Philippines, nous montrent que les paysans qui ne possèdent pas de terres ou qui ont été expulsés de leurs terres, se voient forcés d’émigrer vers les zones urbaines, ou même à l’étranger, pour y chercher désespérément un travail, mais qui se retrouvent souvent au chômage et connaissent la faim et la pauvreté.

Non seulement l’administration Ma actuelle prive les paysans de leurs moyens de production, mais elle a autorisé l’importation de viande de porc et de bœuf des Etats-Unis depuis 2011 en application de l’accord Taiwan-U.S.A « Trade and Investment Framework Agreement » (TIFA) (Accord cadre sur le commerce et les investissements). En outre, ladite administration fait pression en faveur de l’importation de 830 produits agricoles depuis la Chine dans le cadre de l’accord commercial bilatéral préférentiel, « Economic Cooperation Framework Agreement » (ECFA). De telles mesures erronées mettent fortement en danger la subsistance des paysans taïwanais et la santé des populations.

L’accord de libre échange n’est ni juste ni équitable. A cours de ces dernières décennies à Taïwan, la libéralisation du commerce a entraîné une forte augmentation de l’écart existant entre les riches et les pauvres. Le traité de libre échange entre la Corée et les Etats-Unis (KORUS FTA) a amplement démontré qu’un traité de libre échange ne baisse pas simplement ou élimine les droits de douane mais constitue un accord commercial injuste avec des dispositions toxiques qui sapent la souveraineté alimentaire et même la souveraineté nationale. 

Nous demandons donc au gouvernement de

  • Arrêter immédiatement la 4ème Phase du projet de développement du “Central Taiwan Science Complex”  ainsi que les autres projets d’accaparement des terres et de l’eau à Taïwan!
  • De prendre le plus rapidement possible des actions afin d’arrêter tous les accords de libre échange qui portent préjudice aux paysans, aux consommateurs et à l’environnement.

La Via Campesina de la Région Asie du Sud-est et de l’Est estime que la lutte des paysans taïwanais pour la justice et la terre ne le font pas uniquement pour eux-mêmes mais également pour tous les petits agriculteurs et les paysans dans le monde. Nous continuerons à travailler ensemble avec les syndicats paysans de Taïwan, Taiwan Farmers Union et Taiwan Rural Front, afin de mettre en œuvre la souveraineté alimentaire et défendre les droits des paysans dans la région et dans le reste du monde.

La Via Campesina de la Région Asie du Sud-est et de l’Est

Japanese Family Farmers Movement(NOUMINREN) -Japon

Korean Peasants League(KPL)- Corée

Korean Woman Peasants Association(KWPA)- Corée

PARAGOS – Philippines

Vietnamese National Farmers Union(VNFU) – Vietnam

Assembly of the Poor in Thailand(AOP)- Thaïlande

Northern Peasants Federation in Thailand(NPF). Thaïlande

Indonesia Peasants Federation(SPI)- Indonésie

PANGGAU – Malaisie

Timor Leste Peasants Movement(MOKATIL)- Timor oriental

Cet article est disponible en