La Via Campesina discute des dégâts occasionnés par l’OMC

La Via Campesina a tenu sa première conférence de presse aujourd’hui à Hong Kong, afin de discuter des impacts négatifs occasionnés par l’OMC aux agriculteurs et aux paysans. Elle a également présenté les modèles alternatifs de production et de poliques agricoles qu’elle défend. Celles-ci sont basées sur la souveraineté alimentaire, c’est-à-dire le droit des peuples à définir leurs propres politiques agricoles et alimentaires. Des délégués de La Via Campesina en provenance de Thaïlande, Corée, Norvège et Honduras ont offert des semences à tous les participants en guise de bienvenue à la conférence. Henry Saragih, Coordinateur Général de la Via Campesina, a présenté le groupe et expliqué la légitimité de la Via Campesina pour parler au nom des millions de paysans et paysannes. Les politiques de commerce international ont le même effet destructeur sur les agriculteurs/ trices, travailleurs/ euses et sur l’environnement dans le monde entier.

M. Diamantino Nhampossa, représentant du Syndicat National des Paysans au Mozambique, a expliqué que la libéralisation de l’industrie sucrière en 1987 a nui aux petits agriculteurs, et a entraîné une augmentation de la faim et de la pauvreté. Pour les agriculteurs du Mozambique, un blocage des négociations de l’OMC donnerait de l’espoir d’une vie meilleure aux agriculteurs en Afrique et dans le reste du monde ».

Mme Dena Hoff, représentante de l’Association Nationale des Familles Paysannes (NFFC – en anglais) aux Etats-Unis, a souligné le manque d’influence des familles paysannes sur les politiques agricole et commerciale. La NFFC a lancé une campagne nationale pour la souveraineté alimentaire revendiquant le droit fondamental des agriculturs d’accéder aux marchés nationaux à des prix équitables. Un commerce international coopératif permettrait de garantir la souveraineté alimentaire.

Mme Geum Soon Yoon, représentante de l’Association Coréenne des Femmes Paysannes, a déclaré qu’au cours du seul mois de novembre, sept paysans coréens ont tenté de se suicider et quatre d’entre eux sont décédés. Mme Yoon a aussi expliqué les raisons historiques et culturelles pour lesquelles les paysans coréens s’opposent à l’OMC et pourquoi plus de 1 000 agriculteurs coréens se rendent à Hong Kong: "Cela fait 15 000 ans que l’agriculture existe en Corée. L’agriculture  représente un élément central de notre culture. C’est le fondement de nos vies. L’agriculture est est comme notre mère. Nous luttons contre l’OMC dans l’urgence et par désespoir, car nous essayons de protéger notre mère, source de nos vies. Nous ne sommes pas ici en tant que rebelles, mais en tant que fils et filles défendant leur mère, dont la vie est menacée."

La Via Campesina à Hong Kong
Ligne presse :  + 852-6055 0450

Cet article est disponible en