France, Grippe aviaire : Agir maintenant et pour l’avenir

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 18 janvier 2017) Chaque jour, la situation des éleveurs de volailles, dans le Sud-ouest et partout en France, devient de plus en plus insupportable. Sous la menace d’une contamination par le virus H5N8, ils se voient en plus contraints d’appliquer des mesures d’abattage, de confinement et de biosécurité disproportionnées et qui mettent en danger leur avenir. Pourtant, nombreux sont ceux qui continuent à s’évertuer à dédouaner les industriels de leurs responsabilités dans la propagation du virus. En déployant tant de moyens à éviter la remise en cause du système, ceux-là pourraient être aussi coupables de la disparition de nombreux éleveurs.

La Confédération paysanne affirme qu’il y a urgence à revoir le fonctionnement de la filière dont l’hyper-segmentation est source de crises sanitaires à répétition. Il faut limiter la concentration des volailles tout en encourageant la transition vers des systèmes plus autonomes, en développant la production de volailles de qualité sur l’ensemble du territoire et en relocalisant les outils de transformation.
Dans l’immédiat, il faut mettre fin à la pression injuste exercée sur les éleveurs. La claustration dans les bâtiments pour les gallinacés et tous les élevages en autarcie doit être levée et les mesures de biosécurité adaptées. Par ailleurs, l’indemnisation des éleveuses et éleveurs doit prendre en compte les conséquences du vide sanitaire ainsi que la valorisation de leurs productions. La Confédération paysanne refuse le sacrifice en cours de l’élevage de volailles sur l’autel du profit !

Lire ici  le document de positionnement de la Confédération paysanne

Contacts :
Josian Palach, Secrétaire national en charge de l’élevage : 06 71 34 49 02
Laurent Pinatel, Porte-parole : 06 80 58 97 22
Elina Bouchet, Chargée de communication : 06 95 29 80 78

 

Cet article est disponible en