France – Flavescence dorée : Relaxe pour Thibault Liger-Belair !

Bagnolet, le 19 mai 2015
COMMUNIQUE DE PRESSE

Refuser un traitement insecticide systématique, quand il est avéré qu’il existe des alternatives qui pourraient aisément être mises en place, n’est pas un crime. La convocation au tribunal correctionnel du Rhône de Thibault Liger-Belair, viticulteur en Bourgogne, est une nouvelle provocation dans une affaire sanitaire, celle de la flavescence dorée, qui pourrait être gérée autrement.

Ces méthodes brutales de traitements insecticides systématiques et obligatoires ne résolvent pas les problèmes de contamination dans la vigne, mais participent à l’empoisonnement de l’environnement et des humains qui y vivent. La Confédération paysanne dénonce depuis longtemps l’absurdité de ces méthodes de lutte qui dévastent des départements entiers depuis plus de vingt ans alors que la cicadelle et la flavescence dorée sont toujours là. Pourquoi ? Parce que le traitement des plants viticoles à l’eau chaude n’est toujours pas obligatoire avant leur sortie de pépinières. C’est essentiellement par le biais de plants contaminés que s’installe la flavescence dorée dans les vignes. Sa propagation par la cicadelle n’est que secondaire.

Dans ce contexte, la Confédération paysanne revendique des solutions alternatives pour ne pas généraliser l’utilisation obligatoire des pesticides. Un plan de lutte obligatoire peut faire intervenir d’autres outils, qui gérés de manière collective et cohérente, permettent de contenir la maladie : obligation de traitements des plants à l’eau chaude, surveillance attentive des vignes, arrachage immédiat de tout plant présentant le moindre symptôme et traitement ne dépassant pas l’aire de vol des cicadelles.

D’autres moyens de lutte existent et le combat des viticulteurs et viticultrices qui refusent les traitements insecticides les mettent en lumière. La Confédération paysanne ne peut accepter qu’un paysan qui fait un choix éclairé soit poursuivi par la justice. Emmanuel Giboulot avait été relaxé en appel, suite à un parcours judiciaire bien trop long. C’est la relaxe immédiate que nous réclamons pour Thibault Liger-Belair !

Contacts :
Claire Laval, Responsable commission viticulture : 06 72 99 75 32
Laurent Pinatel, Porte-parole : 06 80 58 97 22
Elina Bouchet, Chargée de communication : 06 95 29 80 78

Cet article est disponible en