France, Colza tolérant aux herbicides : la Confédération Paysanne demande un moratoire

Communiqué de presse de la Confédération Paysanne

(Bagnolet, le 17 avril 2017) La Confédération Paysanne apporte son soutien à la neutralisation par les Faucheurs Volontaires d’une plate-forme d’essai de colza rendu tolérant appartenant à la firme semencière KWS, qui a eu lieu le samedi 15 avril à Villy le Moutier en Bourgogne. Après le tournesol, c’est maintenant le colza qui est rendu tolérant à un herbicide déjà utilisé sur d’autres cultures comme le blé, la betterave…. L’ utilisation de cet herbicide chaque année sur les mêmes parcelles quelle que soit la culture de la rotation va très rapidement augmenter la résistance des adventices et, avec elle, les doses et la toxicité des formulations chimiques des herbicides utilisés. L’air que nous respirons, l’eau des rivières et celle que nous buvons, les aliments que nous mangeons, les sols agricoles, la faune auxiliaire et sauvage seront ainsi de plus en plus fréquemment et fortement empoisonnés.
La plupart de ces variétés sont aussi des OGM cachés brevetés issus de manipulations génétiques de cellules de plantes isolées et multipliées in vitro au laboratoire. Les firmes semencières prétendent qu’il s’agit de variétés conventionnelles parce que l’État refuse d’appliquer la réglementation OGM nationale et internationale. La Cours de Justice Européenne doit se prononcer sur ce sujet suite à un recours en Conseil d’État de la Confédération Paysanne et de 8 autres organisations citoyennes françaises.
La Conf’ demande un moratoire sur la culture des Variétés rendues Tolérantes aux Herbicides tant que leurs impacts sur la santé, l’environnement et les systèmes agraires conventionnels et biologiques n’auront pas été évalués et l’application stricte de la réglementation OGM à tous les OGM cachés.

 

Contacts :

 

Christine Riba, Secrétaire nationale en charge de l’environnement : 06 07 02 25 42

 

Gwen Le Floch, Membre de la commission semences OGM : 06 33 96 05 17

 

Laurent Pinatel, Porte-parole : 06 80 58 97 22

 

Baptiste Arvet-Thouvet, Chargé de communication : 06 95 29 80 78

 

Cet article est disponible en