Déclaration des jeunes de La Via Campesina Réunion de coordination internationale

Nous, les jeunes, hommes et femmes, paysans et paysannnes de La Via Campesina, nous nous sommes réunis à Brech, en France du 14 au 16 Mars 2011, afin de nous organiser, d’échanger entre nous et de susciter l’espoir pour les jeunes paysans, paysannes et agriculteurs du monde. Nous sommes venus de différents pays, cultures, religions et langues mais nous partageons le même langage et le même sentiment de respect pour la Pacha mama, la mère terre et la même volonté de combattre pour la défendre face à tout ce qui la menace,  pour continuer à construire un mouvement mondial de jeunes qui travaillent à promouvoir la souveraineté alimentaire dans nos communautés locales, nos nations et dans le monde.

Nous, les jeunes  de La Via Campesina sommes confrontés à des injustices de toutes sortes : Racisme, analphabétisme, pauvreté, discriminations sociales et entre les sexes en passant par la perte des cultures, immergés dans le monde de la désinformation, la manipulation et la criminalisation de quelque inconformité sociale organisée, notre lutte est grande.  Comme les jeunes du monde entier ont été systématiquement déplacés des campagnes vers les villes, notre système alimentaire a perdu son intégrité et sa légitimité auprès de la société, polluant la terre, nous empoisonnant et nous privant de nos traditions rurales. Nous, les jeunes paysans, paysannes, agriculteurs et agricultrices de La Via Campesina, nous  construisons des alternatives écologiques dans nos fermes et dans nos campagnes, nous vivons dans la résistance à ce système. Nous construisons la souveraineté alimentaire tous les jours sur nos fermes et dans nos vies. Maintenant, nous devons continuer à nous organiser et construire notre mouvement. 

Depuis Maputo, nous avons continué notre travail et notre lutte. Au cours du processus d’Aragon et de Quito, nous avons décidé de concentrer nos actions sur 4 thèmes spécifiques:

1.Promotion de la souveraineté alimentaire pour lutter contre le modèle néo-libéral.

2 La Réforme agraire et l’accès à la terre.

3.La question de la Migration et des droits de l’homme

4. La formation politique et à l’agroécologie

Pour atteindre nos objectifs, nous «sommes conscients qu’il nous faudra améliorer la communication  et la formation. Nous avons définies les priorités suivantes pour nos activités :

1. Campagne de la jeunesse

2.Formation et éducation

3.Coordination interne

4.Recherche de financements

 

Et à Brech, nous avons élaboré un plan d’action pour cette année et l’année à venir.

Nous avons ainsi décidé de modifier le nom de notre campagne afin de la rendre plus accessible à tous. Nous entendons faire retentir nos noms et slogan, « pour la terre », les jeunes de la Via Campesina, en lutte !

Entre autres activités que nous voulons accomplir durant cette année, la finalisation d’un guide présentant nos réalités de jeunes paysans et paysannes, nos difficultés, nos besoins mais aussi nos propositions d’alternatives. Nous rédigerons aussi un texte nous présentant et expliquant nos luttes.

Afin de soutenir nos processus de formation, du local au régional jusqu’à l’international, chaque région s’est engagée à réaliser une formation en y incluant un membre d’une autre région afin de favoriser les échanges de savoirs entre nous.

D’autre part, aujourd’hui,

Nous avons établi notre mode d’organisation dans la Via Campesina, notre façon de communiquer et d’apprendre de nos collègues à travers le monde. Nous participons activement aux réunions du Comité international de coordination. Maintenant, nous devons renforcer notre participation en nous intégrant dans le travail général de La Via Campesina. et en tant que coordination, organiser notre travail et établir nos priorités. La voix et la vision des jeunes est essentiel pour notre mouvement et doivent être inclus dans tous les aspects du travail de La Via Campesina. Pour être plus efficace, nous pensons devoir renforcer notre communication en alimentant la page internet de la Via Campesina et en partageant nos expériences régionales et locales notamment dans un bulletin bimensuel.

Enfin, pour nous fortifier encore et renforcer notre lutte, nous prévoyons déjà notre prochaine rencontre internationale des jeunes de la Via Campesina, en 2012, que nous espérons pouvoir conjuguer à une action retentissante pour les jeunes paysans du monde.

Pour la Terre ! les jeunes de la via Campesina en lutte!

For the Land ! the youth of the via campesina fighting!

Para la tierra ! la juventud de la via Campesina lucha!

Cet article est disponible en