Déclaration de La Via Campesina – Amérique centrale

CONSIDERANT:

Que ce dimance 28 juin, le président José Manuel Zelaya, élu démocratiquement et dans le respect de la constitution par le peuple hondurien, s’est trouvé séquestré pendant des heures par des militaires dirigés par des groupes appartenant à l’oligarchie de ce pays,  et qui n’accepte pas le désir de la majorité de vouloir construire ses propres lois.

Que en raison des évènements arrivés depuis ce jour là, les mouvements sociaux et l’ensemble de la société hondurienne ont défendu vaillamment et pacifiquement la démocratie bafouée, laissant entendre clairement à toute la communauté internationale que l’unique gouvernement choisi par le peuple était celui du Président Manuel Zelaya.

Et étant donné que tous les pays latinoaméricains qui forment le Groupe de Rio, l’organisation des Etats Américains (OEA), l’ALBA, ainsi que ceux du Système d’Intégration Centraméricaine (SICA)   et l’ONU condamnent ce coup d’état militaire, désavouant catégoriquement le président de fait actuel , le dictateur Roberto Micheletti.

Les organisations membres de la Via Campesina d’Amérique Centrale convoquent aux activités suivantes :

1.    Jeudi 2 Juillet au matin, l’Association des Travailleurs des Champs (ATC) au nom de la Via Campesina Internationale et plusieurs mouvements sociaux d’Amérique Centrale tiendront une conférence de presse à Managua.

2.    Vendredi 3 Juillet, l’ATC, membre de la Via Campesina et d’autres organisations sociales du Nicaragua, du Salvador, du Guatemala se mobiliseront pour bloquer les différentes frontières avec le Honduras.

3.    Depuis le Nicaragua, nous sommes en train d’organiser une mission internationale de délégués de la Via Campesina d’Amérique du Nord, d’Amérique Centrale, d’Amérique du Sud, et d’Europe, afin d’accompagner l’unique et légitime président du Honduras lors de son retour à ses fonctions le 4 juillet. La mission poursuit les objectifs suivants :

a)  accompagner les dirigeants des organisations populaires, indigènes, syndicales et paysannes qui résistent actuellement

b) faire en sorte que les mandats de l’organisation des Etats Américains (OEA) et de l’ONU soient remplis

c) une fois, au Honduras, organiser des soulèvements populaires pour inciter la population à agir

d) Appeler le mouvement social hondurien à s’unir à cette lutte pacifique.

Une fois Mel Zelaya restauré dans ses fonctions, nous organiserons une seconde mission pour accompagner le président dans la fin de son mandat.

Nous demandons à tous les membres de la Via Campesina qui participeront directement à ces activités d’envoyer le plus tôt possible à l’adresse électronique de Fausto Torrez, leur nom et leur  itinéraire de vol, afin que nous puissions les attendre à l’aéroport.

C’est le moment de construire l’intégration centraméricaine et latinoaméricaine. N’acceptons pas que nos droits soient piétinés, ils l’ont déjà été dans le passé. Aujourd’hui, nous nous sentons appelés à participer à la construction de notre propre histoire.

¡Globalisons la lutte, globalisons l’espoir !!!

¡Vive le mouvement paysan international!!!

¡Vive le peuple hondurien !!!

Cet article est disponible en