Communiqué de La Via Campesina : Face à la crise, il faut maintenir notre humanisme #NonAuBlocus

(Harare, le 6 avril 2020) La Via Campesina appelle à défendre les principes humanitaires comme condition indispensable pour lutter en solidarité et en unité face à la crise de COVID 19. De plus, LVC dénonce encore plus fortement les pratiques impérialistes et l’ingérence des États-Unis dans ce contexte. Nous considérons qu’il est urgent de lever le blocus économique et de mettre fin à la persécution politique et à la sale campagne contre Cuba et le Venezuela. Ces pays ont besoin de conditions concrètes pour répondre souverainement, efficacement et en temps opportun aux besoins de leurs peuples et protéger la dignité et la vie dans tous les sens du terme. Le blocus les empêche notamment d’avoir accès aux ressources et aux intrants requis pour faire face à la crise du coronavirus dans des conditions optimales.

La pandémie capitaliste et celle du COVID 19 révèle le spectre d’un « système en crise, » pervers, inégal et injuste, qui continue de profiter et d’opprimer les classes ouvrières et populaires du monde, en rendant la vie encore plus précaire et en menaçant la survie de l’humanité. Cela contraste fortement avec la solidarité et l’humanisme du gouvernement cubain et de sa révolution qui a déployé sur le champ et sans distinction de nationalité ou de frontières des « Brigades médicales cubaines » dans divers pays du monde, notamment en Italie, l’un des principaux foyers de propagation en Europe, dans le but de contribuer solidairement à la lutte mondiale contre la pandémie.

Alors que de nombreux États et mouvements organisés de la planète, comme La Via Campesina, s’emploient à faire face à la crise du coronavirus, nous dénonçons la montée de la menace de profiter de la situation pour mener des agressions économiques, politiques et même militaires : justification de l’usage excessif de la violence, attaques contre les processus démocratiques, création d’un climat de guerre et de mort, et application de mesures coercitives et totalement illégales contre les peuples.

En ce sens, nous dénonçons comme crime contre l’humanité la persécution par les États-Unis des avions et des navires qui tentent d’apporter des médicaments et d’autres fournitures médicales au Venezuela et à Cuba pour combattre le fléau. Nous appelons donc le monde entier à dénoncer ces pratiques perverses et génocidaires, et les États à faire pression pour mettre fin immédiatement à ces blocus et à ces attaques internationales contre ces nations. En pleine urgence mondiale, le maintien de ces agissements antidémocratiques et coloniaux constitue un crime contre l’humanité. Il est vital que Cuba et le Venezuela garantissent à leur population la nourriture et les médicaments en temps opportun. Ainsi, ils pourront appliquer pleinement les protocoles de détection et de contrôle des cas possibles d’infection de COVID 19.

Enfin, La Via Campesina affirme l’importance de l’unité des peuples, au-delà des États, pour surmonter cette crise. Nous disons #RestezChezVousMaisPasEnSilence. Ainsi, nous construirons ensemble la nouvelle société que nous voulons et dont nous avons besoin, en priorisant la vie, et non les profits. Tout comme le peuple cubain et la révolution bolivarienne nous le montrent, aujourd’hui et depuis toujours, nous continuons de résister en solidarité, avec internationalisme et dans le respect de la dignité humaine et de la vie.

Internationalisons la lutte, internationalisons l’espoir !

Cet article est disponible en