À la poursuite de chimères carbonées : les concepts trompeurs des marches du carbone et du « zéro émission nette »

De puissants acteurs utilisent les promesses du « zéro émission nette » pour cacher leur inaction en matière de climat. Pour mettre un terme à la crise climatique, nous devons cesser de brûler des combustibles fossiles – aucune pensée magique ne résoudra ce problème, juste une action immédiate et un changement de système. Mais les multinationales et les gouvernements se cachent derrière la « nette » du « zéro émission nette » – en prétendant qu’ils ont juste besoin de payer quelqu’un d’autre pour éliminer le carbone, par le biais de la compensation carbone, plutôt que d’agir eux-mêmes.

Ce rapport dévoile les données scientifiques qui sous-tendent les affirmations de « zéro émission nette » et qui sont utilisées pour masquer l’inaction climatique. Il explore les nouvelles stratégies d’expansion des marchés de compensation du carbone, liées à la nouvelle demande de compensation « zéro émission nette ». Il explique également les rôles joués par les différents acteurs impliqués dans l’effort visant à « rendre la compensation à nouveau excellente ». Il s’agit d’acteurs moins évidents, tels que quelques grandes organisations de protection de la nature, mais aussi d’acteurs plus évidents: les banques, le secteur financier et les entreprises qui sont à l’origine du maintien du statu quo en matière de production et de consommation de combustibles fossiles. 

« Zéro émission nette » signifie que les entreprises de combustibles fossiles peuvent continuer à explorer, forer, extraire et brûler des combustibles fossiles, pendant que quelqu’un, ailleurs, aspire le dioxyde de carbone de l’atmosphère, ce qui équilibre les émissions comme par magie. Mais quelles terres, quelles forêts seront utilisées pour aspirer ce carbone? L’avenir des énergies fossiles dépend de chimères de carbone.

La superficie des terres nécessaires pour séquestrer seulement 2 Gt de CO2 grâce à la restauration des écosystèmes est estimée à 678 millions d’hectares, soit environ deux fois la superficie de l’Inde. Les communautés dans les pays du sud sont déjà confrontées à l’accaparement d’énormes quantités de terres et de ressources, à la perte de leurs moyens de subsistance et à la violation de leurs droits territoriaux.

Les objectifs « zéro émission nette » doivent être transformés en objectifs Vrai Zéro, y compris une élimination complète des combustibles fossiles et de l’agriculture industrielle, en gardant à l’esprit l’équité, et le soutien des droits des communautés dont les moyens de subsistance dépendent de ces écosystèmes.

Téléchargez le rapport intégral ici:

Cet article est disponible en