| | | |

Un accident de transport tue 12 ouvrières agricoles en Tunisie

“Toutes les femmes du douar* sont mortes”

Encore une fois, le transport des ouvrières agricoles dans des conditions inhumaines provoque des accidents mortels. Hier encore, 12 femmes dont une fille de 12 ans sont tuées dans un accident de transport, dans la région de Sbala au gouvernorat de Sidi Bouzid, et 20 sont blessées.

L’association Million de Femmes Rurales, membre de La Via Campesina :

Présente ses plus profondes condoléances aux familles des victimes et espère un rapide recouvrement aux blessées.

Tient le gouvernement responsable de cet accident, en adoptant une politique de surdité et de marginalisation à l’égard des préoccupations des ouvrières agricoles et des femmes rurales en général, et surtout à l’égard de leur transport dans des conditions inhumaines où des dizaines d’ouvrières sont entassées dans des véhicules de transport de marchandises, sans la moindre protection ou assurance. Le gouvernement se contente de lancer des fausses promesses.

Considère que c’est un crime d’Etat, dont les causes sont les politiques de marginalisation et d’exclusion des ouvrières agricoles menées par l’Etat en faveur des grands agriculteurs et propriétaires, qui sont aussi complices de ce crime qui reflète leur avidité et leur exploitation des femmes sans le moindre souci de leur vie. Ces femmes sont les victimes de l’exploitation, la misère, l’aliénation et la traite humaine. Elles travaillent plus de 15 heures par jour en contre partie de rémunérations extrêmement faibles et sans protection, assurance, couverture sociale ou droit aux soins médicaux.

Appelle à l’adoption d’une loi prohibant le transport des ouvrières dans de telles conditions et punissant sévèrement les contrevenants; à la mise en place, par l’Etat avec la contribution des grands agriculteurs, de moyens de transport convenables, sûrs et confortables à la disposition des ouvrières; et à l’augmentation des rémunérations des ouvrières et la garantie de leur droit à la couverture sociale et aux soins médicaux gratuits.

Appelle toutes les composantes de la société civile à unifier les efforts en vue de faire pression et lutter pour la mise en oeuvre de la déclaration des droits des paysan.ne.s et autres personnes travaillant dans les zones rurales.

Reposez en paix, vous qui avez irrigué la terre de votre sueur et nourri le peuple avec vos mains.

Turkia

Les paysans et les autres personnes travaillant dans les zones rurales, y compris les travailleurs temporaires, saisonniers ou migrants, ont le droit de travailler dans des conditions qui préservent leur sécurité et leur santé.

déclaration des nations unies sur les droits des paysan.ne.s et autres personnes travaillant dans les zones rurale, article 14

* En Afrique du Nord, le terme “douar” désigne un groupement d’habitations, souvent en zone rurale, plus petit qu’un village.